Diplomatie

09 juillet 2018 16:43; Act: 09.07.2018 17:29 Print

Sept citoyens binationaux retenus en Turquie

Le DFAE rappelle que la Turquie considère les binationaux uniquement comme des ressortissants turcs, ce qui complique la protection consulaire.

storybild

Le DFAE rappelle que la Turquie connait actuellement une restriction de certains droits fondamentaux. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Sept binationaux turco-suisses sont actuellement retenus en Turquie. De plus, plusieurs Turcs domiciliés en Suisse ne peuvent pas quitter la Turquie ou ont même été arrêtés.

Ces personnes ont été arrêtées ou empêchées de quitter le pays suite aux événements de juillet 2016 ou en raison de soupçon de lien avec des organisations interdites.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a confirmé lundi cette information relayée par plusieurs journaux du groupe Tamedia. Invoquant la protection des données et de la personnalité, le DFAE n'a pas donné plus d'indications sur les cas particuliers.

Le fait que la Turquie considère les binationaux uniquement comme des ressortissants turcs complique la protection consulaire. En cas de détention, celle-ci prévoit notamment une demande aux autorités compétente de rendre visite à la personne emprisonnée, si celle-ci le souhaite.

La DFAE a émis une mise en garde

Le DFAE a également complété ses conseils aux voyageurs à destination de la Turquie. Il y est clairement indiqué que, dans certaines circonstances, la police peut empêcher des personnes faisant l'objet d'une procédure pénale de quitter le pays jusqu'à ce que l'affaire soit réglée.

Ce principe vaut notamment pour les procédures pénales engagées suite à la tentative de putsch de juillet 2016 ou en cas de soupçon de liens avec des organisations interdites, note le DFAE sur son site.

Il relève également que l'état d'urgence en vigueur permet au gouvernement de restreindre certains droits fondamentaux tels que la liberté de réunion, la liberté de presse ou la liberté de circulation. De plus, des arrestations sans mandat d'arrêt peuvent avoir lieu ainsi que des interdictions d'entrée ou de sortie du territoire.

Week-end anniversaire

Le week-end prochain marquera le deuxième anniversaire de la tentative de putsch contre le président Recep Tayyip Erdogan. Le gouvernement turc tient pour responsable du coup d'Etat manqué le prédicateur vivant aux Etats-Unis Fethullah Gülen.

Le président turc a déclaré l'état d'urgence après la tentative de putsch du 15 juillet 2016. Depuis, plus de 100'000 fonctionnaires ont été limogés en raison de prétendus liens avec Fethullah Gülen. Plus de 70'000 personnes ont également été arrêtées et de nombreux médias et associations fermés.

(nxp/ats)