Présidentielle américaine

02 juin 2011 19:46; Act: 02.06.2011 19:58 Print

Romney, candidat républicain pour 2012

Mitt Romney s'est déclaré candidat à la présidentielle américaine 2012, dans les rangs des républicains.

storybild

Mitt Romney se lance dans la présidentielle 2012. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'homme d'affaires américain Mitt Romney, actuel favori des sondages chez les républicains, a annoncé publiquement jeudi sa candidature à l'investiture de son parti pour l'élection présidentielle de 2012 face au président Barack Obama.

Mitt Romney, 64 ans, ex-gouverneur du Massachusetts (nord-est), a mis en avant, dans une vidéo, ses succès comme homme d'affaires. Il a insisté sur l'économie, critiquant vigoureusement le bilan du président Obama. Cet angle d'attaque pourrait s'avérer payant à un moment où le pays se remet encore de la pire crise financière depuis les années 1930.

Annonce vidéo

A l'heure où les nouveaux médias jouent un rôle croissant dans la politique, Mitt Romney a annoncé sa candidature dans une vidéo en direct sur internet («livestream») sur sa page Facebook, également diffusée à la télévision.

Son annonce était diffusée depuis une ferme de Stratham, dans le New Hampshire (nord-est), un Etat traditionnellement clé pour les primaires américaines.

Il est apparu en chemise et sans cravate devant la ferme, dont la façade blanche était ornée d'un grand drapeau américain. Il s'est exprimé --comme le fait le président Obama-- à l'aide de deux prompteurs de chaque côté du pupitre.

M. Romney est déjà connu du grand public pour avoir tenté une première candidature à l'investiture républicaine en 2008. A l'époque, il avait échoué de peu face au sénateur John McCain.

Favori dans les sondages

A défaut de candidats sortant du lot dans le camp républicain, Mitt Romney, grâce notamment à sa notoriété, est favori dans les sondages chez les républicains. Mais il n'obtient que 17% d'intentions de vote, juste devant la figure de proue des ultraconservateurs Sarah Palin (15%).

En termes de politique étrangère, il a critiqué la politique du président Obama envers Israël, assurant que ce dernier voyait --comme les pays européens-- l'Etat hébreu avec «suspicion». Il a toutefois reconnu que M. Obama avait pris la bonne décision concernant l'opération commando dans laquelle Oussama Ben Laden a été abattu au Pakistan.

(afp)