France

29 avril 2019 14:36; Act: 29.04.2019 14:44 Print

Taxée de «salafiste», une école attaque l'Etat

Le ministre de l'Education nationale avait décidé de fermer une école privée de l'Isère qu'il considérait être d'inspiration salafiste. L'établissement porte plainte pour diffamation.

storybild

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer. (Photo: AFP)

Une faute?

Une école privée musulmane d'Echirolles, en Isère, a décidé de porter plainte pour diffamation contre le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer. Celui-ci l'avait décrite comme «d'inspiration salafiste.»

Selon son avocat Michaël Bendavid, l'école privée Philippe Grenier - du nom du premier député musulman de France - souhaite porter plainte auprès de la Cour de Justice de la République contre le ministre.

L'école fait l'objet d'un jugement de fermeture prononcé en février par le tribunal correctionnel de Grenoble. Le Ministère public avait dénoncé d'importantes carences dans l'enseignement. Cette décision n'ayant pas été assortie d'une mesure d'exécution provisoire, l'école fonctionne toujours et le procès en appel a été fixé au 1er juillet.

Jean-Michel Blanquer avait déclaré le 11 avril sur France Inter : «Je viens de prendre la décision, sur les bases juridiques et concrètes que j'avais, de fermer une école d'inspiration salafiste dans l'académie de Grenoble».

Remarquant d'une part que seule la justice a le droit de prononcer une telle fermeture, Me Bendavid s'est insurgé contre le terme de «salafiste» employé par le ministre. «Je travaille sur des dossiers de terrorisme, je sais ce que c'est que le salafisme, et je peux vous assurer que ça n'a rien à voir avec cette école», a-t-il dit.

(nxp/ats)