USA-Mexique

06 avril 2019 00:34; Act: 06.04.2019 12:19 Print

Trump à la frontière: «On est complet»

Le président américain s'est rendu vendredi à Calexico, à la frontière mexicaine, où il a inspecté un tronçon de mur.

storybild

Donald Trump à Calexico vendredi 5 avril 2019. (Photo: AFP)

Une faute?

Donald Trump s'est rendu vendredi à Calexico, petite ville californienne aux portes du Mexique, pour délivrer de la plus simple des manières son message contre l'immigration clandestine: les Etats-Unis n'ont plus de capacités d'accueil, ils sont «complets».

Les clandestins «submergent notre système d'immigration et ça ne peut plus continuer», lors d'une rencontre avec des agents de la police aux frontières, avant d'aller inspecter un tronçon du mur qu'il entend ériger entre les deux pays. «Notre système est complet, on ne peut plus vous accepter. Notre pays est complet», a-t-il martelé. «Alors rebroussez chemin.»

Donald Trump a aussi vanté les résultats de sa fermeté face à son voisin du sud dans cette ville située à quelque 300 km au sud-est de Los Angeles. «Le Mexique, pour la première fois depuis des décennies, effectue des interpellations significatives à sa frontière sud, avant que les migrants n'entament leur long périple vers les Etats-Unis», s'est-il félicité. «Le Mexique se comporte de manière absolument fantastique depuis quatre jours. Ils arrêtent tout le monde», a-t-il ajouté.

Menace de tarifs sur les voitures

Le milliardaire républicain a toutefois de nouveau averti qu'il pourrait imposer des tarifs douaniers sur les voitures importées du Mexique en cas d'inversement de la tendance. «S'ils continuent (à interpeller les migrants, ndlr), tout se passera bien. Sinon, nous allons taxer leurs voitures à 25%», a-t-il déclaré.

Donald Trump maintient la pression sur le Mexique, mais il avait fait savoir jeudi qu'il ne mettrait pas pour l'instant en application sa menace de fermer purement et simplement la frontière. Les conséquences économiques seraient considérables pour les deux pays.

Le président américain reproche aux Mexicains de laisser les migrants originaires d'Amérique centrale --essentiellement du Honduras, du Guatemala et du Salvador-- transiter sur son sol pour rejoindre les Etats-Unis.

Depuis 2015, il répète que la solution à l'afflux de migrants est la construction d'un mur frontalier. Mais il se heurte au scepticisme du Congrès et a dû déclarer l'urgence nationale, une procédure exceptionnelle, pour trouver les milliards de dollars nécessaires à sa construction.

Manifestation

A Calexico, devant un tronçon déjà érigé, le président américain a vanté les mérites de l'édifice. «Très, très difficile à escalader. C'est un très beau mur, je crois qu'il a vraiment l'air fantastique», a-t-il affirmé. Mais de l'autre côté de la frontière, dans la ville de Mexicali, ce sont près de 200 personnes qui manifestaient sous un ballon géant représentant Donald Trump en bébé grincheux portant une couche-culotte.

«Arrêtez de séparer les familles!», «si vous construisez le mur, ma génération l'abattra», disaient quelques-unes des pancartes brandies par les manifestants. «Ici, c'est une communauté sans frontières. Le bien-être de (Calexico) est fondé sur l'économie fournie par les habitants de Mexicali», a dit une manifestante, Esther Martinez, 43 ans.

Le président américain a assuré que la menace d'une fermeture pure et simple de la frontière restait sur la table, bien qu'une telle mesure donne des sueurs froides aux milieux d'affaires et à de nombreux élus républicains.

«Fermer la frontière pourrait avoir un impact économique catastrophique sur notre pays et j'espère que nous n'allons pas le faire», avait mis en garde en début de semaine le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell. «Je pourrais la fermer à un moment donné, mais je préfère imposer des taxes», a-t-il dit vendredi.

Partenariat commercial

La frontière entre la première économie du monde et son troisième partenaire commercial est traversée dans les deux sens, tous les jours, par des centaines de milliers de personnes et par 1,7 milliard de dollars de produits agricoles, industriels et autres biens de consommation.

Depuis la mise en oeuvre d'un accord de libre-échange Etats-Unis-Mexique-Canada en 1994 (renégocié l'année dernière à la demande de Donald Trump), des pans entiers des économies de ces trois pays sont totalement imbriqués.

Le Mexique est la première source de produits agricoles importés aux Etats-Unis (2,7 millions de tonnes par an). Rares sont les supermarchés au nord de la frontière à ne pas vendre haricots, tomates et autres avocats pour le plus grand bonheur des consommateurs américains, qui peuvent ainsi ignorer les saisons au moment de remplir leur assiette.

(nxp/afp)