Russie

27 décembre 2011 09:24; Act: 27.12.2011 11:23 Print

Poutine est prêt au «dialogue»

L'ex-ministre russe des Finances, Alexeï Koudrine, a affirmé mardi que le premier ministre Vladimir Poutine était prêt à un «dialogue» avec l'opposition et à la tenue d'une présidentielle «honnête».

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

M. Koudrine, que l'homme fort de la Russie a qualifié récemment d'«ami», a expliqué au journal «Vedomosti» qu'il avait rencontré M. Poutine avant de participer au grand rassemblement de l'opposition samedi pour y dénoncer les fraudes aux législatives et appeler les deux camps à des pourparlers.

«Avant d'aller au rassemblement, j'ai expliqué cette position à Vladimir Poutine. Et dans l'ensemble, j'ai compris qu'un dialogue est possible», a-t-il dit. «De ma conversation avec Poutine, j'ai compris qu'il n'avait pas peur du scrutin du 4 mars et était prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour organiser une élection présidentielle honnête», a-t-il encore déclaré au quotidien.


Entre 70'000 et 100'000


Vladimir Poutine, qui a déjà effectué deux mandats au Kremlin (2000-2008) et est candidat à la présidentielle de mars, fait face au mouvement de contestation le plus important depuis son arrivée au sommet du pouvoir en 2000.

Selon les médias russes, entre 70'000 et 100'000 personnes ont manifesté samedi dans le centre de Moscou pour réclamer l'annulation des législatives du 4 décembre remportées par le parti au pouvoir et la fin du régime de M. Poutine.

Lors du rassemblement, M. Koudrine, qui a quitté le ministère des Finances à l'automne après un conflit avec le président Dmitri Medvedev, avait estimé que la Russie risquait une «révolution» s'il n'y avait pas de «dialogue» entre le pouvoir et ses détracteurs.

L'ex-ministre a néanmoins insisté dans les colonnes de «Vedomosti» qu'il «n'avait pas été délégué par Poutine» pour discuter avec l'opposition, et qu'il était allé manifester «après longue réflexion, sans consulter qui que ce soit».

(ats)