Afghanistan

12 novembre 2019 08:28; Act: 12.11.2019 09:44 Print

Trois prisonniers talibans importants libérés

Le président afghan a révélé mardi qu'il allait relâcher trois prisonniers talibans importants.

storybild

Le président afghan Ashraf Ghani s'est exprimé mardi sur le sort de trois prisonniers talibans. (Photo: Keystone/Photo d'archives)

Une faute?

L'Afghanistan va libérer trois prisonniers talibans de haut rang, a déclaré mardi le président afghan Ashraf Ghani, suggérant que cette décision «très difficile» pourrait s'effectuer en échange de la libération de deux professeurs étrangers retenus en otage depuis 2016 par les insurgés.

Parmi les trois prisonniers talibans figure Anas Haqqani, fils du fondateur du réseau Jalaluddin Haqqani, une importante branche de la rébellion talibane et auteur de nombreuses attaques contre Kaboul et ses alliés de l'Otan.

«Aucun résultat»

«Le 8 août 2016, deux professeurs de l'université américaine, un Australien et un Américain, qui se trouvaient ici pour enseigner à nos fils, ont été kidnappés à Kaboul», a rappelé Ashraf Ghani dans son discours.

«Nos recherches conjointes pour les retrouver n'ont donné aucun résultat. Nous avons des informations selon lesquelles leur santé s'est détériorée en détention chez les terroristes. La libération de ces deux professeurs était la condition principale pour démarrer des négociations officieuses avec les talibans», a-t-il ajouté.

«Nous avons donc décidé, en consultations rapprochées avec nos partenaires internationaux, notamment les États-Unis, [...] de libérer trois prisonniers talibans arrêtés en dehors du pays et qui se trouvent depuis un certain temps à la prison de Bagram», a-t-il expliqué.

Pas de commentaire

Ashraf Ghani n'a pas donné plus de détails sur le sort des otages étrangers ni précisé quand ou comment ils pourraient être libérés. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des ambassades américaine et australienne à Kaboul.

Les deux universitaires, l'Américain Kevin King et son confrère australien Timothy Weekes, ont été capturés par des hommes armés portant des uniformes de policiers le 7 août 2016 alors qu'ils quittaient l'Université américaine de Kaboul pour regagner leur résidence.

(nxp/afp)