Etats-Unis

04 décembre 2011 21:35; Act: 04.12.2011 21:55 Print

Six indignés arrêtés à Washington

Au moins six indignés ont été arrêtés dimanche par la police de Washington qui a investi leur campement, les enjoignant à démonter un important chalet de bois.

Voir le diaporama en grand »
29.01 Des centaines de manifestants ont été arrêté à Oakland, en Californie, à Oakland. Ils ont tenté de prendre d'assaut la mairie et un grand hôtel où se tenait Obama. 04.12 Six personnes ont été arrêtées dans le camp de Washington, où la police a fait démonter ce chalet de bois. 17.11 La marche sur Wall Street a commencé. 15.11 La police new-yorkaise a évacué un camp d'indignés dans un square. La police a interpellé plus de 100 indignés qui tentaient de bloquer les rues adjacentes à la Bourse. 14.11 Le camp d'indignés d'Oakland a été démantelé lundi par la police. 03.11 80 manifestants ont été arrêtés et 3 policiers blessés à Oakland. 03.11 Les premiers manifestants arrêtés à New York ont comparu devant la justice. Il ont refusé l'offre du procureur. 02.11 Les manifestations ont repris à Oakland (Californie)où les Indignés ont été rejoints par les enseignants. 30.10 Les indignés de Denver ont été évacués manu militari. 25.10 Le mouvement s'étend à la Californie. 85 personnes ont été arrêtées mardi à Oakland. 10.10 Le mouvement des "indignés" s'étend aux Etats-Unis, touchant Chicago. 05.10 Les "indignés" sont de plus en plus nombreux. Leur mouvement s'étend à plusieurs villes américaines. 500 personnes ont été arrêtées sur le Pont de Brooklyn. Elles sont accusées d'entrave à la circulation et de manifestation non-autorisée. 2000 personnes ont défilé à Wall Street. Elles ont manifesté leur ras-le-bol de la crise. Peu avant, elles avaient occupé une place.

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs dizaines de policiers de la police des Parcs dont certains à cheval, appuyés par leurs collègues de la police municipale, encerclaient dimanche cette construction de dix mètres de haut environ, occupée par une dizaine de manifestants, la plupart perchés sur la charpente.

Au moins six arrestations ont eu lieu, ont observé des journalistes de l'AFP. Dimanche après-midi, la police n'avait pas encore donné suite aux appels de l'AFP.

Sur place, un policier interrogé par l'AFP a indiqué sous couvert d'anonymat que «cette construction est illégale».

Des manifestants ont précisé que cette structure de bois a été assemblée avant d'être transportée sur le campement situé à deux cents mètres de la Maison Blanche.

«Cette structure est en fait le symbole que nous pouvons reconstruire le pays nous-mêmes ensemble et que, pour cela, nous n'avons pas besoin du gouvernement», a confié à l'AFP Bryan Paul, venu de Pittsburgh en Pennsylvanie (est) pour soutenir les anti-Wall Street de la capitale fédérale.

Angelica Gatewood, brune d'une vingtaine d'année a expliqué à l'AFP que «cette construction est destinée à devenir un refuge chauffé où les manifestants peuvent s'abriter durant l'hiver». La nuit, les températures commencent à frôler les zéros degrés.

Elle affirme aussi que la police ne peut pas enlever cette construction car comme les autres tentes, plantées sur ce campement depuis la fin de l'été, elle peut-être enlevée en deux heures.

Certains échappent encore aux expulsions

Les campements de Washington, de Boston et de Pittsburgh ont, jusqu'à présent, échappé à l'expulsion des manifestants anticapitalistes, contrairement à New York où le campement a été évacué mi-novembre et à Los Angeles et à Philadelphie mercredi dernier.

Ces évacuations, qui ont parfois donné lieu à de dures confrontations avec la police, a porté un rude coup au mouvement, qui a ainsi perdu quelques-uns de ses bastions les plus importants.

(afp)