États-Unis

19 novembre 2019 22:39; Act: 20.11.2019 06:26 Print

Révéler le sexe du bébé: quand la fête tourne mal

Les très populaires célébrations organisées par les futurs parents se transforment parfois en désastre.

storybild

Populaires aux Etats-Unis, certaines "gender reveal parties" ont viré au cauchemar. (Photo: DR)

Une faute?

«C’est une fille!» Après avoir largué plus d’une tonne d’eau colorée en rose pour annoncer le sexe de l’enfant, un petit avion du Texas s'est s’écrasé dans un champ voisin. Survenu en septembre, l’accident n’a miraculeusement pas fait de victime, mais les catastrophes de ce genre sont courantes lors de «gender reveal parties», littéralement «fêtes de la révélation du sexe».

Le mois dernier, une femme de 56 ans a été tuée par les débris projetés par une bombe artisanale, lors d’une fête dans l’Iowa. En 2017, dans l’Arizona, un futur papa maladroit avait déjà provoqué un incendie qui s’est propagé sur 190 km2. Bilan: 8 millions de dollars de dégâts.

Mises en scènes partagées à gogo sur les réseaux

Les parents américains se sont longtemps contentés d’un gâteau pour mettre fin au suspense –coulis bleu pour un garçon ou rose pour une fille. Les mises en scène sont aujourd’hui de plus en plus sophistiquées et «extrêmes», avec l’émergence des réseaux sociaux, explique Carly Gieseler, de l’Université de New York.

Elle s’est penchée sur cette tendance lancée en 2008 par une blogueuse. Ce qui était au début «un petit rassemblement intime» est devenu un show à l’américaine, avec «explosions, feux d’artifice et parachutistes», partagé à gogo sur Instagram ou YouTube.

Ces fêtes sont aussi accusées de renforcer les stéréotypes: «Elles contribuent à rétablir la conception binaire du genre en imposant à un bébé l’idée selon laquelle il est soit un garçon, soit une fille, et tous les postulats qui vont avec», note la chercheuse.

(lvb/afp)