Insolite

14 février 2019 13:49; Act: 14.02.2019 14:35 Print

Tatouage facial: «Les gens vont vous discriminer»

Le tatouage sur le visage, pratique jadis rare, a été popularisé par une nouvelle génération de rappeurs.

Sur ce sujet
Une faute?

Ils sont de plus en plus à franchir le pas et se faire tatouer le visage, une pratique jadis limitée à un public microscopique mais popularisée par une nouvelle génération de rappeurs, malgré les réticences des professionnels.

Ils ont parfois 16 ou 17 ans seulement, ces jeunes gens qui poussent la porte d'une des nombreuses échoppes du quartier d'East Village à New York. Certains n'ont encore jamais été tatoués mais veulent directement une inscription sur le visage.

«C'est devenu une grosse tendance récemment, simplement à cause de ce qu'ils voient à la télé», explique Armando Guevara, à l'accueil du salon de tatouage Andromeda Studio 33.

Ce qu'ils voient, ce sont les héros du Mumble rap (aussi appelé SoundCloud rap ou Emo rap), un sous-genre très populaire aux textes souvent axés sur les troubles psychologiques et leurs conséquences (drogue, médication, suicide).

Quasiment tous, de 21 Savage à Post Malone, en passant par Lil Uzi Vert ou Tekashi69, ont le visage tatoué, rompant avec les générations précédentes qui goûtaient peu cette esthétique.

Shaggy Johnsen, 22 ans, qui s'est fait tatouer une tête de Bugs Bunny sur la tempe, admet avoir été influencé par ce courant. «Je suis artiste moi-même», explique-t-il, se disant rappeur free style. «L'important, c'est la manière dont tu te vends.»

Depuis, il affirme que son nouveau tatouage ne lui a valu que des réactions positives. «Tout le monde aime», assure-t-il. «Je vais m'en faire faire d'autres. Le prochain? Peut-être Titi ou le diable de Tasmanie», deux autres héros de dessins animés.

Discriminations

Adam Alonso, lui, a une approche plus torturée de ce geste fort, auquel il s'est déjà prêté à plusieurs reprises.

«J'ai déjà été blessé par le passé et je ne veux plus que cela m'arrive, donc je dresse un mur pour que les gens dans la rue ne me parlent pas», dit, énigmatique, ce jeune homme, mannequin et rappeur, qui s'est fait notamment tatouer «AGONY» sous l'oeil droit, en grosses lettres.

Sur le plan professionnel, «les gens pensent que lorsque tu te fais tatouer le visage, tu ne peux plus gagner ta vie», dit-il. «Mais j'y arrive».

Armando Guevara n'est pas contre les tatouages sur le visage. Il en a lui-même plusieurs, dont un inspiré des cultures traditionnelles pré-colombiennes qui lui couvre quasiment le quart du visage. Mais il invite à la prudence.

«Si vous voulez vous faire quelque chose de permanent sur le visage, réfléchissez-y», dit ce quadragénaire d'origine nicaraguayenne, qui a dessiné chaque matin, durant des mois, le motif qu'il voulait, avant de passer à l'acte.

Beaucoup de jeunes candidats ne se rendent pas compte, selon lui, «que cela va avoir un impact profond sur leur vie. (...) Beaucoup de gens vont vous discriminer, vous refuser un logement ou un emploi.»

«Pas prêts»

«Quand les gens voient un tatouage facial, ils pensent que la personne est inconsciente, en colère, antisociale ou anarchiste», dit Armando Guevara. «Je suis quelqu'un de bien, je travaille dur, mais ce n'est pas ce que les gens voient.»

«Cette génération pense que c'est facile et rapide de se le faire enlever au laser», poursuit-il, «mais cela coûte de l'argent et de nombreux rendez-vous. Et, à la fin, vous aurez une cicatrice.»

Le salon Andromeda n'accepte pas les clients de moins de 18 ans, ce qui est aussi l'âge minimum en France où a lieu à partir de vendredi le Mondial du tatouage, à Paris.

Ceux qui ont l'âge requis et veulent un «face tattoo» doivent répondre à quelques questions sur leur parcours et leurs motivations. «Si on sent qu'ils ne sont pas prêts, on refuse», explique Armando Guevara.

Certains refusent même toutes les demandes des adolescents, par principe, comme Fineline Tattoo, qui se revendique comme la plus vieille enseigne de New York, où le tatouage fut officiellement interdit de 1961 à 1997.

Mehai Bakaty, propriétaire et lui-même tatoueur, rappelle que le tatouage facial a longtemps été réservé aux gangs et, plus encore, aux prisonniers, qui «avaient renoncé» à la vie en société.

«C'est à se demander si les jeunes ne sont pas attirés par ça pour des raisons similaires», dit-il. «Ils n'ont plus l'espoir de devenir autre chose que caissier» et cèderaient ainsi au nihilisme. «Je pense que c'est ce que ces jeunes rappeurs essaient de dire, mais ça me paraît complètement irresponsable.»

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • T.c spaggiari le 14.02.2019 14:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Liberté

    Laisser les faire ça nous fera plus de job pour ceux qui veulent bosser, quand il seront cramé de la gueule parce qu'il voudront l enlever mais que plus personne les voudra avant et après Ahaha après tout tout le monde est libre de son corps

  • Skblllz le 14.02.2019 14:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Horrible

    Les tatouages après 20 ans deviennent degueulasses, perdent leurs couleurs, la peau se fripe et se ride, du coup ça ne ressemble plus à rien. Autant les cacher, a 80 ans ils auront l'air de quoi avec leur tatouages sur la tronche

  • nico le 14.02.2019 14:25 Report dénoncer ce commentaire

    Tatoué..

    Plusieurs fois. Certains tatouages visibles, d'autres moins. Mais je ne pense pas que ce soit raisonnable sur le visage (dans de nombreux cas). L'acte doit être mûrement réfléchi, et être coherent (d'une certaine façon). A la fin, chacun fait comme il veut, personnellement généralement pas fan, mais je sais apprécier un ta moko maori par exemple.

Les derniers commentaires

  • Tatoue le 16.02.2019 00:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pour en finir...

    Pour clore définitivement les commentaires débiles et haineux des rageux frustrés qui insinuent sans complexe que les personnes tatouées sont des cas sociaux, des drogués, des alcoolos ou des SDF : voici une petite liste non exaustive des personnes tatouées que vous dénigrez: Bruce Willis, David Beckham, Rihanna, Brad Pitt, Ryan Gosling, et plus proche de nous Stan Wawrinka. Et moi. Il est de notoriété publique que ces personnes sont les déchets de l'humanité que les bien-pensants décrivent dans leurs coms ! Bonne soirée...

  • jean leplacide le 15.02.2019 04:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    apres demerdez vous .

    se qui est légal n'est pas illégal et se qui est inutile n'est pas utile.

  • jean Paquebot le 15.02.2019 04:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    tatoué sure d'etre beau

    le tatoué ( j'en connais un ou deux dans mon entourage ) fait toujours pareil, il commence par un petit tatouage genre un nom, ou un dessin, bref un truc discret, et après il continue c'est une spirale, et lorsque tu va le voir il fait tout se qu'il peut pour que tu remarque son tatouage (sinon pas d'intérêt) et toi t'a envie de lui dire arrête tu ressemble plus à rien, mais dis rien par ce que tu veux pas le vexer.

  • no problemo le 15.02.2019 04:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comment creer un probleme

    le tatouage ou le piercing c'est juste une question de choix personnel, bien sûre l'apparence physique est importante lors d'un premier contact ( professionnel ou autre) alors si t'est tatoué comme une carte Michelin ou piercé comme un égouttoir tu va de toute façon être mis dans une catégorie de branleurs artistes ou marginal, par ceux qui ne pensent pas comme toi et qui sont plus nombreux. A toi de trouver une solution dans ton milieux.

  • ktulu le 14.02.2019 21:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    marre des censeurs

    ça veut du "vivre ensemble" et pas un jour sans une clique de fous furieux pour juger son prochain. Chacun fait ce qui lui plaît au risque de heurter certaines sensibilités! Mais sans exceptions svp, sinon ça s'appelle une dictature.