Gabon

09 février 2019 10:47; Act: 09.02.2019 12:47 Print

Sur fond de crise, Ali Bongo fête ses 60 ans

Alors que le président gabonais est convalescent, le pays s'interroge sur son avenir.

storybild

Ali Bongo a fait un AVC le 24 octobre. Depuis lors, il n'est plus apparu en public. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba, victime d'un AVC fin octobre à Ryad, va fêter samedi ses 60 ans au Maroc où il est en convalescence depuis fin novembre. Cette absence prolongée suscite des interrogations quant à l'avenir du pays.

Au Gabon, petit pays pétrolier d'Afrique centrale de moins de deux millions d'habitants, rares sont ceux qui depuis plus de trois mois, ne se sont pas posé la sempiternelle question: «comment va Ali?» Depuis son accident vasculaire cérébral le 24 octobre alors qu'il se trouvait en Arabe saoudite, il n'a fait aucune apparition publique. Quelques photos et vidéos officielles ont tenté de combler le vide, avant que la présidence n'annonce son retour mi-janvier.

«Ils travaillent énormément»

Ce fut un passage-éclair de quelques heures à Libreville, mais personne n'a aperçu Ali Bongo, hormis les membres du nouveau gouvernement qui ont prêté serment devant lui, et quelques personnalités politiques.

Bon gré mal gré, les pro-Bongo ont dégainé un arsenal de formules pour essayer de convaincre le Gabon que son président, au pouvoir depuis 2009 après avoir pris la relève de son père décédé, allait bien. Mais aucun élément probant n'est venu renforcer ces affirmations: il n'y a eu aucune réaction du président à une tentative de putsch le 7 janvier, et la communication présidentielle, autrefois prolixe, est aujourd'hui mutique. «Ils travaillent énormément», veut rassurer un proche du palais présidentiel, qui assure que Bongo «rentrera bientôt».

«Guerre des clans»

A Libreville, l'absence du président est à peine perceptible. Seul changement notable en ville: les éléments de la Garde républicaine (GR) qui jalonnaient autrefois le bord de mer quand le président le prenait chaque matin pour aller travailler, ont disparu de la circulation. Les Gabonais, eux, continuent d'essayer de gagner leur pain quotidien dans ce pays autrefois prospère. Mais au climat économique devenu morose depuis la chute du prix du baril de pétrole en 2014.

En coulisses pourtant, l'effervescence est de mise. Les proches d'Ali Bongo se battent pour les nominations aux postes clés et pour renforcer leur emprise sur le pouvoir. Largement décryptée dans la presse locale, la «guerre des clans» entre caciques du système Bongo bat son plein. «Il y a déjà une omerta, il ne faudrait pas que ça devienne une vendetta», note un ancien ministre. «Le Gabon se prépare pour sa nuit des longs couteaux», pense un journaliste gabonais, se faisant le porte-voix de nombreux citoyens inquiets pour leur avenir.

Autre scénario

Que va-t-il se passer? Dans les maquis (bars populaires), autour d'une bière, on échafaude tous les scénarios. Le premier est celui d'un retour triomphal du président désormais sexagénaire et avec lui, le retour à la normalité.

Un autre scénario revient beaucoup: «le Gabon va se 'boutefliker'», en référence à la présidence quasi-invisible de l'Algérien Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, lui aussi victime d'un AVC en 2013. Il apparaît très rarement en public, toujours en fauteuil roulant.

Enfin, d'autres voient dans cette «guerre des clans» les prémices d'un changement radical. Il y a des «signaux (...) d'un coup en préparation, il faut voir comment ca va se dérouler mais il paraît compliqué» que la situation actuelle «reste en l'état», estime l'ancien ministre.

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Roundup le 09.02.2019 13:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ivraie

    C est fou comme la mauvaise herbe est résistante...

  • Raoul Menes le 09.02.2019 14:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bunga Bunga

    Bungo devrait inviter Berlusconi a une Bunga Bunga.

  • Le Marabout le 09.02.2019 17:12 Report dénoncer ce commentaire

    Perfusion financière

    La fête va être belle , comme ils savent si bien les organiser et surtout avec des beaux cadeaux . Des belles italiennes par ex. Danses ,tam tam et Dj .feux d'artifices etc etc . Au fait n'oubliez pas les collectes pour la famine en afrique.

Les derniers commentaires

  • Philippe le 10.02.2019 14:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Encore..

    Un futur réfugié...pas de problème...on prends tout chez nous.

  • jean Claude Jdicajdirien le 10.02.2019 10:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    au lieu d'exporter leur misere

    les pays comme l'Afrique devraient être mis sous tutelle et géré par une commission internationale et ensuite une fois les problèmes de mystère et de corruption réglé remettre un gouvernement démocratie et surveillé pendant 10 ans ( au moins)

    • Bonne GO le 10.02.2019 15:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jean Claude Jdicajdirien

      Ça s'appelle la colonisation et ça fonctionnait bien dans le passé. On peut d'ailleurs généraliser à toute l'Afrique, l'Amérique du Sud y compris la France.

  • Le Marabout le 09.02.2019 17:12 Report dénoncer ce commentaire

    Perfusion financière

    La fête va être belle , comme ils savent si bien les organiser et surtout avec des beaux cadeaux . Des belles italiennes par ex. Danses ,tam tam et Dj .feux d'artifices etc etc . Au fait n'oubliez pas les collectes pour la famine en afrique.

  • Raoul Menes le 09.02.2019 14:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bunga Bunga

    Bungo devrait inviter Berlusconi a une Bunga Bunga.

  • Roundup le 09.02.2019 13:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ivraie

    C est fou comme la mauvaise herbe est résistante...