Crise financière en Grèce

03 juin 2011 12:14; Act: 03.06.2011 12:35 Print

Sit-in des manifestants communistes grecs

Des sympathisants communistes occupaient vendredi matin le ministère des Finances grec et ont déployé une immense banderole, en empêchant les employés de rentrer.

Sur ce sujet
Une faute?

Des sympathisants communistes occupaient vendredi matin le ministère des Finances grec et empêchaient l'entrée des employés, Athènes attendant dans la journée une annonce cruciale pour le pays sur un nouveau plan d'aide international assorti de mesures de rigueur.

«Organisation, lutte pour renverser (le gouvernement)», était inscrit sur une banderole gigantesque déployée aux derniers étages du ministère situé sur la place centrale de Syntagma, en face du Parlement, a constaté un journaliste de l'AFP.

«Nous avons le devoir de lutter pour nos enfants», proclamait un enregistrement sonore installé sur la terrasse du ministère, qui appelait également à la grève générale du 15 juin, annoncée jeudi par les deux centrales du pays, du privé (GSEE) et du public (Adedy).

«Depuis l'aube aujourd'hui, les forces du Pame (Front syndical communiste, NDR) ont occupé symboliquement le ministère des Finances appelant les travailleurs à se soulever, à lutter contre une vague de mesures antipopulaires du gouvernement», a indiqué un communiqué de ce syndicat.

Cordon policier

Selon la police, les employés du ministère n'ont pas pu entrer dans le ministère qui était entouré d'un cordon policier.

«Nous allons rester sur place jusqu'au soir», a indiqué à l'AFP Yiorgos Perros, un des responsables du Pame, présent sur les lieux avec une cinquantaine des militants.

Manifestation prévue

Le Pame a annoncé une manifestation vendredi soir dans le centre d'Athènes et un défilé jusqu'à la place de Syntagma.

Par ailleurs, sur cette place campent depuis dix jours des centaines de personnes appartenant à la mouvance des «indignés», sur le modèle espagnol de la Puerta del Sol, qui attirent quotidiennement des milliers d'Athéniens tous les soirs en scandant des slogans hostiles aux hommes politiques.

Tension croissante

La tension n'a cessé de monter en Grèce ces derniers jours alors que le gouvernement socialiste s'apprête à durcir la rigueur imposée depuis l'année dernière sous pression de l'UE et du FMI qui doivent annoncer vendredi un accord sur une aide supplémentaire au pays, selon la presse grecque.

Jeudi soir, des dizaines de manifestants ont lancé injures et projectiles à Athènes contre le porte-parole du gouvernement, Georges Pétalotis, qui se rendait à une réunion socialiste dans un centre pour personnes âgées.

(afp)