Irak

30 juillet 2014 20:41; Act: 30.07.2014 20:55 Print

Quinze sunnites exécutés sur la place publique

Quinze Irakiens sunnites ont été exécutés mercredi par une milice chiite sur une place de Bakouba, à 60 km de Bagdad. Leurs corps ont été pendus à des pylônes électriques.

Sur ce sujet
Une faute?

D'après un policier en poste dans cette ville à la population mixte chiite et sunnite, cette exécution en place publique et l'exposition des cadavres viseraient à dissuader les habitants sunnites de Bakouba de soutenir les djihadistes de l'Etat islamique (ex-EIIL).

Les victimes, enlevées la semaine passée, ont été abattues d'une balle dans la tête et dans la poitrine avant que leurs corps soient attachés aux pylônes par des câbles.

«Les miliciens ont empêché une équipe médicale de décrocher les corps», a ajouté ce policier contacté par Reuters. «Nous leur avons demandé de nous laisser récupérer les corps, mais ils ont refusé.»

Attentat mortel

Et à Bagdad, au moins trois personnes ont été tuées et 13 blessées dans l'explosion d'une voiture piégée, selon des sources de sécurité et médicales.

«Une voiture piégée a explosé près d'une station-service dans la rue principale de Sadr City», quartier majoritairement chiite du nord de la capitale, a déclaré à l'AFP un responsable du ministère de l'Intérieur. Ce bilan risque de s'alourdir, ont prévenu des sources au sein de la police.

Missiles américains en Irak

Sur le plan militaire, des responsables américains ont annoncé mardi que les Etats-Unis ont l'intention de céder 5000 missiles Hellfire à l'Irak pour 700 millions de dollars pour aider Bagdad dans sa lutte contre les insurgés sunnites. La vente doit encore recevoir l'aval des élus du Congrès.

Ce mois-ci, les Etats-Unis ont livré 466 Hellfire à Bagdad, et 780 depuis le début de l'année, selon le contre-amiral John Kirby, le porte-parole du Pentagone. Quelque 366 missiles doivent être livrés en août, a-t-il ajouté.

Les Hellfire, fabriqués par le géant Lockheed Martin, sont notamment utilisés par le Pentagone pour cibler les insurgés liés à Al-Qaïda au Pakistan ou au Yémen à l'aide de drones.

Survol évité

Et sur le plan aérien, la compagnie d'aviation britannique Virgin Atlantic a annoncé éviter le survol de l'Irak pour des raisons de sécurité après la destruction d'un avion de la Malaysia Airlines au-dessus de l'Ukraine, emboîtant ainsi le pas d'autres groupes aériens.

Plusieurs autres compagnies aériennes dont Air France, KLM et Emirates avaient déjà pris cette décision par crainte de missiles. Le président d'Emirates avait précisé dans le journal «Times» lundi que d'ici une semaine à dix jours, la compagnie commencerait à contourner l'espace aérien irakien, qui se trouve sur la route la plus directe entre Dubaï et l'Europe.

(ats)