Népal

14 avril 2019 12:07; Act: 14.04.2019 12:18 Print

Un petit avion heurte deux hélicos: trois morts

Un petit avion a heurté deux hélicoptères à son décollage sur la minuscule piste de l'aéroport de Lukla, porte d'entrée vers l'Everest.

storybild

Le copilote du Let-410 de la compagnie Summit Air, qui était à destination de Katmandou, et un policier au sol ont été tués lors de l'accident (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Un petit avion a manqué dimanche son décollage sur la minuscule piste de l'aéroport de Lukla, porte d'entrée vers l'Everest. Il a heurté deux hélicoptères, faisant trois morts et trois blessés, ont annoncé les autorités népalaises. Egalement appelé «Aéroport Tenzing-Hillary», du nom des premiers alpinistes à avoir gravi le toit du monde, Lukla passe pour être un des aéroports les plus délicats au monde.

Le copilote du Let-410 de la compagnie Summit Air, qui était à destination de Katmandou, et un policier au sol ont été tués lors de l'accident, a déclaré à l'AFP Ema Nath Adhikari, un responsable de l'aéroport. Un autre policier a péri à l'hôpital de Katmandou, a indiqué par ailleurs un porte-parole de la police.

«L'avion a dévié vers l'héliport pendant son décollage et percuté deux hélicoptères. Les blessés ont été évacués à Katmandou», a ajouté M. Adhikari. «Nous ne sommes pas sûrs des causes de l'accident».

500 mètres puis l'abîme

L'aéroport est utilisé chaque année par des milliers de randonneurs et d'alpinistes se rendant sur le massif de l'Everest. Son activité connaît un de ses pics en avril, quand débute la saison de grimpe. L'aéroport de Lukla ne dispose d'aucun système radar.

Les pilotes doivent naviguer entre des pics enneigés et affronter une météo capricieuse pour arriver sur une piste longue de seulement 500 mètres en haut d'une crête et qui se termine par un abîme. En octobre 2008, un accident avait tué les 18 passagers d'un avion. Seul le pilote avait survécu.

Le transport aérien s'est fortement développé ces dernières années au Népal, où les liaisons routières sont limitées. Mais faute d'une formation poussée des pilotes et d'une maintenance sérieuse des appareils, le pays connaît régulièrement des tragédies aériennes, au point que l'Union européenne interdit son espace aérien à toutes les compagnies népalaises.

(nxp/ats)