Algérie

02 juin 2019 14:11; Act: 02.06.2019 17:47 Print

Présidentielle le 4 juillet: «impossible» à organiser

Alors qu'un scrutin est censé permettre l'élection d'un successeur à Bouteflika d'ici un mois, le Conseil constitutionnel a jugé la présidentielle «impossible» à organiser.

storybild

les Algériens sortent chaque vendredi massivement dans les rues pour réclamer un changement du «système» politique. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Conseil constitutionnel en Algérie a annulé de facto dimanche l'élection présidentielle prévue le 4 juillet après avoir invalidé les dossiers des deux seuls candidats, préconisant le prolongement du mandat du président par intérim qui se termine le 9 juillet.

Ce scrutin était censé permettre l'élection d'un successeur au président Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné le 2 avril, sous la pression de la rue et de l'armée. «Le Conseil constitutionnel rejette les deux dossiers de candidature déposés» et annonce par conséquent «l'impossibilité de tenir le présidentielle le 4 juillet», a indiqué l'institution dans un communiqué.

Le Conseil a précisé qu'il revenait au chef de l'Etat par intérim de «convoquer de nouveau le corps électoral et de parachever le processus électoral jusqu'à l'élection du président de la République et la prestation de serment».

Cette institution suggère ainsi la prolongation du mandat du président par intérim, Abdelkader Bensalah, nommé le 9 avril après la démission de Abdelaziz Bouteflika. Selon la Constitution, Abdelkader Bensalah assume la charge de chef de l'Etat pendant «90 jours maximum», avant de transmettre ses pouvoirs au nouveau président élu dans l'intervalle.

Abdelkader Bensalah, dont la principale mission est d'organiser à la présidentielle, est maintenu de facto à son poste au-delà des délais prévus par la Constitution.

«Victoire pour la rue»

La présidentielle du 4 juillet était massivement rejetée par les manifestants algériens, qui ont continué de protester après avoir obtenu la démission de Bouteflika, réclamant désormais le départ du «système» au pouvoir.

«Dès lors que la Constitution prévoit que la mission essentielle dévolue à celui investi de la charge de chef de l'Etat est d'organiser la présidentielle, il y a lieu de réunir les conditions adéquates pour l'organisation de cette élection dans la transparence et la neutralité», a expliqué le Conseil constitutionnel.

«Le report de cette élection est une victoire pour la rue, mais une victoire à haut risque», a estimé Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen à Genève.

«Avec cette décision, le pouvoir s'engage dans une voie dont il n'aura plus le contrôle. L'armée veut montrer qu'elle a fait preuve de bon sens et fait une concession face une rue intransigeante», a-t-il expliqué à l'AFP.

C'est «un défi pour le hirak (mouvement de contestation) et la classe politique, qui sont ainsi privés d'un facteur de taille pour se mobiliser», a estimé Hasni Abidi.

«Recul significatif»

Le report de cette élection était l'une des principales revendications du mouvement de contestation, qui refuse tout scrutin organisé par l'appareil hérité des 20 ans de présidence de Abdelaziz Bouteflika.

Les manifestants réclament au préalable le départ des dirigeants actuels ayant participé au régime de Abdelaziz Bouteflika, parmi lesquels le général Ahmed Gaid Salah, chef d'état-major de l'armée depuis 2004.

Devenu le véritable détenteur du pouvoir depuis le départ Abdelaziz Bouteflika, le général Gaïd Salah a réclamé la semaine dernière des «concessions mutuelles» dans le cadre d'un «dialogue» dont il n'a pas défini les formes, et une présidentielle «dans les plus brefs délais», sans évoquer la date du 4 juillet.

Pour Smail Maaraf, professeur de droit à l'Université d'Alger, «le scrutin du 4 juillet était le plan A des autorités ou plutôt de Gaïd Salah». Mais «son rejet par la rue et l'absence de candidats ont contraint le pouvoir à reporter ce scrutin», a-t-il précisé à l'AFP.

Un «essoufflement»

Le pouvoir parie sur «un essoufflement» du mouvement de contestation durant les vacances d'été, a estimé Smail Maaraf.

Selon lui, les autorités espèrent que «cela ouvrira la voie au retour des partis politiques qui ont été éclipsés par le hirak et à des candidatures traditionnelles», comme celle d'Ali Benflis, principal adversaire de Abdelaziz Bouteflika aux présidentielles de 2004 et 2014.

Le plus ancien parti d'opposition du pays, le Front des forces socialistes (FFS) a estimé que «ce recul significatif des décideurs (était) la consécration de plusieurs semaines de mobilisation et de détermination populaires».

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Man Ifestant le 02.06.2019 15:13 Report dénoncer ce commentaire

    Un grand coup à jouer le 14 juin

    Que les femmes aillent là-bas, manifester pour une candidature féminine à la présidence. Ce sera beaucoup plus utile et méritoire qu'une grève ici.

  • Abdou le 02.06.2019 14:55 Report dénoncer ce commentaire

    Peine perdue.

    Dans un pays désorganisé et chaotique, aussi désordonné que leur population, comment voulez-vous établir quelque chose ? La populace n'a qu'un désir, fuir et s'établir dans un pays occidental pour y mettre le même chambard.

  • bady le 02.06.2019 19:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au boulot

    Marre de ces pays à problèmes

Les derniers commentaires

  • L'observateur le 02.06.2019 22:55 Report dénoncer ce commentaire

    Démocratie=échec!

    République algérienne démocratique et populaire, tel est le nom officiel de l'Algérie. Populaire peut-être, assez proche du communisme, mais certainement pas démocratique, car tant que la politique reposera sur des règles islamiques et que l'on ne séparera pas la religion de l'état, il n'y aura jamais de démocratie et ce est valable pour tous les pays arabo-musulmans. Révolution sans issue avec le risque de revoir réapparaître le FIS et la guérilla! Alors si c'est un flop comme en Syrie, ne fuyez surtout pas en Occident avec vos revendications ethniques, car il en a déjà assez à tolérer!

    • Amin le 03.06.2019 00:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @L'observateur

      Qu'est-ce que ça peut vous faire ? Vous croyez que l'Algérie vous appartient ou aux vôtres? Non! L'Algérie est un pays libre, musulman et très fier de l'être que vous le vouliez ou non! Le code s'inspire de la religion musulmane ? Ah bon? On mon dieu...Vous voulez quoi ? qu'il s'inspire du christianisme ? du judaïsme ? de l'hindouisme ? C'est d'un ridicule.... Votre " laïcité" le peuple algérien dans sa grande majorité n'en veut pas et ils ont bien raison. Combien de pays occidentaux ont pour référence la tradition chrétienne et juste titre ? La très grande majorité, en dehors de la France. Même ce pays utilise la laïcité de façon hypocrite. Rien qu'en Suisse, les premiers mots de la constitution commence par un " au nom de dieu " . Quelle magnifique phrase! Heureusement que ces pays musulmans s'accrochent à leur racine. Il n'y a qu'à voir le résultat en Europe de ce signifie la destruction de valeurs. Famille monoparentale, enfants roi, perte de foi, églises désertées, féministes absurdes, mariage pour tous.....etc etc Que Dieu préserve l'Algerie et tous les pays du monde qui s'accroche à de vrais valeurs.

    • Jean Luc le 03.06.2019 16:20 Report dénoncer ce commentaire

      D'accord

      Oui, vous avez raison, c'est pas notre affaire, et dans la limite où cela nentraîne pas de flux migratoire, on s'en fiche complètement.....

  • bady le 02.06.2019 19:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au boulot

    Marre de ces pays à problèmes

    • heiden le 02.06.2019 20:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @bady

      s il y avais les occidentaux qui fouttent la merde la bas y compris la suisse ces pays irons mieux. bouteflika a des milliards du peuple algérien dans les banques suisse

    • Suisse et Travailleur le 02.06.2019 20:42 Report dénoncer ce commentaire

      @heiden

      Les seuls qui croient encore à ces légendes urbaines sont les ratés qui ont eux-mêmes détruit leur avenir et qui espèrent contre toute logique, qu'un miracle les rendra riches d'une seconde à l'autre sans passer des siècles à travailler dur et honnêtement pour arriver à une prospérité bien gagnée.

    • Yaya le 03.06.2019 00:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @bady

      Pourquoi tu portes le poids de ces problèmes sur tes épaules .absurde

    • Dufour le 03.06.2019 16:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @heiden

      mais oui est ça !

    • Überman Dünor le 04.06.2019 20:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @bady

      C'est clair !

  • trotro le 02.06.2019 18:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et là ?

    Il vient pas se mêler de ce qui le regarde pas, le stablegenius ? Il limite ses ingérences impérialistes aux cas où il peut nuire à l'Europe ?

  • JL le 02.06.2019 15:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Changer...

    A mon avis il faudrait qu'il change de mentalité...ils ont tous pour tous faire... Mais ça va être très dur... Mais espérons...que pour le bien de tous ça ira mieux

  • Une Humaine le 02.06.2019 15:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Algérie

    Courage à ce beau peuple algérien. De tout coeur avec vous.

    • Marc Navet le 02.06.2019 18:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Une Humaine

      Font pas mieux que leurs anciens colonisateurs !!!!!

    • Ali le 02.06.2019 21:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Marc Navet

      Mais au moins c'est chez eux !!!

    • Dufour le 03.06.2019 16:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Une Humaine

      assez des révolutions islamiques que ils se demerde et surtout que ils nous foutent la paix !

    • Dufour le 03.06.2019 16:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Ali

      ben quand ils y restent surtout !!!