Malaisie

04 décembre 2019 22:37; Act: 04.12.2019 22:37 Print

Rater la prière du vendredi leur vaut 1 mois de prison

Six musulmans ont été sanctionnés pour avoir préféré un pique-nique à la prière. Les ONG mettent en garde contre la montée d'un islam conservateur.

storybild

La pratique dun islam tolérant est menacée, selon des ONG. (Photo: AFP)

Une faute?

Assister à la prière du vendredi est un devoir pour les hommes musulmans en Malaisie. La semaine dernière, six d’entre eux âgés de 17 à 35 ans ont été surpris alors qu’ils pique-niquaient près d’une cascade à l’heure du traditionnel recueillement, le plus important pour la communauté du pays. Après avoir plaidé coupables devant un tribunal de l’État de Terengganu, ils ont écopé chacun d’amendes allant de 2400 à 2500 ringgits (570 à 590 francs) et à des peines de 1 mois d’emprisonnement. Les six hommes restent en liberté en attendant leur appel.

Le pays ayant un double système judiciaire, les tribunaux islamiques sont habilités à traiter les questions religieuses et familiales, ainsi que des affaires de mœurs pour les musulmans.

Une «affaire personnelle»

De leur coté, des ONG s’inquiètent d’une progression de l’islam conservateur dans une Malaisie multiethnique. «Manquer la prière du vendredi est une affaire personnelle. Des condamnations excessives ne sont pas la bonne méthode», a reproché Zaid Malek, de l’ONG de défense des droits de l’homme malaisienne.

Si de telles condamnations sont rares, les accusés risquaient jusqu'à 2 ans de prison selon la législation islamique. Pour les défenseurs des libertés, cette affaire démontre que la pratique traditionnelle d’un islam tolérant dans le pays est menacée. Cet épisode intervient quelques semaines après la bastonnade reçue par quatre hommes malaisiens condamnés pour relations homosexuelles.

(afp/lvb)