Violences en Catalogne

17 octobre 2019 11:25; Act: 17.10.2019 12:31 Print

Une fourgonnette de la police fonce sur la foule

Manifestants et forces de l'ordre se sont violemment affrontés pour une troisième soirée consécutive mercredi soir en Catalogne.

Sur ce sujet
Une faute?

Après une nouvelle nuit de violences qui a embrasé la Catalogne, les indépendantistes catalans poursuivaient jeudi pour le quatrième jour consécutif leur mobilisation contre la condamnation de leurs dirigeants par la justice d'Espagne.

Jeudi matin, des étudiants étaient en grève et des routes étaient de nouveau coupées en raison des marches de milliers d'indépendantistes parties mercredi de plusieurs villes pour «paralyser» la région ou de pneus incendiés placés sur la chaussée, selon le gouvernement.

Le président indépendantiste catalan Quim Torra, qui a fini par condamner les violences dans la nuit après avoir gardé le silence, a tenu un discours de défi à l'Etat espagnol devant le parlement régional.

Cocktails molotov, voitures brûlées

«Nous ne pouvons pas nous permettre de faire un pas en arrière dans la défense inaliénable de notre droit à l'autodétermination. La peur et les menaces ne nous vaincront pas», a-t-il lancé en promettant de parvenir à l'indépendance d'ici deux ans.

Cocktails molotov, voitures brûlées, ces violences sont montées d'un cran mercredi soir dans le centre de la métropole catalane entre manifestants indépendantistes radicaux masqués ou casqués et policiers après une marche pacifique de milliers de personnes.

Des troubles ont également eu lieu dans d'autres villes comme Tarragone et Lérida. A Tarragone, les manifestants ont dressé des barricades sur une des artères principales de cette ville située au sud de Barcelone. Une fourgonnette des Mossos a été vue en train de foncer sur la foule (voir vidéo ci-dessus). Selon les médias locaux, un jeune homme de 17 ans a été hospitalisé pour une blessure à la tête. Un second manifestant a été touché par un contenur percuté par la camionnette de police.

Mardi déjà, de véritables scènes de guérilla urbaine avaient eu lieu dans le centre de la ville après le blocage lundi de l'aéroport marqué par des heurts entre manifestants et policiers.

«Grève générale»

Nées de la frustration d'une partie de la base indépendantiste, deux ans après l'échec de la tentative de sécession de 2017, ces violences sans précédent ont marqué un tournant pour le mouvement séparatiste qui se targue d'être non-violent.

La condamnation de neuf de ses dirigeants à des peines allant de neuf à 13 ans de prison pour leur rôle dans les évènements de 2017, a déclenché une vague de protestations dont le point d'orgue sera une «grève générale» et une manifestation massive vendredi à Barcelone où doivent converger les «marches de la liberté» parties mercredi.

La Catalogne face à la détermination de Madrid

Près de 100 blessés

Selon les services de secours, 96 personnes ont été blessées mercredi dans quatre villes de la région, dont 58 rien qu'à Barcelone.

Le ministère de l'Intérieur a fait état de 46 policiers régionaux et nationaux blessés, dont certains gravement, et de 33 arrestations dont 12 à Barcelone.

Le chef du gouvernement Pedro Sanchez, qui a envoyé des renforts policiers dans la riche région du nord-est du pays, doit présider dans la matinée un comité de suivi de la situation avant de s'envoler pour le sommet européen sur le Brexit à Bruxelles, ont fait savoir ses services.

A moins d'un mois des prochaines élections législatives, la droite et le centre, dont il a reçu les chefs mercredi, exigent de lui de prendre des mesures exceptionnelles pour rétablir l'ordre public.

Pedro Sanchez et les socialistes «sont dépassés par les événements, ils ne veulent pas prendre de décisions», a dénoncé jeudi Ana Pastor, une dirigeante du Parti Populaire (PP, droite).

Principal responsable de cette violence

Tout en répétant qu'aucune mesure n'était à exclure, le ministre de l'Intérieur Fernando Grande-Marlaska a assuré disposer de «prévisions raisonnables du fait que cela ne va pas continuer, que la sécurité et la tranquillité de Barcelone et des villes catalanes vont se rétablir immédiatement».

Présidente de la puissante association indépendantiste ANC, Elisenda Paluzie a elle accusé le gouvernement espagnol d'être «le principal responsable de cette violence».

Aux commandes du gouvernement régional et dominant le parlement, les indépendantistes ne représentent toutefois pas la majorité des 7,5 millions de Catalans.

D'après le dernier sondage publié en juillet par le gouvernement régional, 44% de la population est favorable à l'indépendance tandis que 48,3% y est opposée.

(nxp/afp)

Les commentaires les plus populaires

  • Swi1291 le 17.10.2019 08:32 Report dénoncer ce commentaire

    Une farce

    Ces "Independentistas" ne pensent qu'à eux. Les autres espagnols/catalans (majorité) veulent rester espagnols. C'est vraiment une farce de leur part, ensuite ils attaquent la police, mais ils s'attendent à qu'ils restent les bras croisés? De plus ils attaquent avec des cocktails molotovs, ils savent que ça peut tuer? Depuis la Suisse, un grand bravo à la Police et aux espagnols de la Catalogne.

  • Circo Loco le 17.10.2019 06:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Un référendum...

    ...d'autodétermination ne résoudra rien. S'il a lieu, son principe étant admis par toutes les parties en cause, et que le résultat est non à l'indépendance, les indépendantistes ne reconnaîtront pas le résultat. Ils demanderont un nouveau référendum. Leur activisme ne s'arrêtera pas au motif que dans un référendum le résultat, quel qu'il soit, est légitime. On aboutira à une situation ubuesque typique en pareil cas : faire voter les gens autant de fois qu'il faut jusqu'à ce que le résultat soit oui.

  • luis le 17.10.2019 12:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    basta ya

    les independentistes annonçaient des manifestations pacifistes. C est visages masqués et molotov a la main qu ils se montrent pacifiques? en faisant régner la terreur.

Les derniers commentaires

  • Ps le 19.10.2019 02:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Alex

    Faux .... la Police defends une Democratie contre des terroristes

  • La Zone le 18.10.2019 09:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    :)

    La police qui charge comme sa J'ai direct une pensée pour les victimes à Nice donc pour moi ce que je vois là c'est aussi du terrorisme fait par l'états mais je ne pense pas qu'on la considèrera comme un acte terroriste vu qu'il a pas dit Allh u akber

    • España unida le 18.10.2019 12:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @La Zone

      Il ne faut pas oublier qu'avant que la police charge, ils se sont fait attaquer par les malades d'indépendantistes! Il faut regarder les nouvelles sur la chaîne espagnole et parler après!

    • Iris Pero le 23.10.2019 18:50 Report dénoncer ce commentaire

      s'il vous plait, proportionnalité

      Rien ne peut justifier le fait de foncer sur les manifestants avec des véhicules. C'est une pratique de terroristes. La police ne doit pas être dans l'escalade de la violence.

  • Gérard Menvusa le 18.10.2019 08:22 Report dénoncer ce commentaire

    27 ans VS 13 ans

    Mandela a passé 27 ans en prison. En démocratie représentative, les élus sont au service de ceux qui ont voté pour eux. Alors les condamner à 13 ans de prison pour avoir exercé leur métier, c'est beaucoup. L'autodétermination est inscrite dans les droits de l'homme. Pourquoi c'est super dans les balkans, à Kiev ou chez les kurdes, mais pas en catalogne ?

  • jlc le 17.10.2019 23:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est sympa hein ?

    C'est pas ce que nous rabâchent les médias du matin au soir ? Autodétermination des peuples contre les régimes despotiques et guerres humanitaires dans la pleine, heureuse et bonne conscience si les méchants ne se soumettent pas ! A force, nous aussi, on veut l' Autodétermination... y'a pas que les non occidentaux qui ont droit à la liberté... Le baratin des nos élites est de plus en plus une farce !

  • Don Juan le 17.10.2019 19:33 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai une superbe idée

    Mais je la garde pour moi. Cependant, quand je l'appliquerai la date du 17.10.2019 sera mentionné.