Dubaï

27 novembre 2015 07:08; Act: 27.11.2015 07:39 Print

Soldats colombiens recyclés au Yémen

Après avoir mené une guerre sans merci contre les Farc, des centaines de soldats ont été discrètement recrutés par l’armée des Emirats.

storybild

Les combats font actuellement rage à Taëz, troisième ville du pays. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

Comment font les petites mais richissimes monarchies du Golfe pour être aussi militairement impliquées dans les conflits de la région? Elles ­emploient des combattants étrangers par milliers. Et certains viennent de très loin. Le «New York Times» révèle ainsi que 1800 militaires latino-américains, surtout des Colombiens, ont été entraînés dans les camps des Emirats arabes unis. Dans le plus grand secret, 450 d’entre eux viennent d’être envoyés au Yémen, où la guerre fait rage depuis neuf mois.

«Les mercenaires sont une option attrayante pour des pays riches qui veulent mener une guerre mais dont les citoyens ne veulent pas se battre», explique l’expert Sean McFae. Les recrues colombiennes, sélectionnées par des firmes privées, sont très prisées. Les hommes sont rompus au combat après des décennies de guerre contre la rébellion marxiste des Farc, qui a aujour­d’hui suspendu les hostilités.

Mosaïque de belligérants

Ces guerriers latino-américains touchent une solde de 2000 à 3000 dollars par mois, 5 à 7 fois plus que leur solde au pays. Ils rejoignent une mosaïque de belligérants actifs au Yémen. Le pays est éclaté entre des zones sous ­influence de l’armée loyaliste, celles aux mains de milices diverses et des territoires où prolifèrent les groupes terroristes.

Depuis mars, la crise politique s’est transformée en une guerre régionale qui a fait 5700 morts. Une coalition menée par l’Arabie saoudite combat les rebelles houthis soutenus par l’Iran, qui contrôlent la capitale et le nord du pays.

(arg)