Nigeria

23 juillet 2019 00:13; Act: 23.07.2019 00:17 Print

Tensions meurtrières avec la minorité chiite

Au moins sept personnes ont été tuées dans des violences à Abuja lundi après l'emprisonnement d'un dignitaire chiite.

storybild

Heurts après une manifestation chiite à Abuja lundi 22 juillet 2019. (Photo: AFP)

Une faute?

Au moins six manifestants chiites et un policier nigérian ont été tués dans des heurts à Abuja lundi. Ces violences font suite à l'emprisonnement d'un dignitaire religieux de leur communauté.

Quelques centaines de membres du mouvement islamique du Nigeria (IMN), une organisation chiite radicale du nord du pays majoritairement sunnite, ont défilé dans la capitale fédérale pour exiger la libération de leur chef Ibrahim Zakzaky, incarcéré depuis décembre 2015 avec son épouse pour «homicide et rassemblement illégal», a constaté un photographe de l'AFP.

«La manifestation a d'abord été pacifique», puis «les policiers ont commencé à sortir en nombre et ont tiré du gaz lacrymogène et les manifestants ont riposté en lançant des cocktails Molotov et ont mis le feu à des véhicules de pompiers», a-t-il ajouté.

Manifestations quotidiennes

Les partisans d'Ibrahim Zakzaky manifestent quasiment quotidiennement désormais dans les rues d'Abuja pour demander sa libération. L'IMN, fort de plusieurs milliers de sympathisants, s'oppose depuis des années à l'autorité nigériane et ses manifestations sont souvent réprimées dans le sang.

Le 11 juillet, au moins deux personnes ont été tuées, quelques jours après une sortie du fils du chef de l'IMN, accusant le gouvernement d'organiser «l'assassinat» d'Ibrahim Zakzaky, dont l'état de santé s'est fortement dégradé. A la fin 2016, un tribunal fédéral avait jugé sa détention illégale et ordonné sa libération. Mais cette décision n'a jamais été exécutée.

L'IMN, apparu en tant que mouvement étudiant en 1978 avant de muer en groupe révolutionnaire inspiré par la révolution islamique en Iran, est aujourd'hui encore proche de Téhéran. Il suscite une grande hostilité au Nigeria, où l'élite musulmane sunnite ne cache pas ses affinités avec l'Arabie saoudite.

(nxp/ats)