France - Aéroports

26 décembre 2011 11:32; Act: 26.12.2011 14:44 Print

Signature d'un accord de sortie de crise

Les aéroports français connaissaient lundi une sortie de crise au 11ème jour d'une grève des agents de sécurité dont la majorité des syndicats ont signé un accord avec le patronat.

Sur ce sujet
Une faute?

Quatre des cinq syndicats ayant appelé à la grève (FO, CFTC, CFDT et Unsa) ont décidé d'accepter les propositions du patronat qui a offert une prime annuelle afin de sortir du conflit, ont annoncé à l'AFP des responsables syndicaux.

«Nous avons pris nos responsabilités. Nous avons signé cet accord suite à la demande de très nombreux salariés qui souhaitaient sortir du conflit», a déclaré à l'AFP Erik Biro, secrétaire général de l'Unsa-FMPS, alors que plus tôt dans la matinée la poursuite de la grève avait été votée.

«Nous leur demandons maintenant de reprendre le travail. Grâce à cet accord, nous avons fortement limité la casse, même s'il n'a pas atteint les objectifs par rapport à nos revendications initiales», a-t-il poursuivi.

Les syndicats réclamaient une augmentation de 200 euros du salaire mensuel, qui se situe en moyenne entre 1100 et 1600 euros.

«Mieux que rien»

«Les négociations étaient bloquées. Le patronat a rouvert une fenêtre de négociations, et après consultation de notre base, nous constatons que les proposions sont mieux que rien», a expliqué Thierry Fressart, de la CFDT.

Des négociations s'ouvriront au premier semestre 2012 pour fixer les modalités de l'augmentation de la prime proposée par le patronat, a-t-il précisé.

De son côté, la CGT, non signataire, a fait savoir qu'elle allait «consulter ses bases».

Le mouvement est globalement resté au tout long du mouvement sans grand impact sur le trafic pour les passagers, le gouvernement ayant fait appel aux forces de l'ordre pour remplacer les grévistes, notamment à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle.

M. Biro a déploré «l'atteinte à la grève» faite par le gouvernement en usant de ce procédé «inédit».

(afp)