France

10 décembre 2019 17:58; Act: 10.12.2019 21:59 Print

La grève reste forte mais les défilés se dégarnissent

Parmi les manifestants figuraient des cheminots, étudiants, syndicalistes, quelques blouses blanches et «gilets jaunes» mais surtout beaucoup d'enseignants.

Voir le diaporama en grand »
De nouvelles manifestations sont prévues jeudi en France contre la réforme des retraites controversée du gouvernement Macron.(16 janvier 2020) Le gouvernement a transmis aux partenaires sociaux deux projets de loi contenant sa réforme des retraites, avec un âge pivot à la clé. (Vendredi 10 janvier 2020) Nouveau round de concertations pour le projet de réforme des retraites contesté depuis plus d'un mois. L'Assemblée nationale examinera le projet à partir du 17 février et durant deux semaines, en procédure accélérée. (7 janvier 2019) Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Paris pour demander le retrait de la réforme des retraites, à l'appel des syndicats. (Samedi 4 janvier 2019) Dans un entretien à paraître dimanche, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a accusé le gouvernement d'organiser «le bordel» pour «pourrir» le conflit. (Photo d'archives) Les manifestants contre la réforme des retraites se sont rassemblés jeudi devant la Gare de L'Est à Paris. (26 décembre 2019) La mobilisation contre la réforme des retraites continue au 22e jour des manifestations. (26 décembre 2019) La circulation des trains restait «très perturbée» ce 26 décembre. Une nouvelle manif avait lieu près de la Gare de l'Est à Paris. Les transports devraient être encore être très perturbés jeudi en France, après un Noël au ralenti. (25 décembre 2019) La grève ne connaît pas de trêve pour Noël: plusieurs actions contre la réforme des retraites contre prévues ce mardi. (24 décembre 2019) Les grévistes mobilisés contre la réforme controversée des retraites veulent «maintenir la flamme» pendant les fêtes. (Lundi 23 décembre 2019) La réunion jeudi entre le gouvernement et les partenaires sociaux n'a pas permis de parvenir à un compromis sur la réforme des retraites. Le premier ministre Édouard Philippe a toutefois souligné des «avancées». (Jeudi 19 décembre 2019) Le président français Emmanuel Macron et son premier ministre Édouard Philippe «se sont accordés jeudi sur les orientations prises» concernant le conflit des retraites, a indiqué l'Élysée. (Jeudi 19 décembre 2019) Le gouvernement français, qui croit encore à une trêve de la grève dans les transports, accueille les syndicats jeudi. (19 décembre 2019) Les syndicats à l'origine de la mobilisation contre la réforme des retraites ont décidé mardi la poursuite du mouvement par des «actions locales le 19 et jusque fin décembre». (17 décembre 2019) La mobilisation contre la réforme des retraites en France pourrait atteindre un sommet mardi dans la rue à l'appel, pour la première fois, de tous les syndicats. (17 décembre 2019) Blocage d'entrepôts, opérations escargot, barrages filtrants: une grève d'une journée des routiers, à l'appel de quatre syndicats de leur branche pour réclamer de meilleures conditions de travail et de salaires, complique encore la situation. (16 décembre 2019) Les transports parisiens restaient bloqués lundi matin, avec huit lignes de métro fermées et un trafic très perturbé des trains de banlieue. Sur les routes en région parisienne, plus de 620 kilomètres de bouchons étaient enregistrés (16 décembre 2019) L'artisan de la réforme des retraites en France a reconnu samedi avoir exercé 13 mandats d'administrateur dans diverses fondations et organismes en plus de ses fonctions gouvernementales. (14 décembre 2019) La grève dans les transports en commun perdurait vendredi en France. La mobilisation pourrait se prolonger jusqu'à Noël malgré l'invitation au dialogue du gouvernement. (Vendredi 13 décembre 2019) La mobilisation en France contre la réforme contestée des retraites, qui paralyse les grandes villes du pays, entre jeudi dans sa deuxième semaine et pourrait s'amplifier. (12 décembre 2019) Edouard Philippe a détaillé «l'architecture» de la réforme des retraites. Une présentation vivement critiquée par l'ensemble des syndicats. (Mercredi 11 décembre 2019) La compagnie aérienne britannique à bas coûts est contrainte de biffer seize liaisons entre l'Hexagone et la Suisse, à cause de la grève en France. (10 décembre 2019) Dix lignes de métro sur seize seront closes mardi à Paris, et seuls 20% des TGV et trains de banlieue circuleront. (10 décembre 2019) C'est le chaos total sur les routes parisiennes. Les usagers jouaient des coudes pour tenter de monter dans les rares transports en service. (Lundi 9 décembre 2019) Les Français devraient connaître un lundi noir dans les transports alors que l'intégralité du projet de réforme des retraites doit être présenté mercredi. (9 décembre 2019) Vehicles run on the Paris' ring road, the 'Peripherique', on December 9, 2019 in Porte de Vincennes in Paris, during a strike of Paris public transports over French government's plan to overhaul the country's retirement system, as part of a national strike. (Photo by JACQUES DEMARTHON / AFP) Edouard Philippe a assuré au «JDD» qu'un gouvernement qui renoncerait à réformer les retraites aujourd'hui exposerait la France à une réforme «très brutale» plus tard. (Dimanche 8 novembre 2019) Une nouvelle épreuve de force contre la réforme des retraites est attendue ce week-end en France où les transports devraient encore être perturbés. (7 décembre 2019) Le premier ministre français Edouard Philippe a réexpliqué aux salariés bénéficiant de régimes dits «spéciaux», en particulier ceux des transports publics, sa volonté d'harmoniser «progressivement» les retraites. (vendredi 6 décembre 2019) Les syndicats français opposés à la réforme des retraites ont vendredi appelé à une nouvelle journée d'actions interprofessionnelle mardi. (6 décembre 2019) La police anti-émeute intervient contre les manifestants à Paris. (5 décembre 2019) Des manifestants jouent les prolongations à Paris. (5 décembre 2019) Affrontement entre police et manifestants en fin de soirée à Paris. (5 décembre 2019) Les pompiers aussi ont défilé à Paris. (5 décembre 2019) Affrontement entre police et manifestants en fin de soirée à Paris. (5 décembre 2019) Plusieurs centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue jeudi, en France, pour protester contre la réforme des retraites. (Jeudi 5 décembre 2019) Des secteurs entiers d'activité ont tourné au ralenti dans le cadre d'une mobilisation massive contre la réforme des retraites, promesse-phare du quinquennat d'Emmanuel Macron. (Jeudi 5 décembre 2019) Dans une atmosphère tendue, des militants radicaux des «Black blocks» ont avancé sur le boulevard Magenta derrière une banderole «Marx ou crève» avant d'être repoussés vers la place de la République par l'arrivée de brigades de la police nationale. (Paris, 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) En fin d'après-midi, on comptait plus de 510'000 manifestants dans environ 70 villes, selon un décompte de l'AFP à partir de sources policières et préfectorales, qui ne prenait pas encore en compte l'importante manifestation parisienne. (Jeudi 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) On comptait au moins 33'000 personnes à Toulouse, 25'000 à Marseille, 20'000 à Lyon. (Jeudi 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) Manifestation à Nantes. (Jeudi 5 décembre 2019) La manifestation dégénère à Nantes. (Jeudi 5 décembre 2019) De premiers incidents ont éclaté jeudi peu avant 16 heures à Paris en tête de la manifestation contre la réforme des retraites qui rassemblait des milliers de personnes dans la capitale. (Jeudi 5 décembre 2019) Des dizaines de milliers de personnes étaient dans la rue partout en France. (Jeudi 5 décembre 2019) Des dizaines de milliers de personnes étaient dans la rue jeudi partout en France. (Jeudi 5 décembre 2019) Des manifestants à Rennes. (Jeudi 5 décembre 2019) Selon certains syndicalistes, une telle mobilisation n'a jamais été vue depuis 2010. Ici, Marseille. (Jeudi 5 décembre 2019) Les transports parisiens ont annoncé que la grève était reconduite jusqu'à lundi (Jeudi 5 décembre 2019). On dénombre quelque 180'000 manifestants dans une trentaine de villes. (Jeudi 5 décembre 2019) (Jeudi 5 décembre 2019) Des grévistes près de la place d'Italie, à Paris. (Jeudi 5 décembre 2019) La tour Eiffel fermée pour cause de grève. (Jeudi 5 décembre) La tour Eiffel fermée pour cause de grève. (Jeudi 5 décembre 2019) Une station de métro fermée, à Paris. (Jeudi 5 décembre 2019) Bords de Seine désertés, à Paris. (Jeudi 5 décembre 2019) RATP en grève. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare St-Charles, Marseille. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare St-Charles, Marseille. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare St-Charles à Marseille désertique. (Jeudi 5 décembre 2019) Gare Saint Lazare, à Paris. Les touristes annulent leurs plans de voyage et Paris déploie des milliers de policiers. (Jeudi 5 décembre 2019) Le tableau à l'aéroport d'Orly photographié par une voyageuse. (Jeudi 5 décembre 2019)

Sur ce sujet
Une faute?

Les opposants à la réforme des retraites sont descendus de nouveau dans les rues mardi en France, à la veille d'annonces très attendues du gouvernement. Si la grève restait importante dans les transports, les manifestations étaient nettement moins fournies.

Environ 885'000 manifestants ont défilé dans toute la France, selon un décompte de la CGT, contre 1,5 million jeudi dernier a indiqué le numéro un du syndicat, Philippe Martinez. Le ministère français de l'intérieur a fait état de 339'000 protestataires dans tout le pays (contre 806'000 jeudi).

La CGT et l'autre syndicat Force Ouvrière (FO) ont annoncé 180'000 manifestants à Paris (250'000 le 5 décembre), alors que le cabinet Occurrence, mandaté par un collectif de médias, en a compté 27'000.

Les chiffres communiqués par la police et les préfectures montraient une mobilisation au moins à moitié moindre par rapport au 5 décembre dans les régions: 12'000 personnes à Marseille et Toulouse contre 25'000 et 33'000 la semaine dernière, 9500 à Lyon contre 18'000, 9000 à Bordeaux et Nantes contre 20'000 et 19'000.

Transports très perturbés

Si la mobilisation dans la rue est en repli, «le mécontentement reste aussi haut», a fait valoir Philippe Martinez. «Aujourd'hui, on est dans l'installation d'un mouvement», a indiqué de son côté Yves Veyrier, numéro un de FO.

Les syndicats «appellent à organiser des actions de grève et de manifestations localement le 12 décembre, puis le week-end, et de faire du 17 décembre une nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle massive de grève et de manifestation», selon un communiqué intersyndical diffusé mardi soir.

Dans les cortèges figuraient beaucoup d'enseignants et de personnels de l'éducation nationale mais aussi des cheminots, des fonctionnaires, des avocats, des retraités, des étudiants.

Comme jeudi, les transports publics étaient très perturbés, notamment en région parisienne, au sixième jour de grève, avec neuf lignes de métro fermées à Paris, un RER A sur deux et un RER B sur trois.

La poursuite de la grève a été votée au moins jusqu'à mercredi, parfois jusqu'à vendredi. «La semaine est morte», a résumé Thierry Babec, de l'Unsa RATP, premier syndicat de la régie. De fait, la RATP prévoit mercredi un trafic similaire à mardi, avec 10 lignes de métro sur seize fermées.

A la SNCF, où l'on comptait 20% des TGV et des trains de banlieue, ce sera «difficile jusqu'à la fin de la semaine», a prédit le directeur général de SNCF Transilien, Alain Krakovitch. Plus de trois quarts des conducteurs étaient en grève mardi, selon la direction. La compagnie ferroviaire n'annonce qu'une légère amélioration mercredi sur les TGV et Intercités (un sur quatre).

Dans les airs, la direction générale de l'aviation civile (DGAC) avait demandé aux compagnies de réduire leur programme. Air France a annulé 25% des vols intérieurs et 10% des moyen-courriers. EasyJet a supprimé 92 vols, dont 16 entre la France et la Suisse.

«Pas d'annonces magiques»

Sept des huit raffineries françaises étaient touchées par la grève, selon la CGT. Des dockers ont organisé des blocages à Marseille et Rouen.

L'accueil des enfants dans les écoles et les crèches a été également perturbé, avec un taux de grévistes de 12,41% dans le primaire et 19,41% dans le secondaire, selon le ministère. L'enjeu pour les opposants est que le gouvernement renonce à mettre en place un «système universel» par points censé remplacer les 42 régimes existants.

Le premier ministre français Édouard Philippe doit annoncer mercredi à 12h00 «l'architecture» de la réforme puis l'expliquer au 20 Heures de TF1. «Ce n'est pas parce que je fais un discours que les manifestations vont cesser», a averti le chef du gouvernement lors d'une réunion à huis clos avec le groupe LREM à l'assemblée nationale mardi, selon plusieurs participants.

«Il n'y a pas d'annonces magiques», a-t-il insisté. Il est particulièrement attendu sur certains sujets comme les périodes de transition pour les régimes spéciaux, une éventuelle revalorisation des carrières de la fonction publique, notamment des enseignants, ou encore la question de la pénibilité et des droits familiaux.

(nxp/ats)