Paris

14 novembre 2015 01:15; Act: 14.11.2015 04:28 Print

Toutes les attaques depuis «Charlie Hebdo»

Les fusillades sanglantes et la prise d'otages vendredi soir à Paris, surviennent après plusieurs attaques commises ou déjouées en France depuis les attentats contre Charlie Hebdo.

Voir le diaporama en grand »
Les lieux où se sont déroulés les attaques du vendredi 13 novembre 2015, à Paris, en France. Les attentats sans précédent qui ont fait au moins 120 morts à Paris vendredi soir ont suscité une vague d'horreur et d'émotion à travers le monde. De Washington à Moscou, des Nations unies à l'Otan, dans toute l'Europe, les responsables ont condamné le carnage. (14 novembre 2015) Près du Bataclan, des retrouvailles dans l'émotion. (Vendredi 13 novembre 2015) Au moins 120 personnes ont été tuées vendredi soir à Paris dans une série d'attaques terroristes sans précédent en France, dont une tuerie dans une salle de spectacle aux cris de «Allah Akbar» et un attentat suicide au Stade de France. (Vendredi 13 novembre 2015) Les forces de l'ordre évacuent les blessés, notamment ceux du bataclan. (Vendredi 13 novembre 2015) Devant le Bataclan, François Hollande annonce un combat «impitoyable» face au terrorisme (Vendredi 13 novembre 2015) Un blessé est pris en charge. (Vendredi 13 novembre 2015) La police devant le Bataclan,où s'est déroulé vendredi soir une prise d'otages sanglante, est une des grandes salles de spectacle parisienne, d'une capacité d'environ 1500 places. (Vendredi 13 novembre 2015) La police contrôle l'identité d'un homme près du Bataclan après les attaques. (Vendredi 13 novembre 2015) Les habitants sont invités à rester chez eux pendant l'assaut au Bataclan. (Vendredi 13 novembre 2015) Le président français François Hollande a annoncé vendredi soir que l'état d'urgence allait être décrété sur toute la France et les frontières fermées. (Vendredi 13 novembre 2015) La police a lancé l'assaut à 12:30 dans la salle de spectacle du Bataclan à Paris, où était en cours une prise d'otages. (Vendredi 13 novembre 2015) Les assaillants de la salle de spectacle Le Bataclan à Paris vendredi soir «ont tiré en plein dans la foule en criant »Allah Akbar« («Dieu est le plus grand»), a rapporté un témoin de la scène interrogé sur France Info. (Vendredi 13 novembre 2015) De fortes détonations ont été entendues, a constaté sur place un journaliste de l'AFP. (Vendredi 13 novembre 2015) Les attentats de Paris ont fait au moins 40 morts et 60 blessés, a déclaré à Reuters une source policière. «Il y en aurait 20 à la salle de concert du Bataclan, 10 au niveau du restaurant Le Petit Cambodge (Xe arrondissement) et 10 rue de La Fontaine-au-Roy (XIe)», a dit cette source. (Vendredi 13 novembre 2015) Cette même source a fait état également de trois morts non encore confirmés rue de Charonne et d'une prise d'otages au Bataclan, où les forces de l'ordre donnent l'assaut. (Vendredi 13 novembre 2015) La préfecture de police a recommandé sur Twitter aux personnes qui se trouvent en région parisienne «d'éviter de sortir sauf nécessité absolue». Ci-dessus, des spectateurs au stade de France attendent de pouvoir en sortir. (Vendredi 13 novembre 2015) François Hollande apprend la nouvelle des attaques à Paris pendant le match France - Allemagne. (Vendredi 13 novembre 2015) Scène surréaliste au stade de France. Les spectateurs attendent pour sortir de l'enceinte. (Vendredi 13 novembre 2015) Les attentats qui ont frappé la capitale française vendredi soir «ne sont pas seulement une attaque contre Paris», mais «une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles», a déclaré Barack Obama. (Vendredi 13 novembre 2015) Des personnes blessées courent près du Bataclan après les fusillades. (Vendredi 13 novembre 2015) Scène surréaliste au stade de France. Les spectateurs attendent pour sortir de l'enceinte. Scène surréaliste au stade de France. Les spectateurs attendent pour sortir de l'enceinte. Les spectateurs quittent le stade de France pendant les explosions et fusillades à Paris. Les secours aident une personne près du Bataclan. Les secours aident une personne près du stade de France. Les spectateurs quittent le stade de France pendant les explosions et fusillades à Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) La sécurité près du stade de France pendant le match. Les secours aident une personne après les fusillades à Paris. Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du stade de France au nord de la capitale selon un premier bilan Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du stade de France au nord de la capitale selon un premier bilan. (Vendredi 13 novembre 2015) Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du stade de France au nord de la capitale selon un premier bilan. (Vendredi 13 novembre 2015) Au moins 18 personnes sont mortes dans des attaques multiples à Paris et près du stade de France au nord de la capitale. selon un premier bilan. (Vendredi 13 novembre 2015) Les trois lieux des fusillades dans Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) Un premier bilan a fait état de 18 morts suite aux multiples attaques qui ont touché Paris et sa banlieue. (Vendredi 13 novembre 2015) Des habitants ont jeté des draps blancs pour recouvrir les corps dans les rues à Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) Les forces de l'ordre arrivent sur les lieux d'une fusillade à Paris. (Vendredi 13 novembre 2015) Un premier bilan a fait état de 18 morts suite aux multiples attaques qui ont touché Paris et sa banlieue. (Vendredi 13 novembre 2015)

Sur ce sujet
Une faute?

- 13 janvier: un djihadiste, présumé de 23 ans, converti à l'islam, déjà appréhendé par la police en novembre 2014 et suspecté d'appartenir à une filière vers la Syrie, menace de mort un policier à Elboeuf, en Normandie (ouest).

- 3 février: à Nice, trois militaires en faction devant un centre communautaire juif sont agressés au couteau. L'assaillant, Moussa Coulibaly, 30 ans, résidant dans la grande banlieue parisienne, est aussitôt arrêté. Il exprime en garde à vue sa haine de la France, de la police, des militaires et des juifs.

- 19 avril: Sid Ahmed Ghlam, étudiant algérien en informatique, est arrêté à Paris, soupçonné d'avoir tué une femme et préparé un attentat imminent contre une église de Villejuif dans la banlieue sud de Paris. En possession d'armes de guerre, il était connu des services de renseignement pour avoir basculé dans l'islam radical. Il concèdera avoir évoqué d'autres actions notamment contre un train, avec l'objectif de "tuer 150 mécréants", ou la basilique du Sacré-Coeur à Paris.

- 26 juin:Yassin Salhi tue et décapite son patron Hervé Cornara près de Lyon, puis, brandissant des drapeaux islamistes, tente de faire exploser l'usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier (centre-est), en précipitant son fourgon contre des bouteilles de gaz avant d'être arrêté.

- 13 juillet:quatre jeunes de 16 à 23 ans, dont un ancien militaire, soupçonnés de projeter l'attaque d'un camp militaire dans les Pyrénées (sud) et la décapitation filmée d'un officier au nom du jihad, sont arrêtés. Ils revendiquent leur engagement djihadiste, aux côtés de l'État islamique.

- 21 août:un carnage est évité dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris lorsque des militaires américains maîtrisent un homme lourdement armé qui ouvre le feu alors que le train se trouve dans le nord de la France. Deux personnes sont blessées, l'une par balle, l'autre par arme blanche. L'assaillant interpellé serait un jeune Marocain signalé comme islamiste radical par les autorités espagnoles aux services français. Le Premier ministre belge Charles Michel évoque une "attaque terroriste". Les motivations du tireur restent inconnues mais le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

- 10 novembre: Annonce de l'arrestation le 29 octobre d'un homme de 25 ans, mis en examen le 2 novembre pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste. Surveillé depuis un an, il avait cherché à se procurer du matériel pour un projet d'attaque contre des militaires de la Marine nationale à Toulon (sud-est).

(nxp/afp)