Etats-Unis

01 décembre 2011 21:42; Act: 01.12.2011 22:00 Print

Pour faciliter l'usage médical de la marijuana

Les gouverneurs de deux Etats américains ont fait une demande auprès de l'agence américaine de lutte contre le trafic de stupéfiants (DEA) pour reclassifier la marijuana.

Une faute?

Les gouverneurs Christine Gregoire (démocrate), de l'Etat de Washington (nord-ouest), et Lincoln Chafee (indépendant), de Rhode Island (nord-est), ont transmis une requête pour faciliter l'usage de la marijuana à des fins médicales à la «Drug Enforcement Administration» (DEA) afin que les médecins puissent prescrire cette substance dans leurs Etats.

«Cette demande va obliger la DEA à mener une nouvelle enquête scientifique et analyser des récentes avancées dans la recherche sur le cannabis», explique la gouverneure Christine Gregoire dans un communiqué publié sur son site. Elle y précise que le gouverneur Lincoln Chafee s'est joint à la demande transmise à la DEA mercredi.

«Tous les sondages montrent qu'une vaste majorité d'Américains considère légitime l'usage médical de la marijuana», ajoute Christine Gregoire. Et de rappeler que dans son Etat, 60% des électeurs s'étaient prononcés en 1998 en faveur de l'utilisation médicale de cette substance.

Usage médical strictement limité

Ces deux gouverneurs ont demandé dans leur requête que le gouvernement fédéral américain classe la marijuana comme une drogue de «catégorie 2» qui en permettrait légalement l'usage médical. Actuellement la marijuana est classée dans la catégorie 1 qui empêche son utilisation pour traiter des malades.

Les Etats de Washington et du Rhode Island comptent parmi seize Etats de l'Union, avec en plus le District de Columbia (Washington DC), ayant légalisé un usage médical strictement limité de la marijuana. Ils se trouvent ainsi en conflit avec les autorités fédérales. La loi fédérale interdit la culture, la vente ou la distribution commerciale de la marijuana.

En 2010, la Californie, un des Etats permettant un usage de la marijuana comme antidouleur pour les malades, avait rejeté largement la légalisation complète de la consommation, de la culture et du commerce du cannabis.

(ats)