France

11 décembre 2019 15:19; Act: 11.12.2019 15:56 Print

Strasbourg rend hommage aux victimes de l'attentat

Un an après l'attaque qui avait endeuillé le marché de Noël, la ville de Strasbourg organise plusieurs commémorations en présence des familles.

Voir le diaporama en grand »
Un demi-frère de Chérif C., âgé de 15 ans, a été interpellé pour un vol à main armée. (Mardi 18 décembre 2018) La justice française a mis en examen lundi un homme soupçonné d'avoir fournir l'arme qui a tué cinq personnes à Strasbourg. (17 décembre 2018) Une cinquième victime de l'attentat de Strasbourg est décédée dimanche soir. Il s'agit d'un Polonais qui vivait à Strasbourg depuis vingt ans. Des centaines de personnes émues se sont réunies dimanche matin dans le centre de Strasbourg. Elles ont rendu hommage aux victimes de l'attentat de mardi, qui a tué quatre personnes et en a blessé douze autres. (16 décembre 2018) Des centaines de personnes émues se sont réunies dimanche matin dans le centre de Strasbourg. Elles ont rendu hommage aux victimes de l'attentat de mardi, qui a tué quatre personnes et en a blessé douze autres. (16 décembre 2018) Le père de Cherif Chekatt s'est confié à France 2. Il assure que s'il avait eu connaissance du projet terroriste de son fils, il l'en aurait dissuadé. (samedi 15 décembre 2018) Le président français s'est rendu vendredi sur les lieux de l'attentat de Strasbourg, dont le bilan s'est alourdi. (14 décembre 2018) Strasbourg, trois jours après l'attentat: selfies, Père Noël et forces de l'ordre (14 décembre 2018) Deux personnes de l'entourage de l'assaillant de l'attentat de Strasbourg, tué jeudi soir par la police, ont été placées en garde à vue la nuit dernière. Au total, sept personnes sont en gardes à vue. (14 décembre 2018) Une Strasbourgeoise se tient devant les hommages rendus aux victimes de Cherif Chekatt. (Vendredi 14 décembre 2018) Cherif Chekatt, l'auteur de l'attentat du marché de Noël à Strasbourg, a été tué par les forces de l'ordre jeudi soir, après avoir tiré sur des policiers qui tentaient de l'interpeller. (Vendredi 14 décembre 2014) La police scientifique s'affaire autour de l'endroit où a été abattu Cherif Chekatt. (Vendredi 14 décembre 2018) Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a indiqué que la police avait d'abord tenter d'interpeller Cherif Chekatt, mais qu'il s'est «retourné, faisant face aux fonctionnaires de police en tirant. Ils ont alors immédiatement riposté». (Vendredi 14 décembre 2018) L'auteur présumé de l'attentat de Strasbourg, qui a fait 4 morts le 11 décembre, Cherif Chekatt, a été abattu par la police à Strasbourg, ce jeudi 13 décembre 2018. Le Raid quadrille le quartier du Neudorf où la trace de Chérif Chekatt s'était perdue mardi soir. (Jeudi 13 décembre 2018) Des policiers lourdement armés et protégés par des boucliers progressent groupés, pénétrant dans des maisons, armes automatiques au poing rue d'Epinal. (Jeudi 13 décembre 2018) Le Ministère de l'intérieur a lancé un avis de recherche pour Cherif Chekatt suspect dans l'attaque au marché de Noël. (Mercredi 12 décembre 2018) Des bouquets de fleurs en hommage aux victimes de la fusillade qui a fait deux morts, un blessé en état de mort cérébrale et douze blessés. (Mercredi 12 décembre 2018) La chasse à l'homme est lancée. La police allemande aux aguets à la frontière entre la France et l'Allemagne. (Mercredi 12 décembre 2018) Une patrouille allemande au marché de Noël à Strasbourg. (Mercredi 12 décembre 2018) Rémy Heitz, procureur de la République de Paris, a précisé que 4 proches du fuyard ont été placés en garde à vue dans la nuit de mardi à mercredi. (Mercredi 12 décembre 2018) Le marché de Noël de Strasbourg a été suspendu par la préfecture. (Mercredi 12 décembre 2018) L'Allemagne renforce ses contrôles à la frontière, spécialement dans le Land du Baden-Württemberg voisin de l'Alsace après la fusillade sur le marché de Noël de Strasbourg. Le suspect a été condamné en Allemagne pour divers cambriolages aggravés mais il n'était pas connu des autorités allemandes comme un islamiste. (Mercredi 12 décembre 2018) Le ministre de l'Intérieur a annoncé que le niveau du plan Vigipirate était élevé à «urgence attentat» après l'attaque de Strasbourg. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a donné une conférence de presse mercredi aux aurores. (Mercredi 12 décembre 2018) Le président Emmanuel Macron à son arrivée à la cellule de crise. (Mardi 11 décembre 2018) Les secours ont pris en charge les blessés du marché de Noël. (Mardi 11 décembre 2018) Une fusillade a fait trois morts et une dizaine de blessés dont sept en urgence absolue sur le marché de Noël de Strasbourg, ont indiqué police et préfecture. (Mardi 11 décembre 2018) Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour «assassinats, tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle» (Mardi 11 décembre 2018) Le tireur «identifié» et connu pour des faits de «droit commun», selon Castaner. (Mardi 11 décembre 2018) Sur cette image prise avec un téléphone mobile, des sauveteurs prennent en charge une personne blessée. (Mardi 11 décembre 2018) D'après la préfecture du Bas-Rhin, le tireur est «fiché S». (Mardi 11 décembre 2018) Un «échange de coups de feu s'est produit dans le quartier où serait retranché l'assaillant», a-t-on appris de source policière. (11 décembre 2018) Le tireur a été «identifié», il est connu pour des faits de «droit commun». (Mardi 11 décembre 2018) Une fusillade a fait deux morts et plusieurs blessés mardi sur le marché de Noël de Strasbourg. (Mardi 11 décembre 2018) L'assaillant a été blessé par des militaires de Sentinelle avant de prendre la fuite. (Mardi 11 décembre 2018) La «Grande Île», le centre historique de Strasbourg, a été entièrement bouclé par les forces des l'ordre qui ont invité les passants à se mettre à l'abri. (Mardi 11 décembre 2018) Le traditionnel marché de Noël de Strasbourg qui a connu dans le passé des menaces d'attentat, est protégé en permanence par un important dispositif de surveillance. (Mardi 11 décembre 2018) Une fusillade a eu lieu à Strasbourg. (Mardi 11 décembre 2018)

Sur ce sujet
Une faute?

Bougies aux fenêtres, cloches sonnant à toute volée et commémorations oecuméniques: la ville de Strasbourg (nord-est de la France) rend hommage mercredi aux victimes de l'attentat qui avait fait cinq morts et une dizaine de blessés un an plus tôt, jour pour jour.

A 19h45 locales, l'heure de l'attentat, et pendant quinze minutes, toutes les églises de la ville et des communes avoisinantes feront tinter leurs cloches.

La ville a invité les habitants de Strasbourg à mettre des bougies à leurs fenêtres.

Le 11 décembre 2018, Chérif Chekatt, 29 ans, avait tué cinq personnes et en avait blessé une dizaine d'autres dans le centre historique de Strasbourg, armé d'un couteau et d'un revolver. Après deux jours de traque, il avait été abattu par une patrouille de police.

Castaner présent

Délinquant multirécidiviste fiché pour radicalisation islamiste, Chérif Chekatt avait prêté allégeance à l'organisation djihadiste Etat islamique (EI).

La 450e édition du marché de Noël qui bat son plein dans le centre historique de Strasbourg ne sera pas interrompue, manière selon le maire socialiste Roland Ries d'affirmer la «résistance» et la «résilience» de sa ville.

A l'adresse des victimes et de leurs familles, plusieurs rencontres sont organisées, dont certaines en présence du ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner qui représente le gouvernement.

Le temps fort de ces commémorations sera un hommage oecuménique et multiculturel aux victimes rendu en soirée en la cathédrale de Strasbourg avec une succession de chants arabo-andalous, hébreux ou bouddhistes, de lectures et de prises de parole.

Les cinq hommes tués dans l'attentat étaient un retraité habitant Strasbourg, un touriste thaïlandais, un garagiste d'origine afghane, un journaliste italien et une figure de la vie culturelle et associative locale d'origine polonaise.

Depuis l'attentat, cinq personnes ont été inculpées en France, soupçonnées d'être liées à la fourniture des armes en possession du tueur.L'enquête sur ce volet du dossier se poursuit.

(nxp/afp)