Népal

18 janvier 2020 06:47; Act: 18.01.2020 07:20 Print

Sept alpinistes disparus dans l'Himalaya

Les autorités népalaises sont sans nouvelles de quatre Sud-Coréens et trois Népalais après une avalanche dans l'Annapurna.

storybild

Le chef de la police locale a indiqué que le mauvais temps entravait les opérations de secours. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Quatre Sud-Coréens et trois Népalais sont portés disparus à la suite d'une avalanche dans le massif de l'Annapurna, un des plus hauts sommets de l'Himalaya, ont annoncé samedi les autorités népalaises.

L'avalanche a eu lieu à une altitude d'environ 3200 mètres, près du camp de base pour l'ascension de l'Annapurna, à la suite de fortes chutes de neige survenues vendredi. «Nous sommes informés qu'on est sans contact avec quatre Sud-Coréens et trois Népalais après l'avalanche. Une équipe de secours a été envoyée sur place hier soir», a déclaré à l'AFP Mira Dhakal, un responsable du ministère népalais du Tourisme.

Le chef de la police locale, Dan Bahadur Karki, a indiqué que le mauvais temps entravait les opérations de secours. «L'équipe est en route. Nous avons aussi un hélicoptère prêt à décoller si le temps s'améliore», a déclaré Dan Bahadur Karki.

Plus mortel que l'Everest

L'Annapurna est une montagne particulièrement sujette aux avalanches et techniquement difficile. Il a un taux de mortalité plus fort que l'Everest, le plus haut sommet du monde. En Corée du Sud, des responsables de l'éducation ont indiqué que les quatre Sud-Coréens disparus faisaient partie d'une équipe d'enseignants volontaires qui travaillaient avec des enfants au Népal.

Le ministère sud-coréen des Affaires étrangères a annoncé qu'une équipe d'assistance allait être envoyée au Népal et que les familles des disparus avaient été informées. Des milliers de randonneurs visitent chaque année la région de l'Annapurna, attirés par les magnifiques spectacles des sommets de l'Himalaya. En 2014, une tempête de neige a tué près de 40 personnes sur ce circuit très apprécié des randonneurs, une des plus grandes tragédies à avoir frappé cette activité touristique au Népal.

(nxp/afp)