Zimbabwe

08 septembre 2019 17:29; Act: 08.09.2019 17:36 Print

Robert Mugabe honoré et enterré dans une semaine

Les funérailles officielles et l'enterrement de l'ancien président Robert Mugabe auront lieu à la fin de la semaine prochaine dans son pays.

Sur ce sujet
Une faute?

Ecarté du pouvoir fin 2017, Robert Mugabe s'est éteint vendredi à l'âge de 95 ans «entouré de sa famille» dans un hôpital de Singapour, où il avait été hospitalisé dans la semaine.

«Sa dépouille est attendue mercredi après-midi (au Zimbabwe). Les funérailles officielles sont prévues samedi, son enterrement aura lieu dimanche (prochain)», a dit le porte-parole de la présidence, George Charamba.

A la tête du Zimbabwe depuis 1980, le «camarade Bob», ainsi que le désignaient les membres de son parti, a été poussé à la démission en novembre 2017 par un coup de force de l'armée, qui a installé son ancien vice-président, Emmerson Mnangagwa, dans son fauteuil.

Salué comme l'icône de la lutte pour l'indépendance de l'ex-colonie britannique, Robert Mugabe incarne aussi l'image d'un despote qui a régné d'une main de fer sur son pays et l'a précipité dans une crise économique terrible dont il n'est toujours pas sorti. Depuis sa disparition, les discussions sur l'organisation de ses funérailles allaient bon train entre sa famille et le gouvernement.

«Héros national»

Dès vendredi, le chef de l'Etat a décrété un deuil officiel et décerné le statut de «héros national», qui lui offre une place dans le «Champ des héros de la Nation», en lisière de la capitale, Harare.

Ce monument, où s'élèvent trois statues de soldats en bronze offerte par la Corée du Nord, accueille traditionnellement les sépultures des anciens combattants de la «guerre de libération». Il a été récemment ouvert aux personnalités des arts et des sciences.

Le porte-parole de la présidence a toutefois laissé entendre dimanche que Robert Mugabe pourrait être inhumé ailleurs. Le lieu «sera déterminé par la famille», a précisé dimanche M. Charamba.

A en croire des indiscrétions de la presse locale, la famille de Robert Mugabe s'est opposée à son enterrement au «Champ des héros nationaux», assurant que l'ancien maître du pays souhaitait être enterré dans le village de Zvimba, où il possédait une maison.

«Nous, les habitants de Zvimba, nous ne voulons pas qu'il aille au Champ des héros (...) pour quoi faire ?», a déclaré dimanche sa tante Josephine Jaricha, «nous voulons qu'il soit enterré ici».

Depuis la chute de Robert Mugabe, les relations entre l'ex-président et son successeur, qu'il a qualifié publiquement de «traître», étaient notoirement mauvaises.

En novembre 2017, l'armée l'avait poussé vers la sortie après sa décision de limoger son vice-président, Emmerson Mnangagwa, sur l'insistance de sa deuxième épouse, Grace, qui convoitait la succession de son nonagénaire de mari.

«Un homme en colère»

L'héritage très contrasté de Robert Mugabe a laissé nombre de ses compatriotes au mieux indifférents à sa disparition.

Dimanche, le prêtre de la cathédrale du Sacré-Coeur à Harare, où l'ancien président venait parfois assister à la messe, a encouragé ses ouailles à prier pour leur président disparu.

«Je sais que certains ont des sentiments contrastés, mais il est de notre devoir de prier les uns pour les autres», a déclaré Justin Jagaja, «nous voulons (...) que Dieu le bénisse pour tout ce qu'il a fait de bien pour ce pays et que Dieu lui pardonne tous ses péchés et les moments où il a été faible».

Vicaire général de l'archidiocèse de Harare, Kennedy Muguti s'est souvenu dimanche d'un Robert Mugabe «amer» à la fin de son règne. «A cause de la façon dont il avait été chassé du pouvoir, c'était un homme déçu, frustré, en colère», a confié le prélat, «mais à certains moments il était capable d'exprimer sa foi».

«Il venait de temps en temps assister à la messe de 10h00 avec sa famille, il occupait le siège devant à droite, il aimait être installé là où il pouvait tout voir», s'est souvenue la responsable de la chorale de la cathédrale, Anne Fernandez. «Que Dieu le bénisse (...) Je me souviendrai d'abord de ses premières années au pouvoir, de son idéalisme et de la façon dont il a mené le pays à sa libération», a-t-elle ajouté.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • trotro le 08.09.2019 18:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vu dans "le temps"...

    ... Le dessin de Chapatte où des vers se réjouissent : "Il va enfin nourrir le Zimbabwe"... Tout est dit, et bon débarras.

  • Circo Loco le 08.09.2019 19:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tirer la chasse d'eau

    Il a persécuté et chassé les blancs qui faisaient tourner et nourrissaient le pays et maintenant 90% des Zimbabwéens sont au chômage

  • Legros le 08.09.2019 19:02 Report dénoncer ce commentaire

    Héro national

    En 2009: 100'000'000'000 dollars du Zimbabwe valent 30 dollars US. Le chomage est à 94% Autrefois le grenier de l'Afrique, le Zimbabwe (autrefois la Rhodésie du Sud), les 30 ans du règne marxiste de Mugabe a été une catastrophe pour le pays.

Les derniers commentaires

  • Flooo le 08.09.2019 20:31 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis blanc

    Et je soutien à 100% la politique de Mugabe, un héros africain au même titre que Mandela, Sankara ou Lumumba. N'en déplaise aux moutons lobotomisés juste capable de recracher la propagande britannique. 94% de chômage, famine, etc... mais mdr, allez donc voir par vous même.

    • Ouèsava le 08.09.2019 21:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Flooo

      Oui, c'est une bonne idée : Allez y faire un tour. Vous nous direz ensuite. Si Mugabe à fait du bon travail à ses débuts, il a viré autocrate cleptomane, entassant les milliards à l'étranger alors que son peuple tombait dans la misère. Alors, lobotomie bien ordonnée commence par soi-même !

  • Andre le 08.09.2019 20:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honoré

    Il aurait dû être couronné de honte . Brûlé en public sur de bouses de vaches ou d'éléphants serait plus adéquat que des honneurs. Le monde est fou, pauvre peuple du Zimbabwe qui devra encore subir cet affront

  • Banane le 08.09.2019 20:01 Report dénoncer ce commentaire

    Vieille pelure

    Faire un tel foin pour une pelure de banane...

  • maxime le 08.09.2019 19:41 Report dénoncer ce commentaire

    Dictateur

    Il a apporté à sa population la famine pendant des années, espérons que les verres au Zimbabwe pourront au moins se nourrir eux avec sa carcasse.

  • Circo Loco le 08.09.2019 19:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tirer la chasse d'eau

    Il a persécuté et chassé les blancs qui faisaient tourner et nourrissaient le pays et maintenant 90% des Zimbabwéens sont au chômage

    • Idriss le 08.09.2019 22:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Circo Loco

      Il ne faut pas excuser Mugabé , mais pour la petite histoire, il aura été emprisonné 10 ans par le gouvernement de Ian Smut, par ailleurs, il n'y a pas que les blancs qui ont souffert sous son règne ! 20000 personnes massacrées par lui chez les Ndebeles ! Faut pas non plus faire passer les blancs pour des enfants de coeur dites...

    • Abaa le 09.09.2019 06:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Circo Loco

      T'as lu ça sur fake news quoi?

    • kalach447 le 09.09.2019 10:29 Report dénoncer ce commentaire

      @Idriss

      Ian Smith. Je soupçonne votre coquille d'être volontaire vu la signification du mot smut.