Corées

12 janvier 2016 09:13; Act: 12.01.2016 12:01 Print

Séoul remporte la bataille des décibels

La Corée du Sud a inondé la Corée du Nord avec de la musique et de la propagande pour protester contre le nouvel essai nucléaire de Pyongyang.

storybild

La Corée du Sud avait repris sa propagande sonore après l'annonce d'un essai nucléaire de Pyongyang. (Photo: Keystone/AP/lim Tae-hoon)

Sur ce sujet
Une faute?

La Corée du Nord a beau avoir l'arme nucléaire, elle est largement battue par le Sud pour ce qui est de la puissance des émissions de propagande diffusées à la frontière intercoréenne, selon le gouvernement sud-coréen. Cette pratique a le don d'irriter Pyongyang.

En réponse au nouvel essai nucléaire mené par la Corée du Nord la semaine dernière, Séoul a rallumé ses puissantes enceintes qui diffusent à plein volume en direction du nord un mélange de chansons pop coréennes et de messages de propagande.

En réaction, la Corée du Nord a installé ses propres haut-parleurs, qui diffusent en direction du sud des messages à la gloire du leader nord-coréen Kim Jong-un et des attaques en règle contre la présidente sud-coréenne Park Geun-hye.

«Les haut-parleurs nord-coréens ont été allumés sur dix sites, mais leur impact est négligeable», a déclaré un responsable du ministère de la défense. «Cela s'explique par le fait que la puissance (des émetteurs) de la Corée du Nord est très faible comparée à la nôtre», a-t-il ajouté.

Méthode des années 1950

«Leurs émissions s'entendent dans un rayon d'un à trois kilomètres, tandis que les nôtres peuvent être entendues à 10 kilomètres», a-t-il poursuivi.

Cette méthode de guerre psychologique remonte aux années de conflit ouvert entre les deux camps (1950-1953), quand des unités mobiles équipées de haut-parleurs se déplaçaient le long d'une ligne de front extrêmement mouvante. Elle peut paraître désuète, mais est diablement efficace.

L'été dernier, dans un contexte de vives tensions intercoréennes, ces messages avaient rendu les Nord-Coréens furieux, Pyongyang allant jusqu'à menacer d'utiliser l'artillerie pour réduire ces haut-parleurs au silence.

Séoul les avait finalement débranchés dans le cadre d'un accord fin août qui avait permis d'arrêter une escalade qui menaçait de dégénérer en conflit armé.

(nxp/ats)