Italie

13 juin 2011 18:08; Act: 13.06.2011 18:20 Print

Référendums: revers électoral pour Berlusconi

Mobilisation inédite enregistrée à l'occasion des référendums promus par l'opposition sur l'abolition de l'immunité pénale de Silvio Berlusconi, l'interdiction du retour au nucléaire et la privatisation de l'eau.

storybild

Le quorum n'avait pas été atteint en Italie pour ce type de référendums d'initiative populaire depuis 16 ans. (Photo: Keystone)

Une faute?

«Avoir atteint le quorum, c'est quelque chose d'énorme», se réjouissait Margherita Sina, une brune de 25 ans. «Les Italiens se sont enfin réveillés et ont décidé de prendre leur destin en main. Le peuple italien est devenu plus responsable», a-t-elle ajouté.

La participation au vote organisé dimanche et lundi jusqu'à 13h00 GMT a été très forte, environ 57%, soit bien davantage que le quorum, le seuil de 50% plus une voix indispensable pour que les référendums soient valables.

Cela faisait 16 ans que le quorum n'avait pas été atteint en Italie pour ce type de référendums d'initiative populaire.

Cette manifestation a eu lieu à l'appel de plusieurs associations (WWF, etc.), partis politiques (Refondation communiste, etc.) et syndicats sur la Piazza della Bocca della Verità, à deux pas du Capitole.

Le chef du gouvernement Silvio «Berlusconi est grillé, même le Vatican a pris ses distances avec lui en se prononçant contre la privatisation de l'eau», estime Margherita.

Laura, une rousse d'une soixantaine d'années, est sur la même longueur d'onde : «C'est le début de la fin de Berlusconi, ça marque vraiment la fin du berlusconisme». «C'est une question qui relève de la politique, pas des partis politiques», note-t-elle.

«Aujourd'hui, ce ne sont ni la droite ni la gauche qui ont gagné, mais le peuple», affirme pour sa part, Giovanni Piocongi, un syndicaliste à barbichette en polo et jeans, tout en dénonçant «les tentatives de récupération du mouvement par les partis politiques».

Selon un sondage de l'institut EMG, une écrasante majorité d'Italiens - plus de 90% sur chaque question - a rejeté les lois de M. Berlusconi prévoyant un retour au nucléaire, l'ouverture au privé pour la gestion et la distribution de l'eau et une forme d'immunité pour le chef du gouvernement.

Ce dernier a d'ailleurs reconnu en fin d'après-midi sa défaite sur «tous les thèmes» des référendums.

Ce camouflet constitue un nouveau revers pour le Cavaliere après celui subi par sa coalition de centre-droit aux municipales partielles d'il y a 15 jours quand elle a perdu, entre autres, son fief de Milan.

(afp)