Diplomatie

03 juillet 2019 22:33; Act: 03.07.2019 22:35 Print

Tensions entre Londres et Pékin sur Hong Kong

La Chine a appelé mercredi à éviter toute «ingérence» à propos de l'ancienne colonie britannique. La réponse du Royaume-Uni ne s'est pas faite attendre.

storybild

«Je pense que la relation entre Londres et Pékin a souffert de l'ingérence du gouvernement britannique au sujet de Hong Kong», a déclaré l'ambassadeur chinois, Liu Xiaoming.

Une faute?

Les tensions diplomatiques entre Londres et Pékin nées du soutien apporté par le Royaume-Uni, l'ancienne puissance coloniale, aux manifestants à Hong Kong, ont culminé mercredi avec la convocation de l'ambassadeur chinois. Ce dernier avait appelé à éviter toute «ingérence».

Convoqué au ministère britannique des Affaires étrangères, l'ambassadeur chinois s'est vu signifier que les propos du porte-parole de la diplomatie chinoise sur le Royaume-Uni étaient «inacceptables et inexacts», a déclaré un porte-parole du Foreign office.

Pour Pékin, Londres «semble être encore plongé dans les fantasmes des anciens colons britanniques», avait dénoncé au cours d'un point de presse Geng Shuang, un porte-parole de la diplomatie chinoise. Il soulignait que «le Royaume-Uni n'a plus la moindre souveraineté» sur le territoire semi-autonome.

L'attachement affirmé par le gouvernement britannique aux droits et libertés à Hong Kong, territoire traversé par de vastes manifestations depuis juin, avait provoqué la colère de Pékin.

«Très déçu»

«Je pense que la relation (entre Londres et Pékin) a souffert de l'ingérence du gouvernement britannique au sujet de Hong Kong», a déclaré l'ambassadeur chinois, Liu Xiaoming, au cours d'une conférence de presse mercredi. Il avait appelé le gouvernement britannique à «s'abstenir de nouvelles ingérences pouvant nuire encore plus à la relation» entre la Chine et le Royaume-Uni.

Liu Xiaoming s'était dit «très déçu» que le chef de la diplomatie britannique Jeremy Hunt montre son «soutien envers des gens qui contreviennent à la loi». M. Hunt avait exprimé le «soutien indéfectible» de son pays à «Hong Kong et à ses libertés» lundi, jour du 22e anniversaire de la rétrocession de ce territoire à la Chine, marqué par l'assaut du parlement local par des manifestants hostiles au gouvernement pro-Pékin de Hong Kong.

Le lendemain, le ministre avait enclenché la vitesse supérieure en menaçant la Chine de «graves conséquences» si elle ne respectait pas l'accord de 1984 entre Londres et Pékin qui a présidé à la rétrocession du territoire. En vertu de ce texte et du principe «Un pays, deux systèmes», Hong Kong jouit d'une semi-autonomie et de libertés très étendues n'existant pas en Chine continentale et ce, en théorie, jusqu'en 2047.

Accord «juridiquement contraignant»

«Message au gouvernement chinois: les bonnes relations entre les pays reposent sur le respect mutuel et le respect des accords juridiquement contraignants entre eux», a tweeté M. Hunt mercredi, en réponse aux propos de l'ambassadeur chinois.

Dans un entretien avec Channel 4 news dans la soirée, M. Hunt a déclaré être «très préoccupé par la réaction en Chine aux commentaires que j'ai faits, qui étaient très simples: nous voulons rester les meilleurs amis de la Chine, nous voulons commercer avec la Chine mais nous nous attendons à ce que les pays avec lesquels nous avons des accords internationaux contraignants respectent ces accords».

La première ministre Theresa May a aussi fait part de «ses inquiétudes aux autorités chinoises» au sujet de Hong Kong, a-t-elle expliqué mercredi midi aux députés. Elle s'est dite «choquée par les scènes à Hong Kong lundi et l'usage de la violence au parlement local» et a souligné que «la vaste majorité des centaines de milliers de personnes qui ont défilé l'ont fait de manière pacifique et légale».

A l'origine de la contestation, un projet de loi du gouvernement de Hong Kong autorisant les extraditions vers la Chine continentale a été suspendu, mais la colère est maintenant dirigée vers le gouvernement hongkongais dans son ensemble, accusé de laisser Pékin rogner les libertés. «Il est vital que le haut degré d'autonomie de Hong Kong et les droits et les libertés instaurés par la déclaration commune sino-britannique soient respectés», a jugé Theresa May.

Boris Johnson, le favori pour la remplacer à la tête du gouvernement le 23 juillet, a de son côté affirmé qu'il «se ferait un plaisir de parler au nom (des manifestants hongkongais) et de les soutenir à chaque étape».

(nxp/ats)