Attaques de drones

16 septembre 2019 21:28; Act: 17.09.2019 07:27 Print

Ryad affirme que l'armement est iranien

Les armes utilisées dans l'attaque en Arabie saoudite ont été fabriquées en Iran, a affirmé lundi la coalition arabe au Yémen.

Attaque de drones sur des installations pétrolières samedi en Arabie saoudite,
Sur ce sujet
Une faute?

L'attaque contre des installations pétrolières en Arabie saoudite a fait chuter l'approvisionnement pétrolier du monde noir et réveillé la crainte d'une escalade entre Washington et Téhéran.

«L'enquête se poursuit et toutes les indications montrent que les armes utilisées sont iraniennes», a déclaré à la presse à Ryad le porte-parole de la coalition, Turki al-Maliki. Il a ajouté que l'enquête portait également sur l'origine de ces tirs ayant visé samedi des installations pétrolières en Arabie saoudite.

L'attaque a été revendiquée par les rebelles chiites Houthis du Yémen, pays en guerre où Ryad intervient depuis 2015 à la tête d'une coalition militaire aux côtés du gouvernement face à la rébellion soutenue par l'Iran.

Trump veut éviter une guerre

Pour le colonel Maliki, «les attaques n'ont pas été lancées à partir du territoire yéménite comme l'ont revendiqué les Houthis», qu'il a qualifiés d'«instrument aux mains des Gardiens de la révolution et du régime terroriste iranien».

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo avait déjà estimé qu'il n'y avait aucune preuve que cette «attaque sans précédent» soit venue du Yémen, Washington accusant l'Iran d'en être à l'origine.

Lundi, Donald Trump a été plus prudent. «Il semble» que ce soit la République islamique qui ait été derrière l'attaque, mais «nous voulons déterminer avec certitude qui a fait cela», a-t-il dit à la presse, en recevant le prince héritier de Bahreïn.

Le président américain a aussi dit sa détermination à «aider» l'Arabie saoudite, mais en assurant souhaiter «éviter» une guerre avec Téhéran. Son ministre de la défense Mark Esper a de son côté affirmé que Washington «défendrait l'ordre international» qui est «sapé par l'Iran».

«Les Houthis se défendent»

Téhéran a jugé les accusations américaines «insensées» et «incompréhensibles». Lundi, le président Hassan Rohani a affirmé que les Houthis «ne font que se défendre». «Le Yémen est la cible de bombardements quotidiens (...). Le peuple du Yémen a été obligé de répondre», a-t-il déclaré.

Les Houthis continuent de s'attribuer la paternité de ces attaques. Ils ont même menacé lundi d'en lancer de nouvelles contre des cibles en Arabie saoudite. «Nous avons le bras long et il peut atteindre n'importe quel endroit à n'importe quel moment», a prévenu le porte-parole militaire des rebelles, Yahiya Saree, en s'adressant au «régime saoudien».

L'infrastructure énergétique saoudienne avait déjà été visée par les Houthis notamment en mai et en août. Mais les attaques de samedi contre l'usine d'Abqaiq et le gisement de Khurais (est) sont d'une autre envergure: elles ont entraîné une chute de moitié de la production saoudienne, à hauteur de 5,7 millions de barils par jour, soit environ 6% de l'approvisionnement mondial.

Flambée des prix

Les prix du baril sont montés en flèche. Le baril de référence sur le marché mondial, le Brent de la mer du Nord coté à Londres, a bondi de 14,6% pour finir à 69,02 dollars. Il s'agit de sa plus forte progression depuis que ce contrat a été formalisé en 1988.

Le baril de WTI, la référence du brut à New York, a pour sa part grimpé de 14,7% pour finir à 62,90 dollars, enregistrant au passage sa plus forte hausse depuis décembre 2008.

Dans ce contexte, les autorités saoudiennes étudient la possibilité de reporter l'entrée en Bourse très attendue du géant pétrolier Aramco, selon des sources proches du dossier.

Le président américain Donald Trump a assuré lundi que son pays n'avait «pas besoin du pétrole et du gaz du Moyen-Orient», mais a promis «d'aider» ses alliés.

Son ministre de l'Energie, Rick Perry, a tenté de freiner la flambée des prix du pétrole, soulignant la «quantité substantielle de pétrole disponible». Il a jugé «prématuré» d'envisager le recours aux réserves stratégiques américaines, avant d'obtenir des informations plus précises sur les dégâts causés dans les installations saoudiennes.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • dirk le 16.09.2019 22:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pas croire les salafistes Saoudiens

    on ne peut jamais croire les Saoudiens . comme le meurtre de Khassoghi. Ils n'étaient soit disant pas au courant ????!!@

  • Daniel le 16.09.2019 22:36 Report dénoncer ce commentaire

    "Made in Iran"

    Ces très intelligentissimes Saoudiens vont dire que c'est écrit "Made in Iran" et c'est comme cela qu'ils ont déterminé d'où cela vient. Et le très intellegentissime Trump et non moins intellengentissime "Bombeo" vont dire: "Ahhh voilà la preuve irréfutable."

  • AOC le 16.09.2019 23:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les bombes au Yémen made in USA

    Sincèrement il va falloir se passer du pétrole, le plus vite le mieux... et au fait les missiles et les bombes que les Saudis tirent sur les yéménites sont fabriquées aux USA. Où est la différence ? Les monarchies pétrolières et leurs courtisans m'agacent

Les derniers commentaires

  • Barmitsva le 18.09.2019 23:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Diaspora mondiale

    C'est fou le pouvoir de destruction d'un confetti....

  • Moshe Paboh le 17.09.2019 17:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La marmotte Milka en Arabie Saoudite

    Ben tiens! Le Mossad utilise du made in Iran maintenant? Pas très sérieux...

    • Narcy Sic le 17.09.2019 21:01 Report dénoncer ce commentaire

      @Moshe Paboh

      Hahahaha! Exactement. La saga Sadam Hussein II est en marche. On est cuit sur cette foutue planète des bêtes sauvages.

  • Anticlérical le 17.09.2019 05:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les vrais terroristes!

    Israel serait parfaitement capable d'avoir attaqué ces sites. Leur intérêt est d'attaquer l'Iran et enflammer la région. Et tout ceci avec la bénédiction de Donald!

    • Paul Hitique le 17.09.2019 11:29 Report dénoncer ce commentaire

      @Anticlérical

      Effectivement. Israël aurait pu le faire. Mais c'est peut-être aussi une action privée de la part d'Aramco, la piste des Houthis tient également la route, d'autant plus que de leur part, ce serait une récidive, et puis n'oublions pas Maudet, qui aurait très bien pu lancer ces drones pour détourner l'attention des gens de l'affaire qui attriste la politique genevoise.

  • Genevoue de l'Est le 17.09.2019 05:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Irausa

    Mais cooooooommmmmme par hasard Trump baisse les oreilles pour te laisser affirme qqch monsieur le pseudo rois frustré ? Ça pue l'usa tout ça..

  • Insomnie le 17.09.2019 01:14 Report dénoncer ce commentaire

    No pasarán, no pasarán!

    Oups... D'où que vienne cette attaque, ces drones/missiles sont une humiliation immense pour l'Arabie que est, rappelons-le, la 4e puissance militaire au monde?? Ils pensaient que c'était comme pour Tchernobyl, le danger s'arrête aux frontières ?!

    • Thomas le 17.09.2019 07:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Insomnie

      C'est facile lorsqu'on laisse délibérément passer l'attaque. Il faut être une personne stupide pour croire que personne n'a rien vu venir. Avec toutes les technologies de pointe et des systèmes de défense ultra moderne surtout dans cette région tout se sait.

    • Réveillant le 17.09.2019 16:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Insomnie

      mais s'ils sont la quatrième force militaire pourquoi ont ils peur des iraniens et appellent grand papa trump pour se plaignent des dodos?