Affaire Griveaux

19 février 2020 21:12; Act: 19.02.2020 21:12 Print

Règlement de comptes entre anciens amis

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a évoqué la vie privée d'Olivier Faure à la radio, sur fond d'affaire Griveaux. Le patron du PS dénonce une «faute grave».

storybild

(Photo: Montage/afp)

Sur ce sujet
Une faute?

Le patron du PS Olivier Faure a accusé mercredi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner d'avoir «commis une faute grave», après que celui-ci a évoqué sa vie privée à la radio, sur fond d'affaire Griveaux. «Si mes propos l'ont blessé, je les regrette. Il n'y avait aucune menace», a affirmé M. Castaner, dans la soirée à l'AFP. Il a souligné que «l'un et l'autre», compagnons de route en politique durant plusieurs années, avaient «connu des moments difficiles dans (leurs) vies». «Nous étions côte à côte».

Les deux quinquagénaires se sont côtoyés pendant des décennies au Parti socialiste, des jeunesses rocardiennes aux arcanes de l'Assemblée nationale, où tous deux ont été élus pour la première fois en 2012. «Nos bureaux étaient côte à côte», a rappelé le ministre.

Après le départ de Christophe Castaner chez les marcheurs, Olivier Faure l'a d'abord ménagé au début du quinquennat Macron. Mais depuis quelques mois, les mots se font plus offensifs, plus aigres. Et mercredi, le Premier secrétaire du PS est allé jusqu'à demander à Emmanuel Macron «de convoquer le ministre de l'Intérieur dans les meilleurs délais et d'en tirer les conséquences».

«Une faute grave»

Objet de son courroux: l'intervention dans la matinée de M. Castaner qui, sur France Inter, s'est dit «étonné des leçons de morale» d'Olivier Faure, «que je connais bien et que j'ai accompagné dans ses divorces et ses séparations». Une allusion directe à la vie privée du numéro un socialiste. Qui, la veille, avait lui-même dénoncé la «légèreté incroyable» de Benjamin Griveaux, l'ex-candidat LREM aux municipales de Paris, obligé de se retirer de la course après la diffusion de vidéos intimes.

La déclaration de M. Castaner a aussitôt déclenché un tollé à gauche, mais aussi à droite. Face à l'avalanche de critiques, M. Castaner, dans un message directement adressé à son ex-ami sur son Twitter, a tenu à préciser: «cher @faureolivier, il n'y avait ni menace ni attaque personnelle dans mon propos. Nous nous connaissons depuis assez longtemps pour savoir l'un et l'autre que la vie n'est pas linéaire. Et nous y avons quelquefois fait face ensemble.»

Mais cette tentative d'explication du ministre n'a pas calmé le colère froide de son ancien ami. Lors d'une déclaration qu'il a voulue solennelle dans la salle des conférences de presse à l'Assemblée, M. Faure a dénoncé, quelques heures plus tard, «une faute grave» de la part du ministre.

«Dès lors, il appartient au président de la République, garant de nos institutions, de convoquer le ministre de l'Intérieur dans les meilleurs délais et d'en tirer les conséquences», a souligné le patron du PS.

«Ligne rouge»

La relation entre les deux hommes avait déjà pris un sérieux coup de canif en mars 2019, lorsque le Premier secrétaire du PS avait ironisé sur les annonces «entre deux verres» de son ex-allié, en allusion à une soirée en boîte bien arrosée de celui-ci, révélée par la presse people quelques jours plus tôt. Mais «ce matin une ligne rouge a été franchie», a insisté M. Faure.

Le patron du PS a reçu le soutien de nombreux responsables politiques. A commencer par ceux du Parti socialiste. «Amateur en tant que ministre? Mais professionnel de l'attaque minable. Ces propos déshonorent leur auteur et le mettent au niveau de ceux qu'il prétend combattre dans cette pathétique affaire», a cinglé le patron des sénateurs PS Patrick Kanner.

«Dans une démocratie sereine, M. Castaner serait en train de chercher du boulot», a attaqué Julien Dray, ex-député PS.
«LREM peut réclamer l'anonymat sur les réseaux sociaux, son ministre est une vraie balance!», s'est exclamé Fabien Roussel, secrétaire national du PCF.

A droite aussi, les critiques ont fusé. «En attaquant Olivier Faure sur sa vie privée, Christophe Castaner fait la preuve de la bassesse dont est capable ce pouvoir qui dégrade chaque jour davantage le climat politique», selon Bruno Retailleau, président des sénateurs LR.

Quelques jours plus tôt, après la publication de la vidéo à caractère sexuel de M. Griveaux, la classe politique, dans une rare unanimité, avait exprimé son indignation et appelé au «respect de la vie privée» des politiques.

(afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • he le 19.02.2020 21:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une petite gâterie

    ces beaux messieurs se contentaient de faire leurs petites spécialités à leurs compagnes ils ne seraient pas dans la merde

  • j30 le 19.02.2020 21:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on se moque des contribuables

    pauvre classe politique il faut leur trouver du boulot ,déjà se filmer en train de se branler il a un problème sérieux et envoyer la video a quelqu'un ensuite pauvre gars pendant qu'ils parlent de ça ils oublient les gros problèmes

  • Etienne le 19.02.2020 21:32 Report dénoncer ce commentaire

    "Faute grave"?

    Il faudrait rappeler aux députés LREM que si la politique est une forme de "masturbation", elle est de type intellectuelle uniquement...

Les derniers commentaires

  • maître Capello & orthograf associés le 20.02.2020 18:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bon à tout et à rien

    nous pouvoir aidez vous nous tou savoir faire

  • Fouine Manure le 20.02.2020 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elles ont les boules..

    Gros déballage: on saura bientôt qui était le père des enfants d'Ânes Y Dalle Go et de Radis D'Hachi Da! et celles qui parlent maintenant de boules puantes ont dût côtoyer des vrais saligôts.

    • Mendrisiotto le 20.02.2020 16:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Fouine Manure

      Pliez de rire, du beau monde dans ces politiciens, chez nous aussi, Pas qu'en France, Genève, et Vevey

    • Dann le 20.02.2020 21:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Mendrisiotto

      Ne parlons pas des politiciens genevois, manifestement les plus gros incapables de Suisse. Hormis Monsieur Poggia. Des millions de déficit et ils s'occupent de conneries climatiques et transformation de signaux routiers.. Tant que le Hodger's Comicos Club est aux commandes, on ne pourra pas critiquer les politiciens étrangers.

  • Bibi le 20.02.2020 09:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre France

    Pauvre France, Entre des politiciens plus préoccupés par leur image que par le bien publique et une population plus préoccupé par leurs acquis sociaux que par l'avenir et le bien commun, la France n'est pas sorti de l'auberge...

    • Niveau le 20.02.2020 18:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bibi

      6eme puissance économique mondiale et dans les meilleurs puissances militaires mondiale. Et vous ?

    • Dann le 20.02.2020 21:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bibi

      Et à Genève ? C'est mieux? Le pire exemple Suisse.

  • Iro Nique le 20.02.2020 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Petit zizi et grandes manoeuvres

    La dernière série politico-porno française tiendra-t-elle la distance face à la concurrence étrangère féroce? Mourra-t-on tous du Covid- 19 ou du réchauffement climatique ? A moins que le Novo-Tsar et le Grand Turc ne foutent le feu avant?

  • Ouèsava le 20.02.2020 08:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pitoyables

    Quelle bande de tristes clowns... Quand on pense qu'ils ne vivent que et exclusivement de l'argent qu'ils parviennent à racketter à leurs con-citoyens, ça laisse songeur. Mais peut-être qu'ils représentent vraiment les Français, après tout. Ils ont bien été élus, ou choisis par des élus, non ? Je finis par leur préférer d'authentiques malfrats, eux au moins ont une once de sincérité.