Incendie

23 juillet 2018 15:58; Act: 23.07.2018 19:19 Print

SOS de la Suède, l'Europe du Nord suffoque

D'Oslo à Riga, les pays nordiques et baltes sont écrasés depuis plusieurs semaines par la chaleur et la sécheresse qui embrasent les forêts.

Voir le diaporama en grand »
Plus de 1150 pompiers sont mobilisés pour lutter contre un incendie qui s'est déclaré vendredi dans la région de l'Algarve, dans le sud du Portugal. (Lundi 6 août 2018) Le gouvernement grec a remplacé les chefs de la police et des pompiers après l'incendie meurtrier qui a fait 90 morts à Mati et ses environs. (Dimanche 5 août 2018) Le ministre-adjoint chargé notamment de l'Ordre public et de la Protection des citoyens, Nikos Toskas, a été limogé vendredi après l'incendie qui a fait 88 morts à l'est d'Athènes le 23 juillet. (3 août 2018) Les avions des sapeurs pompiers français venus au secours de la Suède peuvent rentrer chez eux. Les incendies ont diminué en intensité. (31 juillet 2018) Alexis Tsipras s'est rendu lundi matin sur les lieux de la tragédie qui ont fait au moins 91 morts. (30 juillet 2018) Les petites filles ont été retrouvées enlacées avec leurs deux grands parents sur un terrain où 26 corps calcinés avaient été découverts mardi matin. L'identification du corps des enfants a été annoncé dans la nuit de vendredi à samedi. (28 juillet 2018) La canicule qui frappe l'Europe et qui provoque de nombreux incendies est un «signe sans ambiguïté» du changement climatique, selon une étude. A Nea Makri, de nombreux bénévoless trient des vêtements pou aider triés par des dizaines de volontaires et distribuent des vivres. (Jeudi 26 juillet 2018) Dès les premières heures qui ont suivi la nuit tragique de lundi, , un vaste élan de solidarité a gagné tout le pays.(Jeudi 26 juillet 2018) Les légistes tentaient de mettre un nom ce vendredi sur des dizaines de corps retrouvés dans les zones ravagées par l'incendie à Mati. (26 juillet 2018) De nombreuses familles sont toujours à la recherche de proches disparus à Mati. le dernier bilan fait état de 82 victimes. (Jeudi 26 juillet 2018) Ce qui reste d'une forêt à Rafina, à une quarantaine de km d'Athènes. Le bilan provisoire des incendies est monté à 80 morts. (Mercredi 25 juillet 2018) Dans une rue de la station balnéaire de Mati, des voitures calcinées. La population sous le choc constate les dégâts. (Mardi 24 juillet 2018) Après les feux de forets, ce qui reste d'un quartier de la station balnéaire de Mat. (Mardi 24 juillet 2018) Effondré, un homme depuis le balcon de sa maison à Neo Voutza. (Mardi 24 juillet 2018) Un cimetière de voitures calcinées à Neo Voutza. (Mardi 24 juillet 2018) Le métal fondu des voitures carbonisées par les incendies à Argyra Akti, dans l'Attique. (Mardi 24 juillet 2018) Neo Voutza, nord-est d'Attica. (Mardi 24 juillet 2018) A Mati, des pompiers transportent le corps d'une victime des incendies. (Mardi 24 juillet 2018) C'est dans la station balnéaire de Mati, à une quarantaine de km à l'est d'Athènes, que 26 personnes carbonisées ont été retrouvées enlacées par groupes, «dans une dernière tentative pour se protéger», a raconté un sauveteur. (Mardi 24 juillet 2018) «Mati n'existe plus», a lancé le maire du port proche de Rafina, Evangélos Bournous. (Mardi 24 juillet 2018) Le feu s'est calmé dans la région. (Mardi 24 juillet 2018) Une vue aérienne de Mati. Le village est ravagé. (Mardi 24 juillet 2018) Des touristes quittent le village de Mati, totalement détruit. (Mardi 24 juillet 2018) 26 personnes ont été retrouvées mortes dans la cour d'une villa à Mati. Cette localité balnéaire se trouve à une quarantaine de km à l'est d'Athènes. Les maisons y souvent entourées de hauts pins. (Mardi 24 juillet 2018) Le feu progresse toujours à Kineta. (Mardi 24 juillet 2018) Des voitures calcinées à Rafina. Dans cette ville de 20'000 habitants, proche de Mati, les résidents et les touristes ayant fui les flammes sur les plages et en mer. (Mardi 24 juillet 2018) A Kineta, un hélicoptere balance une colonne d'eau. (Mardi 24 juillet 2018) Le feu progresse au nord d'Athènes. (Lundi 23 juillet 2018) Les pompiers tentent d'éteindre les flammes à Kineta. (Lundi 23 juillet 2018) Aux alentours de Kineta, à une cinquantaine de kilomètres d'Athènes, les habitants tentent de se préserver. Dans cette région passe l'une des deux autoroutes menant vers le Péloponnèse. (Lundi 23 juillet 2018) Les autorités ont poussé des milliers d'habitants de la région côtière à abandonner leurs maisons pour échapper à un gigantesque brasier.(Lundi 23 juillet 2018) «Personne ne peut résister à autant de fumée pendant tant d'heures. C'est une situation extrême» , a affirmé un responsable des pompiers qui a appelé les habitants de cette région . (Lundi 23 juillet 2018) À Kineta près d'Athènes, les feux ont été particulièrement violents. (Lundi 23 juillet 2018) Le village de Mati près d'Athènes a dû être évacué. (Lundi 23 juillet 2018) Les habitants de Rafina, près d'Athènes, ne peuvent que constater les ravages des flammes. (Lundi 23 juillet 2018) A l'ouest d'Athènes, 23 juillet 2018. A l'ouest d'Athènes, 23 juillet 2018. Une hélicoptère lâche de l'eau près du village de Grotingen dans le centre de la Suède. (Dimanche 22 juillet 2018) Une forêt complètement brûlée vers Angra en Suède. (Dimanche 22 juillet 2018) Sveg, dans le centre de la Suède, 21 juillet 2018. Ljusdal, Suède, 18 juillet 2018. Ljusdal, Suède, 18 juillet 2018. Ljusdal, Suède, 18 juillet 2018. Trangslet, Dalarna, Suède, 18 juillet 2018.

Sur ce sujet
Une faute?

Les autorités suédoises ont lancé lundi un appel à la vigilance face au risque «extrême» de nouveaux incendies à l'approche de la canicule, tandis que les moyens en hommes et en matériel sont déjà sous tension.

Les pays nordiques et baltes sont écrasés depuis plusieurs semaines par la chaleur et la sécheresse qui embrasent forêts et tourbières, brûlent les pâtures, vident les nappes phréatiques et font même baisser le niveau des grands lacs.

La Suède, qui par endroits n'a quasiment pas enregistré de précipitations en près de trois mois, a dû faire appel à la solidarité européenne pour lutter contre le feu.

Risque extrême

L'Agence suédoise de la protection civile MSB recensait lundi à la mi-journée 27 foyers actifs sur l'ensemble du territoire, deux fois moins que la veille. Mais au moins quatre restent hors de contrôle et les prévisions météo ne jouent pas en faveur des soldats du feu. Le risque est jugé «extrême», en particulier dans la partie méridionale où le thermomètre pourrait atteindre 35°C localement dans les prochains jours, sans espoir de pluie.«Le risque s'annonce extrême» pour tout le sud à partir de Stockholm, a prévenu au cours d'une conférence de presse la responsable des opérations de MSB, Britta Ramberg.

Selon l'agence, l'interdiction d'allumer des feux ou des barbecues n'est pas respectée. «Soyez responsables. Si vous déclenchez un feu, vous serez poursuivis», a-t-elle averti.

Solidarité européenne

Sous-équipé pour lutter contre des incendies de cette ampleur, la Suède a sollicité l'aide de ses voisins en activant le Mécanisme européen de protection civile, ainsi que le Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe qui dépend de l'Otan.L'Italie, l'Allemagne, la Norvège, le Danemark ont répondu à l'appel en envoyant hommes et matériel. La France a dépêché deux Canadair pour s'attaquer à un des quatre incendies majeurs, ainsi que 60 sapeurs.

Basés dans la région de Ljusdal, à 400 km au nord-ouest de la capitale, la mission au sol des pompiers français consiste à s'assurer que les feux sous contrôle ne repartent pas. «Travailler des lisières actives, peu actives ou isolées, traiter la surface, gratter le terrain. C'est une lutte de longue haleine», témoigne le chef de ce détachement français, Stéphane Nisslé, à son arrivée dimanche soir à l'aéroport de Stockholm. Dimanche sont également arrivés 139 pompiers polonais et leurs 44 camions dans la province du Jämtland (centre), acclamés à leur passage par les habitants.

Le Nord suffoque

La sécheresse et la chaleur affectent toute l'Europe du Nord. En Finlande, la province septentrionale de Laponie est particulièrement touchée avec des feux de forêt et d'herbe persistants et la propagation à sa frontière orientale d'incendies partis de Russie. La Norvège connaît aussi des températures très élevées avec le mois de mai le plus chaud de son histoire et des températures au-dessus de la normale saisonnière en juin, souvent supérieures à 30°C.

Plusieurs feux de forêt se sont déclarés ces dernières semaines dans le sud de ce royaume scandinave, sans connaître l'ampleur de ceux de la Suède voisine, mais causant le 15 juillet la mort d'un pompier. Comme en Suède, des éleveurs sont contraints d'abattre une partie de leur cheptel, faute d'herbe et de foin, et le gouvernement a levé les taxes sur les importations de fourrage.

Situation critique également en Lettonie où les autorités ont reçu en soutien un hélicoptère lituanien pour lutter contre les incendies qui y ont ravagé plus de 1.000 hectares d'arbres et de tourbières, selon le programme européen d'observation de la Terre Copernicus. Le sud de l'Europe, comme chaque été, est lui aussi la proie des flammes. En Grèce, un incendie de forêt faisait rage lundi à 55 km à l'ouest d'Athènes, bordant l'autoroute qui mène au Péloponnèse et contraignant les autorités locales à ordonner une première évacuation dans la zone.

Ce pays méditerranéen est frappé par une vague de chaleur depuis dimanche, les services météo y ayant prévu jusqu'à 41 degrés Celsius dans les régions du centre.

(nxp/afp)