Fukushima

12 décembre 2019 12:36; Act: 12.12.2019 15:04 Print

Sols décontaminés et radioactivité diminuée

Les travaux d'assainissement de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima, ravagée par un tsunami en mars 2011, ont été utiles.

Sur ce sujet
Une faute?

Les travaux de décontamination des sols entrepris après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, essentiellement par décapage, ont permis de réduire de 80% les concentrations de césium radioactif. Mais le problème des forêts reste entier, selon une synthèse d'études scientifiques publiée jeudi.

Ces travaux, décidés par les autorités japonaises après la catastrophe de mars 2011, ont été menés sur plus de 9000 kilomètres carrés, une région qui va de la zone située à proximité de la centrale nucléaire (11 municipalités évacuées) à une zone plus vaste de 40 municipalités, touchées à des niveaux plus faibles, mais significatifs, de radioactivité. Ils sont aujourd'hui quasiment achevés et, pour la première fois, des chercheurs en tirent les leçons dans une synthèse d'une soixantaine de publications scientifiques, parue dans la revue «Soil» de l'Union européenne des géosciences.

Selon cette synthèse, «le décapage de la couche superficielle du sol sur une épaisseur de 5 centimètres, principale méthode retenue par les autorités japonaises pour assainir les terres cultivées, a permis de réduire les concentrations en césium d'environ 80% dans les zones traitées».

Assainissement «efficace»

Cet travail d'assainissement - qui n'avait pas été fait après la catastrophe de Tchernobyl - s'est donc avéré «efficace» et a permis de «vérifier sur le terrain que le radiocésium reste bien dans les couches superficielles du sol», a affirmé à l'AFP Olivier Evrard, chercheur au Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (CEA/CNRS/Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines), et coordinateur de la publication.

Le chercheur rappelle que le césium 137 «constitue le risque le plus élevé pour la population à moyen et long terme, car on peut estimer qu'il subsistera environ trois siècles dans l'environnement en l'absence d'action de décontamination».

Coût élevé et déchets

Le coût est néanmoins extrêmement élevé: l'enlèvement de la partie superficielle de la couche arable «a coûté à l'État japonais environ 24 milliards d'euros», soulignent les auteurs de la synthèse dans un communiqué. La technique génère en outre une quantité importante de déchets (20 millions de m3), «difficiles à traiter».

Mais surtout, ces travaux n'ont pas concerné les forêts, qui recouvrent «les trois quarts de la zone affectée». Intactes, elles constituent donc «un réservoir potentiel à long terme de radiocésium», alertent les scientifiques. Or ces forêts sont soumises à l'érosion des sols, avec les typhons, crues et glissements de terrain, ce qui peut entraîner une contamination du réseau hydrographique.

Une autre méthode de décontamination, la «phytoextraction» (déjà testée à Tchernobyl), a été évaluée: elle consiste à planter des végétaux qui pompent le césium du sol. «Mais les études nous montrent que le rendement n'est pas bon», selon Olivier Evrard.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Bill Cernaux le 12.12.2019 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Windscale 3miles Chernobyl Fukushima Daiichi etc

    Faudrait pas oublier le milion de déplacés qui ne rentreront pas et les pertes de terrain agricole alimentaire. Le nucléaire, là ou un seul incident peut coûter plus que tout son parc en service: un niveau 7 par décenie, c'est beaucoup trop!

  • aligator 427 le 12.12.2019 12:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Décontaminé, vraiment ?

    On verra bien dans 10 ans si le sol a bien été décontaminé. ça se mesurera malheureusement au nombre croissant de cancers et malformations...

  • antonello barcellona le 12.12.2019 13:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et après

    Et on fait quoi de la terre décapée ?

Les derniers commentaires

  • jokers le 12.12.2019 22:00 Report dénoncer ce commentaire

    Véritables écolos = pro nucléaire

    De faire croire que les centrales à charbons sont mieux que le nucléaire, je me marre.... 500'000(min)personnes/an meurent des particules fines dû aux centrales à charbon. Même si le nucléaire n'est pas encore totalement sécure,(c'est bien la faute des pseudo écolos, qui nous empêchent, à force de propagande et de votation, de maîtriser cette science), c'est l'avenir de l'humanité... à moyen terme. Les éoliennes et autres gadget, polluent (faune perturbé à cause des éoliennes, et recyclage des batteries du tout éléc...) bien plus, mais il faut pas le dire trop fort...

  • jlc le 12.12.2019 16:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    hahaha

    L'espoir du non carbone va se fracasser la gueule devant la prochaine carastrophe nucléaire... Je sais pas quand ni où mais ça arrivera... 3 accidents majeurs avec 2 explosions du confinement dans le petit temps de vie de l'air atomique.. On va y avoir droit... Et je parle même pas du vieillissement des installations et encore moin des managers incapables et incultes qui remplissent les vieux ingénieurs aux commandes de ses bombes en puissances ! Mais tout va bien, la presse vous rassure, tout est sous contrôle ! La blague !

  • Jean-Kevin le 12.12.2019 14:16 Report dénoncer ce commentaire

    Loin d'être fini

    Rien sur les coeurs des réacteurs qui ont fondu et sont toujours sous les centrales. Un rapport récent indique que les 40 ans prévus pour « décontaminer » seront largement insuffisants. Pendant ce temps une radioactivité monstrueuse continue à s'écouler avec les eaux de ruissellement... Dans la mer ou ailleurs...

  • Bill Cernaux le 12.12.2019 13:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Windscale 3miles Chernobyl Fukushima Daiichi etc

    Faudrait pas oublier le milion de déplacés qui ne rentreront pas et les pertes de terrain agricole alimentaire. Le nucléaire, là ou un seul incident peut coûter plus que tout son parc en service: un niveau 7 par décenie, c'est beaucoup trop!

  • antonello barcellona le 12.12.2019 13:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et après

    Et on fait quoi de la terre décapée ?

    • Lard Nak le 12.12.2019 14:44 Report dénoncer ce commentaire

      En sacs et...

      ...ils te la revendent comme compost bio pour ton jardin