Suède

23 novembre 2017 14:53; Act: 23.11.2017 15:24 Print

Poussée par #metoo, une athlète dénonce un viol

La championne d'Europe du 400 mètres en 2012, Moa Hjelmer, a raconté jeudi sur Instagram l'agression qu'elle a subie en 2011.

storybild

Moa Hjelme n'a pas dit si elle avait porté plainte. (Photo: dr/Instagram)

Sur ce sujet
Une faute?

Moa Hjelmer s'est tue pendant six ans mais les témoignages de victimes sur les réseaux sociaux lui ont permis de dénoncer publiquement jeudi le viol dont elle a été victime en 2011.

Dans une publication jeudi sur Instagram, l'athlète raconte comment à la fin d'une soirée arrosée après une compétition sportive, un sportif plus âgé et marié l'a raccompagnée à l'hôtel puis violée.

Idrottsuppropet #timeout #metoo Jag var 21, det var slutet på säsongen och vi hade precis vunnit över Finland i Finnkampen. Alla var glada, humöret på topp och vi firade på banketten och senare på klubb. Lite för mycket alkohol blev det för min del och en annan aktiv erbjuder sig att följa mig tillbaka till hotellet. Vi hamnar på hans rum, han vill prata, sitta nära mig på sängen. Jag säger att jag ska gå och lägga mig. Han tycker att jag kan sova här hos honom. Han är betydligt äldre än mig och han är gift, jag kände mig säker och trodde jag kunde lita på honom. Jag har pojkvän, jag säger nej. Han tar på mig och säger jo. Jag blir stel, jag vill inte. Jag säger nej igen. Han tar av mina kläder. Jag fryser till is, kan inte röra mig. Jag säger inget mer. Han våldtar mig. När det är över tar jag mina saker och går därifrån. Jag skäms, vad gjorde jag för fel? Min relation med min pojkvän skadas svårt och det tar över ett halvår innan vi har reparerat skadan. Jag har alltid varit stark och självsäker och vet idag att det här inte var MITT fel, trots det har det tagit 6 år innan jag vågar berätta. Tack #metooUne publication partagée par Moa Hjelmer (@moahjelmer) le

«Qu'est-ce que j'ai fait de mal?»

«Quand c'est fini, je prends mes affaires et je m'en vais. J'ai honte, qu'est-ce que j'ai fait de mal?» écrit-elle. «J'ai toujours été forte et sûre de moi et je sais maintenant que ce n'était pas MA faute, et pourtant, ça a pris six ans avant que j'ose prendre la parole. Merci #metoo», conclut Moa Hjelmer, 27 ans. La jeune femme n'a pas dit si elle avait porté plainte. En Suède, le délai de prescription pour les viols est de 10 ans.

Dans le sillage de l'appel viral #metoo, la parole s'est libérée en Suède, souvent présentée comme un modèle en termes d'égalité des sexes, et de nombreuses femmes ont témoigné dans la presse et sur les réseaux sociaux. Elles étaient 2.290 femmes à dénoncer viols, agressions et harcèlements dans le milieu sportif, dans le quotidien «Dagens Nyheter» jeudi.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Call911 le 23.11.2017 16:13 Report dénoncer ce commentaire

    Metoo, metoo, methree

    Merci de publier une liste de toutes les choses qui peuvent êtres qualifiées comme harcelement parce que là c'est plus très clair. J'ai aussi eu des femmes qui ont profitées de moi quand j'étais pas très lucide lors de soirées bien arrosées dans ma jeunesse, et c'était pas toujours très cool mais de là à dire que je me suis fais violer? Dans ce cas toutes les nanas et les mecs de mon adolescence se sont fait harceler voir violer une fois ou l'autre.

  • Moro Bobos le 23.11.2017 17:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et pendant ce temps....

    Une pensée sincère pour les femmes, pas les stars ou les VIP mais les anonymes, qui ont eu le courage de porter plainte après une agression sexuelle. Non pas sur les réseaux sociaux contre quelqu'un dont on tait soigneusement le nom, mais envers un nom et un visage devant les tribunaux. Surtout quand on sait le parcours du combattant que représente encore cet acte de courage, au milieu des jugements et des préjugés provenant des femmes autant que des hommes. Ces femmes "poussées par #metoo" ont-elles fait partie de celles qui, voulant tout cacher sous le tapis, clamaient que seules les femmes de mauvaises moeurs, mal habillées ou vénales pouvaient être victimes d'un viol? J'ai un peu peur de la réponse. Ne pas dénoncer une agression, donner ainsi un sentiment d'impunité à quelqu'un qui recommencera donc tôt ou tard... n'est-ce pas une forme de non-assistance à personne en danger? N'est-ce pas abandonner les femmes -et hommes- qui tentent d'obtenir justice?

  • yess le 23.11.2017 17:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Marre

    Triste pour elle, mais ce n est pas aux journaux qu il faut se plaindre mais a la police. Un peu marre de toutes ces nanas qui cherchent le buzz.

Les derniers commentaires

  • Marie-Jo le 28.11.2017 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ny crois plus

    Nous sommes dans uns société de malades mentaux.

  • Skodos le 23.11.2017 23:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est très bien que les femme en parle

    moi je suis pour que les femmes dénonce mais j'ai aussi peur que des accusations sois fausse je sais que 99% des femme dises la vérité mais il y en auras toujours 1% qui vas cherchez le buzz ou vouloir toucher de l'Argent. Mais il faut aussi que les femme ne laisse plus rien passer même une main au fesse.

  • Marie Jésus le 23.11.2017 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    Oui

    Une fois qu elles n ont pas eu ce qu elles voulaient, toutes les femmes ont été harcelées ou violées! Vraiment désolé pour les vraies victimes...

  • Pascal01 le 23.11.2017 18:03 Report dénoncer ce commentaire

    Vive la liberté.

    Vivement les poupées réaliste pour adulte ou autre beauté silencieuse, que l'on range dans l'armoire quand on en a plus besoin. Douce, tendre réaliste, c'est pour bientôt, comme la voiture autonome. Pour nous les hommes qui aspirons a la sérénité et la sexualité. Parce que maintenant si on regarde une paire de fesses en se disant qu'elle est belle et que l'on passerais bien un agréable moment en sa compagnie, on a déjà l'impression d'être un criminel. Dur dur d'être un homme dans un monde de femmes et de chochotte.

  • yess le 23.11.2017 17:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Marre

    Triste pour elle, mais ce n est pas aux journaux qu il faut se plaindre mais a la police. Un peu marre de toutes ces nanas qui cherchent le buzz.

    • Marie Marie le 28.11.2017 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @yess

      Les nanas qui cherchent le buzz et que dis-tu des mecs qui violent?