Etats-Unis

18 avril 2019 21:50; Act: 19.04.2019 07:27 Print

Trump a fait obstruction, pour les démocrates

Le rapport du procureur Robert Mueller a été révélé jeudi. Les démocrates jurent de poursuivre la bataille contre Trump.

Voir le diaporama en grand »
Le fils aîné de Donald Trump a finalement accepté d'être entendu par une commission du Sénat américain en juin dans le cadre de l'enquête russe. (Mardi 14 mai 2019) Bill Barr, le ministre de la Justice, a «menti au congrès», ce qui est «un délit», a asséné la présidente démocrate de la chambre des représentants, Nancy Pelosi. (Vendredi 3 mai 2019) Le ministre américain de la Justice a défendu au Sénat sa gestion du rapport de Robert Mueller sur l'ingérence russe. (Jeudi 2 mai 2019) Le procureur spécial américain Robert Mueller, chargé d'enquêter sur les ingérences russes, n'a pas apprécié la présentation de son travail par le ministre de la justice Bill Barr et lui a fait savoir. (Mercredi 1er mai 2019) Le sénatrice démocrate Elizabeth Warren a appelé à la destitution de Donald Trump après la publication du rapport Mueller. (Vendredi 19 avril 2019) Donald Trump a violemment attaqué certains témoignages figurant dans le rapport Mueller vendredi, les qualifiant de «conneries absolues». (Vendredi 19 avril 2019) Un puissant démocrate du Congrès américain, Jerry Nadler, a affirmé jeudi que le rapport du procureur Robert Mueller démontrait que le président américain Donald Trump avait fait obstruction à l'enquête russe. (Jeudi 18 avril 2019) Un ex-conseiller de Barack Obama à la Maison Blanche a été inculpé pour ses activités de lobbying en faveur de l'Ukraine, dans le sillage de l'enquête russe. (Jeudi 11 avril 2019) L'équipe Trump souhaite se pencher sur la genèse de l'enquête russe pour vérifier si le FBI n'a pas «espionné» illégalement la campagne du républicain. (Mercredi 10 avril 2019) Peut-être l'épilogue d'une longue histoire: le ministre américain de la Justice Bill Barr (au centre) compte rendre public «d'ici une semaine» le rapport du procureur spécial Robert Mueller (à droite) sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump. (Mardi 9 avril 2019) Le président américain Donald Trump a affirmé mercredi voir dans l'enquête sur les liens entre sa campagne électorale et la Russie une «haute trahison». (27 mars 2019) Le président américain, qui s'estime complètement blanchi par le procureur spécial, a promis de prendre sa revanche contre ceux qui l'ont accusé. (Lundi 25 mars 2019) Donald Trump s'est dit «totalement disculpé» après la publication du rapport du procureur spécial Robert Mueller. (Dimanche 24 mars 2019) Le procureur spécial Robert Mueller a rendu son rapport après deux ans d'enquête. Il a conclu qu'aucun élément prouve une entente ou une coordination entre l'équipe de campagne de Donald Trump et Moscou lors de la présidentielle de 2016. (24 mars 2019) Le procureur spécial Robert Mueller a remis vendredi son rapport d'enquête sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Trump et le ministre de la Justice pourrait dès ce week-end en révéler la substance. (22 mars 2019) L'oligarque russe Oleg Deripaska a déposé plainte vendredi contre le Trésor américain. Il l'accuse d'avoir imposé des sanctions illégales contre lui et de le prendre pour cible dans l'enquête russe. (15 mars 2019) Jeudi 7 mars 2019, l'ex-directeur de campagne de Trump Paul Manafort a été condamné a près de quatre ans de prison pour fraudes. (Photo d'archives) L'ancien avocat de Donald Trump, Michael Cohen, est retourné jeudi au Congrès américain pour une nouvelle audition, cette fois à huis clos. (Jeudi 28 février 2019) Donald Trump «est un raciste, un escroc, un tricheur», a affirmé mercredi l'ex-avocat personnel du président des Etats-Unis, Michael Cohen, de son audition devant le Congrès. (Mercredi 27 février 2019) L'ancien gardien des secrets de Trump, Michael Cohen, est attendu mardi et mercredi pour des auditions au Congrès. (25 février 2019) Le procureur spécial Robert Mueller a réclamé une peine exemplaire pour l'ancien chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort (photo), qui risque jusqu'à 24 ans de prison. (Dimanche 24 février 2019) Roger Stone, un fidèle de Donald Trump inculpé dans l'affaire russe, a reçu jeudi l'interdiction de communiquer. (21 février 2019) Paul Manafort risque jusqu'à 24 ans de prison. (Samedi 16 février 2019) Un juge fédéral a confirmé que Paul Manafort avait violé son accord de plaider coupable en mentant au FBI sur ses contacts avec Moscou. (Mercredi 13 février 2019) Le ministre américain de la Justice a annoncé lundi que la fin de l'enquête du procureur spécial sur l'ingérence russe était proche. (28 janvier 2019) Le FBI a ouvert en 2017 une enquête pour déterminer si le président américain Donald Trump travaillait pour la Russie, selon le . (Vendredi 11 janvier 2019) L'ex-directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, avait partagé des sondages avec un Russe soupçonné d'être lié aux services de renseignement de Moscou avant la présidentielle. (Mardi 8 janvier 2018) Selon le procureur spécial Robert Mueller, l'équipe de campagne Trump s'est vu offrir une coopération «politique» avec Moscou dès novembre 2015. (Samedi 8 décembre 2018) Donald Trump a attaqué ce vendredi matin le procureur spécial Robert Mueller, avec une série de tweets particulièrement virulents. (7 décembre 2018) Robert Mueller recommande une peine sans détention pour l'ex-conseiller de Trump Michael Flynn en récompense de son aide dans l'enquête russe. (Mardi 4 décembre 2018) Paul Manafort, ancien directeur de campagne de Donald Trump, a démenti avoir secrètement rencontré le fondateur de WikiLeaks Julian Assange. (Mardi 27 novembre 2018) Le président américain s'en est pris au procureur spécial Robert Mueller, chargé de l'enquête sur l'ingérence de la Russie. (Mardi 27 novembre 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump a menti au FBI, enfreignant son accord avec la justice, selon Robert Mueller. (Lundi 26 novembre 2018) Le président américain a transmis ses réponses écrites au procureur spécial chargé de l'enquête russe. (Mardi 20 novembre 2018) Le sénateur républicain Jeff Flake (gauche) et le sénateur démocrate Chris Coons (droite) voulaient protéger l'enquête du procureur spécial Robert Mueller. Les dirigeants républicains du Sénat américain ont bloqué cette initiative. (Jeudi 15 novembre 2018) Protesters gather in front of the White House in Washington, Thursday, Nov. 8, 2018, as part of a nationwide 'Protect Mueller' campaign demanding that Acting U.S. Attorney General Matthew Whitaker recuse himself from overseeing the ongoing special counsel investigation. (AP Photo/Andrew Harnik) Les Américains ont été mis en garde contre les tentatives d'entités étrangères de perturber le scrutin de mardi, dans un communiqué de plusieurs ministres et patrons d'agences de renseignement. (5 novembre 2018) FBI a ouvert une enquête pour déterminer si des individus ont tenté de discréditer le procureur spécial Robert Mueller en payant des femmes pour qu'elles l'accusent d'agressions sexuelles. (Mardi 30 octobre 2018) Les Etats-Unis ont annoncé l'inculpation d'une Russe soupçonnée d'avoir organisé le financement d'une campagne de propagande sur les réseaux sociaux destinée notamment à peser sur les élections de mi-mandat. (Vendredi 19 octobre 2018) Malgré les tensions passées, le président américain ne compte pas limoger Rod Rosenstein, qu'il a rencontré lundi. (9 octobre 2018) Donald Trump a affirmé mercredi qu'il «préfèrerait garder» le numéro 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein. (27 septembre 2018) Michael Cohen, l'ex-avocat de Donald Trump, a été interrogé plusieurs fois par l'équipe du procureur spécial dans l'affaire russe. (Jeudi 20 septembre 2018) Le procureur spécial en charge de l'enquête russe accepte que le président réponde à ses questions par écrit. (Mardi 4 septembre 2018) Donald Trump a affirmé jeudi qu'il considérait l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle comme illégale. (30 août 2018) Donald Trump a déclaré lundi être inquiet que toute déclaration sous serment lors d'une éventuelle audition par le procureur spécial Robert Mueller puisse être utilisée pour porter contre lui des accusations de parjure. (20 août 2018) Robert Mueller, chargé de l'enquête sur une ingérence du Kremlin dans la présidentielle américaine de 2016, a révélé comment les agents russes avaient espionné le parti démocrate et l'équipe d'Hillary Clinton. (Samedi 14 juillet 2018) Le procureur spécial chargé de l'enquête sur une ingérence du Kremlin dans la présidentielle américaine de 2016 a inculpé vendredi douze agents du renseignement russe pour avoir piraté les ordinateurs du parti démocrate pendant la campagne. (Vendredi 13 juillet 2018) Le président américain Donald Trump a assuré jeudi être «prêt» pour son face-à-face avec son homologue russe Vladimir Poutine, ironisant sur les journalistes qui s'interrogent sur son manque d'expérience et de préparation. (Jeudi 5 juillet 2018) Le chef du FBI et le numéro deux du ministère américain de la Justice ont défendu l'indépendance des enquêteurs travaillant sur le dossier explosif de l'affaire russe, cible régulière du courroux de Donald Trump. (Jeudi 28 juin 2018) Tout en affirmant n'avoir rien à se reprocher, Donald Trump a affirmé lundi sur Twitter avoir le «droit absolu» de s'accorder à lui-même la grâce présidentielle. (Lundi 4 juin 2018) Donald Trump s'est heurté à deux mauvaises nouvelles: l'enquête sur une rencontre entre son fils et des Russes pendant la campagne de 2016 progresse, alors qu'un nouveau document atteste que le président a bien payé son avocat, dans un remboursement potentiellement lié à l'affaire Stormy Daniels. (Mercredi 16 mai 2018) Accusé d'avoir été payé par un oligarque russe et des sociétés cherchant un accès à la Maison Blanche, Michael Cohen est dans la tourmente. (Mercredi 9 mai 2018) Pour se défendre dans l'affaire russe, le président américain a engagé Emmet Flood, expert en procédure de destitution. (Mercredi 2 mai 2018) Le Parti démocrate américain a porté plainte contre la Russie, de hauts responsables de l'équipe de campagne de Donald Trump et Wikileaks pour conspiration dans le but de perturber la présidentielle de 2016. (Vendredi 20 avril 2018) Le procès d'une Bélarusse jugée mardi en Thaïlande a suscité l'intérêt de la presse internationale après que cette call-girl ayant fréquenté l'élite politique russe a assuré avoir des révélations à faire sur le rôle de Moscou dans les élections américaines. (Mardi 17 avril 2018) L'équipe du président américain cherche à embaucher un ténor du barreau pour défendre Donald Trump dans l'enquête sur l'ingérence russe. Son chef, , est un avocat constitutionnaliste qui a très vite reconnu qu'il manquait d'expérience pour une enquête criminelle complexe comme celle du procureur spécial. (Mardi 27 mars 2018) Donald Trump s'en est violemment pris à l'enquête du procureur spécial Robert Mueller dans une série de tweets rageurs sur Twitter. (Dimanche 18 mars 2018) «Cette administration répond aux activités pernicieuses de la Russie», a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, annonçant des sanctions contre Moscou. (Jeudi 15 mars 2018) La commission du Renseignement à la Chambre a livré ses conclusions. Elle réfute toute collusion entre Trump et Moscou. (Lundi 12 mars 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a plaidé non coupable à un second volet d'accusations du procureur spécial. (Jeudi 8 mars 2018) Sam Nunberg, un ancien conseiller politique du président américain, a rejeté une citation à comparaître devant un grand jury adressée par le procureur spécial Robert Mueller. (Lundi 5 mars 2018) Robert Mueller a annoncé de nouvelles poursuites à l'encontre de l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, et de l'ex-associé de ce dernier, Richard Gates. (Jeudi 22 février 2018) La Maison Blanche envisage de prendre des sanctions supplémentaires contre la Russie, repoussant les accusations de mansuétude à l'égard de Moscou. (Mercredi 21 février 2018) Un avocat membre d'un cabinet chargé de redorer l'image de l'ex-président ukrainien, en coopération alors avec le futur directeur de campagne de Trump Paul Manafort, a été inculpé de faux témoignage. (Mardi 20 février 2018) Steve Bannon a été interrogé durant de longues heures par l'équipe du procureur spécial Robert Mueller, dans le cadre de l'enquête portant sur des soupçons d'ingérence russe. (Vendredi 16 février 2018) Le chef de la diplomatie américaine a mis en garde la Russie dans le cas où elle tenterait d'interférer dans les élections de 2018. (Mardi 6 février 2018) Les avocats de Donald Trump déconseillent à leur client d'accepter de répondre aux questions du procureur spécial. (Lundi 5 février 2018) Un comité de la Chambre des représentants a voté pour la publication d'un document démocrate confidentiel rejetant les accusations de Donald Trump et d'élus républicains contre le FBI. (Lundi 5 février 2018) Des élus démocrates du Congrès ont appelé Donald Trump à ne pas limoger les hauts responsables de l'enquête sur les liens entre la Russie et son équipe de campagne. (Dimanche 4 février 2018) «La note innocente totalement Trump dans l'enquête» a déclaré le président américain en s'exprimant à la troisième personne sur Twitter, après la déclassification d'un memo critiquant le FBI. (Samedi 3 février 2018) Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi avoir déclassifié une note confidentielle rédigée par un élu républicain critiquant l'attitude du FBI. (Vendredi 2 février) Selon le New York Times, le président américain a tenté de virer Robert Mueller en juin. Son conseiller juridique l'en a empêché. (Jeudi 25 janvier 2018) Le président américain s'est dit prêt à témoigner sous serment face au procureur spécial sur l'affaire russe. (Mercredi 24 janvier 2018) Steve Bannon, interrogé dans le cadre de l'enquête sur les soupçons d'ingérence de la Russie, a refusé d'emblée de répondre aux questions sur le sujet. (17 janvier 2018) Steve Bannon a été cité à comparaître devant un grand jury dans le cadre de l'affaire russe. Il témoignait déjà mardi devant la commission du renseignement de la Chambre sur cette question. (Mardi 16 janvier 2018) L'ex-chef de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, a porté plainte contre le procureur spécial Robert Mueller et le ministère de la Justice pour avoir outrepassé leur mandat dans l'enquête sur l'affaire russe. (Mercredi 3 janvier 2018) Donald Trump Jr., fils aîné (Photo d'archives) du président américain est au coeur d'une enquête parlementaire sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de son père. (Mercredi 6 décembre 2017) Donald Trump nie avoir demandé à l'ex-directeur du FBI James Comey d'abandonner l'enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale. Michael Flynn a plaidé coupable d'avoir menti dans l'affaire des ingérences russes. (Dimanche 3 décembre 2017) Le 30 octobre, le procureur Robert Mueller enquêtant sur une ingérence russe dans la présidentielle américaine a mis en accusation trois membres de l'équipe de campagne de Trump. Ils font l'objet de 12 chefs d'inculpation, parmi lesquels blanchiment et fausses déclarations. Appelés à témoigner devant le Congrès à partir de fin octobre, avaient publié des contenus sponsorisés ayant servi à diffuser de fausses informations et à manipuler l'opinion publique. Début juillet, le avec une avocate russe dont il espérait obtenir des informations compromettantes sur Hillary Clinton. Interrogé par la commission du renseignement du Sénat le 8 juin, affirme que le président américain lui a demandé d'abandonner un volet de l'enquête russe portant sur le général Michael Flynn, son ex-conseiller à la sécurité nationale. Fin mai, le gendre de Donald Trump Jared Kushner est à son tour mis en cause pour avoir et un banquier proche de Poutine dans le cadre de l'obtention de son habilitation de sécurité. Le 17 mai, Robert Mueller, ancien directeur du FBI, est nommé procureur spécial chargé d'enquêter sur le rôle de la Russie dans l'élection présidentielle de 2016 par le numéro 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein, le ministre Jeff Sessions s'étant lui-même récusé dans cette affaire. Lors d'une entrevue le 15 mai avec le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, et l'ambassadeur de Russie, Donald Trump aurait et ainsi mis en danger une source américaine, selon la presse américaine. Le 9 mai, Donald Trump limoge le directeur du FBI, James Comey, lui reprochant les ratés de l'enquête sur les courriels non sécurisés d'Hillary Clinton. Ses détracteurs dénoncent une décision politique destinée à sur les liens entre la Russie et la campagne de Trump. À son tour le ministre de la justice Jeff Sessions annonce le 2 mars qu'il se retire de toute enquête sur les interférences russes dans l'élection américaine. Il avait omis de révéler des rencontres avec l'ambassadeur russe pendant la campagne présidentielle. Pour avoir évoqué les sanctions américaines contre Moscou avec l'ambassadeur russe avant l'investiture du président Trump, puis menti au vice-président Pence sur le sujet, Michael Flynn, conseiller à la sécurité nationale, est contraint à la démission le 13 février 2017. Le 31 décembre 2016, Des installations des renseignements russes sur le sol américain sont fermées et des diplomates sont expulsés des Etats-Unis. «C'est la première fois qu'un candidat d'un grand parti à la présidence a activement encouragé une puissance étrangère à espionner son opposant» celui-ci est élu à la Maison Blanche le 8 novembre 2016. Le 26 juillet 2016, peu après la victoire de Hillary Clinton aux primaires démocrates, Les Russes sont rapidement soupçonnés par les services de renseignement américain d'être à l'origine du piratage.

Sur ce sujet
Une faute?

Triomphant, Donald Trump a proclamé jeudi la fin d'une «chasse aux sorcières» après la publication des conclusions du dossier russe. Pas si vite, ont rétorqué les démocrates en promettant de continuer à enquêter sur le président républicain, à la conduite «malhonnête» et «immorale».

«Pour les enragés et les démocrates de la gauche radicale, c'est Game Over», a proclamé le milliardaire et ex-showman dans un message imitant, sur Twitter, une affiche de la célébrissime série «Game of Thrones».

Après 22 mois d'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016, le procureur spécial Robert Mueller a conclu qu'il n'y avait pas eu entente entre l'équipe du républicain Donald Trump et Moscou, dans son rapport publié jeudi.

«Personne n'est au-dessus des lois»

Mais si M. Trump a crié victoire, s'estimant totalement exonéré, ces conclusions ne l'ont en revanche pas blanchi des soupçons d'entrave à la justice. Un point que les démocrates se sont empressés de saisir.

«Donald Trump a passé toute sa présidence à mener une campagne incessante d'obstruction, d'intimidation, et d'abus de pouvoir. Personne n'est au-dessus des lois», a tonné le président du parti démocrate, Tom Perez.

Forts de leur majorité à la Chambre des représentants, les démocrates disposent du pouvoir de lancer des enquêtes parlementaires, d'assigner des témoins à comparaître et de réclamer des documents.

Le Congrès «doit enquêter»

Les actes du président sont «profondément alarmants» et «indubitablement malhonnêtes, non-éthiques, immoraux et antipatriotiques», a accusé Adam Schiff, président démocrate de la puissante commission du Renseignement de la chambre basse.

«Le rapport Mueller met en évidence des preuves inquiétantes montrant que le président Trump a fait entrave à la justice», a renchérit Jerry Nadler, chef de la commission judiciaire. Pour les deux, une même conclusion: Robert Mueller a sciemment lancé la balle dans le camp du Congrès, qui doit désormais «mettre le président devant la responsabilité de ses actes».

Même son de cloche du côté du sénateur et candidat démocrate à la présidentielle, Bernie Sanders: «Le Congrès doit continuer à enquêter sur la conduite de Trump et toute tentative étrangère d'influencer nos élections».

Dans le cadre de ces enquêtes, les démocrates ont demandé au procureur Mueller de témoigner devant la Chambre des représentants d'ici le 23 mai. L'administration Trump a déclaré qu'elle ne s'y opposerait pas. Objet de toutes les critiques des démocrates pour sa gestion de la publication du rapport, le ministre de la Justice, Bill Barr, se retrouvera sur le gril du Congrès le 2 mai.

«Impeachment» encore loin

Après la publication du rapport, certains élus de l'aile la plus à gauche du parti ont de nouveau agité la menace d'une procédure de destitution, ou «impeachment». Mais les chefs démocrates ont de nouveau clairement écarté cette option. Elle serait à ce stade vouée à l'échec compte tenu de la majorité républicaine au Sénat. Et tous ont en plus encore en tête la cuisante défaite parlementaire républicaine après la procédure d'«impeachement» lancée contre le démocrate Bill Clinton.

A un an et demi des élections présidentielle et parlementaires, l'opposition doit en effet naviguer avec précaution dans les eaux troubles de la tentaculaire enquête russe, qui a empoisonné plus de la moitié du mandat de Donald Trump sans toutefois faire basculer l'opinion des électeurs.

Candidat à sa réélection en novembre 2020, le président jouit d'un taux de popularité de quelque 90% chez les républicains. En face, près d'une vingtaine de candidats se disputent l'investiture démocrate.

«Nous devons changer de chaîne en 2020»

D'un tweet ou deux, les prétendants démocrates à la présidentielle ont donc certes réagi à la publication du rapport, mais ils ont rapidement pivoté vers leurs campagnes, en se centrant sur les sujets qui préoccupent en priorité les électeurs: le système d'assurance santé, l'emploi, l'éducation, la dette des étudiants...

Une formule qui leur a réussi lors des élections parlementaires de novembre 2018, lorsqu'ils ont arraché la chambre basse aux républicains. «Le rapport Mueller est un ensemble troublant, mais pas totalement surprenant, de preuves décrivant un président qui place ses propres intérêts avant ceux du pays», a réagi Pete Buttigieg, petit candidat démocrate devenu phénomène du début de campagne. Et d'ajouter: «Aujourd'hui démontre une nouvelle fois que nous devons changer de chaîne en 2020.»

(nxp/ats)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Zorgl le 18.04.2019 22:15 Report dénoncer ce commentaire

    Jappements de roquet

    Blablabla...

  • godangel le 18.04.2019 22:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    drôle d article....surealiste

    a l évidence les ennemis de Trump vont dénigrer le rapport officiel...donc c est pas une info....ce qui l est c est que Trump est innocent....et non l avis d un quelconque democrate....encore une manipulation de la presse

  • Barack Trump le 19.04.2019 01:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Présomption d'innonce

    Attention, soupçonné n'est pas coupable, donc même si on n'aime pas M. Trump il faut des preuves. Toute cette histoire ne semble que politique, nuire à l'autre parti.

Les derniers commentaires

  • jules césar le 19.04.2019 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    manque à gagner

    S'il est coupable, pourquoi il n'est pas accusé par la justice? En tout cas les démocrates ne sortent pas grandis de cette farce. Ça fait 2 ans qu'ils ont dû laisser le pouvoir et si ça continue ils risquent d'en prendre pour 6 ans. Et si ils sont si fachés c'est que ce pouvoir devait rapporter gros.

  • Jules le 19.04.2019 14:37 Report dénoncer ce commentaire

    Vous avez oublié de dire....

    Que selon les 'démocrates' c'est aussi H. Clinton qui devrait être présidente

  • Jean-Keev le 19.04.2019 10:23 Report dénoncer ce commentaire

    Personne n'est au dessus des lois

    Le rapport mentionne 10 tentatives du président pour faire cesser l'enquête! C'est juste hallucinant! Il a tenté de virer Mueller et ça n'est pas arrivé juste parce que ceux à qui Trump l'avait demandé ont refusé de le faire. Incroyable! Trump n'a toujours pas compris qu'on ne gère pas un pays comme son entreprise, qu'il y a des lois et qu'elles s'appliquent à tous y compris à lui-même!

  • Rob le 19.04.2019 07:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Trump

    c'est bien ça, Monsieur le Président Trump est le meilleur!

  • alain kaar le 19.04.2019 06:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    sterile

    les democrates feraient mieux de s'occuper du pays que seulement contrer le président pendant deux ans