Enchères - France

04 décembre 2011 22:25; Act: 04.12.2011 22:36 Print

Record pour une robe de l'Impératrice Joséphine

Une exceptionnelle robe de l'impératrice Joséphine, exposée autrefois au Metropolitan Museum de New York, a atteint 125'000 euros (150'000 francs) dimanche lors d'enchères à Fontainebleau.

Sur ce sujet
Une faute?

Il s'agit d'un record mondial pour un tel vêtement. Au cours de cette même vente consacrée à l'empereur, qui proposait 400 oeuvres appartenant à des particuliers français et étrangers, une modeste chemise de nuit de Napoléon 1er, portée lors de son exil à Sainte-Hélène, a également trouvé preneur pour 51'250 euros (63'000 francs), a précisé la maison dans un communiqué.

Pièce majeure de ces enchères, la robe en satin blanc crème, avec traîne à plis d'ampleur, brodée de perles d'argent et perles à facettes était estimée entre 60'000 et 80'000 euros (75'000 et 98'000 francs)(hors taxes).


Coupe «Empire»

Typique de la coupe «Empire» - décolleté carré, manches courtes bouffantes, empiècement sous la poitrine - cette robe est l'oeuvre de la maison Augustin Picot, brodeur officiel de l'Empereur et de Joséphine.

Fondée en 1775, la maison Picot à Paris, désormais fermée, a réalisé les vêtements de sacre (1804) du couple impérial et brodé également tous les drapeaux des armées napoléoniennes.

«L'impératrice a dû ramener la robe chez Picot pour la faire reprendre et elle n'est jamais revenue la chercher», a expliqué le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat: le vêtement était un peu usé sous les bras et apparemment Joséphine avait pris un peu d'embonpoint puisqu'il avait fallu relâcher un peu de tissu sous la poitrine.

Pour les experts, cette robe, presque de la taille d'une robe d'enfant, montre par ailleurs que Joséphine était toute petite. Cette pièce exceptionnelle n'avait jamais quitté la collection de la maison Picot-Brocard sauf pour une exposition au Met à New York.


Chemise de nuit

Bien plus modeste mais portée par l'empereur, la chemise de nuit blanche en baptiste, brodée en fil rouge du célèbre «N» impérial couronné, avait été rapportée de Sainte Hélène par le général Henri Bertrand. Elle était estimée entre 40'000 et 50'000 euros (50'000 et 62'000 francs).

A noter encore la vente de «deux fragments de tissus provenant d'habits de l'Empereur», dont le celui du «sacre du Roi d'Italie, Napoléon 1er», vendu 3500 euros (4500 francs), et des souvenirs historiques comme un portefeuille à soufflets du Marquis de La Fayette (1757-1834) vendu 21'258 euros (26'000 francs environ) et un sabre d'époque Directoire-Consulat ayant appartenu au général Mac Donald (1765-1840), vendu 43'750 euros (54'000 francs).

(ats)