Législatives en Algérie

16 mai 2012 12:57; Act: 16.05.2012 13:17 Print

Presque un tiers de femmes au Parlement

La nouvelle Assemblée Nationale issue des élections législatives du week-end dernier en Algérie a porté au Parlement près d'un tiers de femmes.

storybild

Les femmes représentent 53% de la population, 45% des magistrats, et maintenant environ 32% de l'Assemblée nationale. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Les femmes ont remporté presque le tiers des sièges de députés aux élections législatives du 10 mai en Algérie. Les militantes féministes n'entendent pas baisser la garde pour autant.

Selon un décompte encore provisoire, au moins 145 des 462 sièges de la nouvelle assemblée seront occupés par des femmes, soit un bond de 115 sièges comparé à la précédente assemblée, il est vrai moins nombreuse, à 389 sièges.

Cette avancée a suscité l'enthousiasme de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui a applaudi le «nombre élevé de femmes élues». Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est aussi félicité de «l'augmentation de la représentation des femmes dans la nouveau parlement» en Algérie.

Le scrutin législatif a permis au parti présidentiel Front de Libération nationale (FLN) de retrouver un peu de son hégémonie passée avec 221 sièges, tandis que les formations islamistes ont reculé, à contre-sens de la vague religieuse qui a envahi les parlements régionaux touchés par le Printemps arabe.

Fin d'une hégémonie

«Le Printemps arabe est reporté pour les islamistes mais ses fleurs se sont épanouies pour les femmes qui amèneront de la couleur à l'Assemblée nationale et hausseront la voix dans une hémicycle dominée par les hommes depuis 50 ans», estime Samia, une employée d'une cinquantaine d'années, à Alger.

«Avec cette proportion considérable de femmes au parlement, nous nous rapprochons d'une véritable représentation démocratique» dans l'assemblée, juge Fatima Mustapha, enseignante à l'université.

Les femmes représentent 53% de la population, 45% des magistrats, et maintenant environ 32% de l'Assemblée nationale, ce qui les place bien avant leurs consoeurs de Tunisie et du Maroc.

Le ministre de l'Intérieur Daho Ould Kablia estimait la semaine dernière que le nombre de femmes élues plaçait l'Algérie en tête de la moyenne européenne.

Des quotas

Après des années de militantisme féminin, une nouvelle loi a imposé des quotas de 20 à 50% de femmes dans les listes électorales, proportionnellement à la taille de la circonscription. Mais il faudra voir comment les femmes élues, dont beaucoup inexpérimentées, oeuvreront à l'Assemblée et si elles s'uniront par-delà les partis.

«Les femmes doivent maintenant prouver qu'elles méritent leurs sièges», juge Nadia Aït Zaid, juriste qui a fait campagne pour le quota des femmes et formé des candidates.

Deux gros dossiers les attendent à l'Assemblée nationale: le code de la famille qui relègue la femme au statut de mineure et la criminalisation de la violence domestique. «Elles ont besoin de constituer un front qui transcende les idéologies», dit Mme Aït Zaid.

(ats)