Royaume-Uni

17 juillet 2018 01:42; Act: 17.07.2018 01:49 Print

Poutine dénonce des accusations «infondées»

Le président russe nie toute implication de son pays dans les empoisonnements à l'agent innervant Novitchok en Angleterre.

Voir le diaporama en grand »
«Aucun président n'a été aussi ferme que moi sur la Russie (...). Et je pense que le président Poutine le sait mieux que quiconque», a déclaré Donald Trump à l'occasion d'une réunion de son équipe à la Maison Blanche mercredi. Le président américain Donald Trump a entamé lundi à Helsinki un sommet historique avec Vladimir Poutine en affichant son espoir d'aboutir à une relation «extraordinaire» avec son homologue russe. (16 juillet 2018) Rencontre Poutine-Trump. (Helsinki, 16 juillet 2018) Virile poignée de mains entre Trump et Poutine. (Helsinki, 16 juillet 2018) Le président russe Vladimir Poutine est arrivé lundi à Helsinki pour son premier sommet bilatéral, très attendu, avec son homologue américain Donald Trump. L'avion du président russe s'est posé à 10H00 GMT à l'aéroport international de la capitale finlandaise. La voiture de Poutine dans les rues d'Helsinki. Des milliers de badauds étaient présents à Helsinki pour voir les deux présidents. Les couples présidentiels finlandais et américain. Donald et Melania Trump ont commencé la journée par un petit-déjeuner avec le président finlandais Sauli Niinistö et son épouse Jenni Haukio. La présence de Trump en Finlande a suscité de vives oppositions. Comme celle du groupe environnemental Greenpeace qui a posé un énorme poster sur l'église Kallio de la ville. Des manifestants ont aussi protesté contre la venue de Poutine. Une immense affiche milite pour les libertés de la presse au Music Center d'Helsinki. Ukraine, Syrie, accusations d'ingérence russe dans l'élection américaine: malgré des compliments mutuels, les points de frictions restent nombreux entre Vladimir Poutine et Donald Trump avant leur premier sommet bilatéral prévu le 16 juillet à Helsinki

Une faute?

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé lundi des «accusations infondées» au sujet des nouveaux empoisonnements à l'agent innervant Novitchok en Angleterre, après celui de l'ex-agent double russe Sergueï Skripal, imputé par Londres à Moscou. Dans une interview à la chaîne américaine Fox News, M. Poutine a dit que Londres n'avait fourni aucune preuve dans cette affaire.

«Nous voudrions voir des preuves documentées, mais personne ne nous en donne», a-t-il affirmé selon une traduction en anglais de ses propos. «Nous ne voyons que les accusations infondées -- pourquoi est-ce fait de cette manière? Pourquoi nos relations devraient-elles se détériorer à cause de cela?», s'est-il interrogé.

Un couple de Britanniques a été empoisonné par du Novitchok contenu dans une petite bouteille et les enquêteurs britanniques tentent de déterminer si le poison provient du même lot qui a contaminé Sergueï Skripal et sa fille Ioulia.

L'empoisonnement de l'ex-agent double et de sa fille avait été attribué par Londres à Moscou, qui avait nié toute implication. L'affaire avait déclenché une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux et une vague d'expulsions croisées de diplomates.

Les autorités britanniques ont invité des experts de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) à venir cette semaine faire des prélèvements, qui seront analysés dans les laboratoires qu'ils auront désignés.

(nxp/afp)