Arabie saoudite

23 octobre 2019 23:23; Act: 24.10.2019 06:58 Print

Ryad nomme un nouveau chef de la diplomatie

Faiçal ben Farhan Al-Saoud est le deuxième ministre des Affaires étrangères saoudien nommé en moins d'un an.

storybild

Le roi Salmane le 14 octobre 2019 à Ryad. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé mercredi un nouveau ministre des Affaires étrangères, le deuxième en moins d'un an, a rapporté l'agence officielle SPA. D'après un décret royal cité par SPA, Faiçal ben Farhan Al-Saoud, qui avait été nommé ambassadeur en Allemagne en février, remplace à la tête de la diplomatie saoudienne Ibrahim al-Assaf.

Nommé en décembre 2018, Ibrahim al-Assaf est relégué au rang de ministre d'Etat. Ibrahim al-Assaf, un ancien ministre des Finances, avait été arrêté en 2017 dans le cadre d'une campagne «anticorruption».

Le roi Salmane a aussi nommé Saleh ben Nasser Al-Jasser en tant que ministre des Transports, en remplacement de Nabil al-Amoudi.

Affaire Khashoggi

L'Arabie saoudite a été confrontée à un tollé international après le meurtre de Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien tué dans le consulat de son pays en octobre 2018 à Istanbul par un commando venu de Ryad. L'affaire Khashoggi est considérée comme la pire crise diplomatique à laquelle est confronté le royaume depuis les attaques terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, menées par une majorité de Saoudiens.

En juin, une experte de l'ONU, Agnès Callamard, a conclu qu'il existait des preuves suffisantes pour ouvrir une enquête sur la responsabilité du prince héritier Mohammed ben Salmane dans cette affaire. Le prince héritier a dit assumer la responsabilité du meurtre mais nié en avoir pris connaissance avant qu'il ne soit commis.

La nomination d'un nouveau chef de la diplomatie intervient aussi sur fond de vives tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran, son grand rival régional, accusé d'être derrière plusieurs attaques ces derniers mois contre des navires dans le Golfe et contre des installations pétrolières saoudiennes, ce que Téhéran nie.

(nxp/afp)