Etats-Unis

17 février 2019 20:55; Act: 17.02.2019 21:29 Print

Tenir 8 secondes sur un taureau avec une main

Que ceux qui doutent que certaines secondes durent davantage que d'autres s'essaient à la monte du taureau au Tuff Hedeman Bull Riding d'El Paso.

Une faute?

Quelque 25 compétiteurs étaient rassemblés samedi soir à El Paso, ville texane frontalière du Mexique, avec cet objectif: ne pas se faire débarquer de l'animal durant au moins huit secondes, sans toucher le taureau de leur main libre.

Le Tuff Hedeman Bull Riding est nommé ainsi en hommage au quadruple champion du monde de rodéo Tuff Hedeman, aujourd'hui retraité.

Le concours est doté d'un prix de 30.000 dollars et les cow-boys viennent parfois de très loin pour y participer. Ainsi, le «rider» Ben Jones, blessé au visage lors de l'épreuve, est originaire d'Australie.

Indissociable de l'Ouest américain

Habitant le Texas, Juan Alonzo peut également témoigner des dangers du rodéo. Il a servi cinq ans dans l'armée américaine et, en Irak, il s'entraînait assis sur un tonneau de bois.

Le rider se tient à une corde tressée à plat, dotée d'une poignée renforcée de cuir. Les taureaux peuvent atteindre un poids d'une tonne.

Indissociable de l'Ouest américain et du mythe fondateur du cow-boy, mais en réalité devant beaucoup aux éleveurs de bétail espagnols et mexicains, le rodéo véhicule des valeurs de vaillance et de résistance à la douleur.

(nxp/afp)