Moquée pour ses lapsus

27 novembre 2010 09:30; Act: 27.11.2010 10:05 Print

Sarah Palin contre-attaque sur Facebook

Alors que l'on se gausse de ses lapsus répétés, Sarah Palin réplique sur Facebook, en faisant remarquer que Barack Obama lui-même fait des erreurs.

storybild

Sarah Palin a sorti un nouveau livre, qu'elle dédicace. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Sarah Palin, figure des ultra-conservateurs américains, a lancé une contre-attaque sur sa page Facebook visant ceux qui ont stigmatisé ses récents lapsus et erreurs de langage, et où elle affirme que le président Barack Obama lui-même est coutumier du fait.

«Ils ne peuvent résister à la tentation de faire les gros titres sur une simple erreur de mot», lance sur le réseau social Mme Palin, récemment épinglée pour avoir affirmé que les Etats-Unis devaient «être du côté des Nord-Coréens», avant de se reprendre en évoquant l'«allié sud-coréen».

Les maladresses de Barack Obama

L'ancienne candidate républicaine à la vice-présidence des Etats-Unis affirme que M. Obama fait aussi des erreurs, mais qu'on ne lui en tient pas rigueur.

En une douzaine de lignes, elle présente sur un ton pamphlétaire un florilège de maladresses prononcées par le président Obama. Elle indique qu'au cours de ses discours, M. Obama a affirmé que les Etats-Unis comptaient «57 Etats», au lieu de 50, ou que le pays avait été fondé «il y a 20 siècles».

«Si vous ne pouvez pas vous souvenir de cela, c'est parce que les médias n'en ont pas fait leur choux gras», lâche Sarah Palin dans ce message publié jeudi.

Critiquée pour son manque d'expérience

Le 9 mai 2008 à Beaverton dans l'Oregon (nord-ouest), l'alors candidat à l'investiture démocrate Barack Obama avait en effet affirmé - sur le ton de la plaisanterie - lors d'une réunion publique, qu'en 15 mois de campagne il avait déjà visité «57 Etats... il n'en reste plus qu'un». L'assistance avait éclaté de rire.

Le lapsus de M. Obama sur les principes constitutionnels américains «couchés sur le papier il y a plus de 20 siècles», le 26 mai 2009 lorsqu'il avait annoncé le choix de Sonia Sotomayor à la Cour suprême, figure en toutes lettres dans les archives en ligne de la Maison Blanche.

Mme Palin, colistière de John McCain pour la course à la Maison Blanche en 2008 avait été vivement critiquée pour son manque d'expérience. Elle a depuis séduit nombre d'électeurs au sein de la base ultra-conservatrice du parti républicain, non sans susciter des grincements de dents dans son propre camp.

Le lapsus sur la Corée du Nord lui a échappé alors qu'elle multiplie les apparitions médiatiques. Sarah Palin est devenue l'héroïne d'une émission de téléréalité en huit épisodes sur l'Alaska, sur la chaîne TLC.

(afp)