Trump en remet une couche

16 juillet 2019 06:55; Act: 16.07.2019 10:26 Print

«Vous n'êtes pas heureuses ici? Vous pouvez partir!»

Le président américain a poursuivi lundi ses attaques aux accents xénophobes contre des élues de «la gauche radicale».

storybild

Alexandria Ocasio-Cortez (à gauche) et Ilhan Omar (au centre) ont été prises pour cible par Donald Trump dans un tweet qualifié de «raciste» par de nombreux démocrates. (Photo d'archives) (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les violentes attaques de Donald Trump contre quatre élues démocrates issues de minorités ont suscité lundi des réactions indignées jusque dans son propre camp, au sein duquel des responsables l'ont appelé à s'excuser pour ses tweets «racistes».

A l'approche de la présidentielle de novembre 2020, le milliardaire semble plus déterminé que jamais à souffler sur les braises des tensions raciales pour galvaniser sa base électorale --très majoritairement blanche--, mais aussi à alimenter les divisions chez ses adversaires politiques.

Après avoir conseillé ce week-end aux quatre élues de «retourner» dans leur pays d'origine, le président américain a intensifié lundi ses attaques, les accusant de «haïr» l'Amérique. «Si vous n'êtes pas heureuses ici, vous pouvez partir!», a-t-il lancé depuis les jardins de la Maison Blanche.

Lors d'une conférence de presse commune, les quatre femmes visées --Alexandria Ocasio-Cortez (New York), Ilhan Omar (Minnesota), Ayanna Pressley (Massachusetts) et Rashida Tlaib (Michigan)-- ont vivement répliqué.

«On ne nous fera pas taire», a affirmé l'élue noire Ayanna Pressley, tout en appelant les Américains à «ne pas mordre à l'hameçon» et se laisser prendre par cette surenchère visant d'abord selon elle à détourner l'attention des problèmes touchant la population.

«Inacceptable»

«Est-ce que cela vous dérange que nombre de gens trouvent vos tweets racistes?», a demandé lundi un journaliste à Donald Trump. «Cela ne me dérange pas car beaucoup de gens sont d'accord avec moi», a-t-il répondu.

La veille, le 45e président des Etats-Unis avait appelé les élues démocrates à retourner dans «ces endroits totalement défaillants et infestés par la criminalité dont elles viennent». Trois d'entre elles sont nées aux Etats-Unis.

Rompant avec le silence initial des élus républicains, la sénatrice du Maine Susan Collins a appelé le président milliardaire à revenir sur ses propos. «Le tweet du président dans lequel il disait que des élues du Congrès devraient retourner d'où elles viennent était totalement déplacé et devrait être retiré», a-t-elle déclaré.

Peu après, le sénateur noir républicain de Caroline du Sud Tim Scott lui a emboîté le pas, dénonçant des propos à «connotation raciste (...) inacceptables». L'élu de l'Ohio Mike Turner a lui appelé le président à «s'excuser» pour ces tweets «racistes». Mitt Romney, ancien candidat du «Grand Old Party» à la Maison Blanche, a qualifié les propos du président de «destructeurs et dégradants».

Dans le camp démocrate, les messages présidentiels ont suscité une avalanche de réactions outrées. Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants, a dénoncé des commentaires «xénophobes» et appelé les élus à soutenir une motion devant la Chambre les condamnant explicitement.

Le député démocrate Al Green, du Texas, a de son côté déclaré qu'il proposerait un vote en vue d'une procédure de destitution «pour bigoterie en politique (...) nuisible à notre société».

«Ecoeurant»

La stratégie politique du locataire de la Maison Blanche est claire: enfoncer des coins dans la famille démocrate, traversée de tensions. Le président américain cible sciemment quatre jeunes élues du Congrès qui se situent sur l'aile gauche du parti et dont les désaccords avec Nancy Pelosi alimentent régulièrement la chronique à Washington.

«Avec cette sortie délibérément raciste, Donald Trump cherche à rendre les personnes ciblées plus visibles, à pousser les démocrates à les défendre et à en faire des emblèmes du parti tout entier», a estimé David Axelrod, ancien proche conseiller de Barack Obama. «C'est un calcul froid et cynique».

Quelques heures plus tard, Donald Trump validait point par point cette analyse en expliquant dans un tweet que les démocrates avaient essayé de prendre leurs distances avec les quatre élues, mais étaient «désormais contraints de les défendre». «Cela signifie qu'ils soutiennent le socialisme, la haine d'Israël et des Etats-Unis!», a-t-il conclu.

Pour Joe Biden, vice-président de Barack Obama pendant huit ans et candidat à l'investiture démocrate pour 2020, aucun président dans l'histoire américaine «n'a été aussi ouvertement raciste que cet homme». «Rentrez dans votre pays? C'est écoeurant».

Une réaction venue de l'autre côté de l'Atlantique a retenu l'attention lundi dans la capitale fédérale américaine: celle de la Première ministre britannique sur le départ Theresa May, qui a jugé «totalement inacceptables» les propos du président de la première puissance mondiale. Et la Première ministre de Nouvelle-Zélande s'est jointe mardi au concert de condamnations : «il est évident pour beaucoup de monde que je suis complètement et totalement en désaccord» avec Donald Trump, a-t-elle déclaré.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Carlos le 16.07.2019 08:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Logique

    D origine espagnol mes parents m'ont éduqué à m adapté à la Suisse et pas aux suisses à s adapté à moi

  • Etienne le 16.07.2019 07:13 Report dénoncer ce commentaire

    à mon avis...

    c'est plutôt du bon sens que du racisme. Si tu n'aimes pas ce pays alors que tu fais encore ici?

  • CL le 16.07.2019 07:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cracher dans la soupe

    Il a raison. C'est comme en entreprise. Si tu critiques à longueur journée et ben va voir ailleurs si c'est mieux.

Les derniers commentaires

  • Bohémond de Tarente le 18.07.2019 00:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Go for it Trump

    La doctrine malsaine de l'épouvantail au centre de la photo se propage tel un cancer et ses métastases! Le pire de tout sont ces femmes qui refusent de s'intégrer et portent le voile, alors que le Coran n'indique nulle part l'obligation de se cacher sous un chiffon! Il s'agit juste d'une provocation malsaine et d'indiquer la progression de l'envahissement! Trump pourrait être le sauveur des USA, en freinant l'ardeur de cette culture de pithécanthropes!

    • Libérons L'Europe Aussi le 18.07.2019 20:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Bohémond de Tarente

      Tout est dit en quelques phrases! Bravo pour votre perspicacité!

  • Zorgl le 17.07.2019 00:42 Report dénoncer ce commentaire

    Pour bientôt

    Oh, la vérité concernant le père de Ilhan Omar est en train d éclater. Elle devrait bientôt retourner au pays munie de son seul passeport somalien. En famille. Aux USA on ne badine pas avec la fraude. On retire la nationalité comme on la donne.

    • Dave le 17.07.2019 07:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Zorgl

      Clest quoi ces allusions et sous-entendu pour faire croire qu'il se passe de drôle de choses?? Une petite parano matinale ? Cette femme est une élue et fait son travail. On ne la juge pas sur ses origines.

    • laissebeton le 17.07.2019 16:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Dave

      Laisse, il a dû se réinformer comme d'habitudes, je suis sur que je trouve un commentaire de Zorgl croyant au pizzagate xD (d'ailleurs, à la fin, les pédos c'étaient les amis de Trump :))

  • Pierre le 16.07.2019 14:19 Report dénoncer ce commentaire

    Je n'ai pas pour habitude d'écrire

    Mais là je trouve qu'on devrait éviter de faire des commentaires à tord ou à raison sur un pays qui n'ai pas le n'autre. Bien lire l'article avant de commenter ou d'écrire sur l'un ou l'autre des commentaires que parfois on ne lit qu'à moitié ou que l' on est pas d'accord. Chacun vit sa foi, son opinion politique ou autre chose et même si on est pas d'accord, mais cela soit se faire avec respect de l'autre. les paroles de haines n'apportent rien de bon, tout comme l'extrémiste. Nous sommes des pays que l'on dit civilisé comportons nous comme tel (désolé pour les fautes

    • Paul le 16.07.2019 20:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Pierre

      Quand un président complètement sénile provoque des dégâts irrémédiables au niveau du réchauffement climatique, à travers de décisions irresponsable. Quand ce même cinglé est à deux doigts de provoquer un nouvelle guerre mondiale. Désolé mais je me sent très concerné. Les femmes qu'il est en train d'insulter soutiennent la paix dans le monde et le respect de valeurs humaines pour tous.

    • Capitaine Sulu le 16.07.2019 21:07 Report dénoncer ce commentaire

      Ah bon?

      Parce que vous pensez que cop24 est la solution pour le climat? cop24 n'a pour but que de renvoyer les "gueux" dans les champs en leur rendant le prix du carburant inaccessible pour que les "seigneurs" puissent être les seuls à pouvoir encore rouler dans leurs gros 4x4. Non je ne suis pas un grand fan de Trump mais il a très bien fait de sortir son pays de cette escroquerie de ce chantage populaire que vous appelez cop24...

    • Justin le 16.07.2019 21:32 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Paul

      Les 4 folles soutiennent la paix dans le monde ?! Il faudrait commencer à vous renseigner ailleurs que sur le 20 minutes...

    • Paul le 16.07.2019 22:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Justin

      Tes non arguments sont creux comme ceux de Trumpy! Des insultes et rien d'autres. T'inquiète, je me renseigne ailleurs

    • Hono Lulu le 17.07.2019 21:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Capitaine Sulu

      Sans parler de contrat ou convention , juste les industries polluantes encouragées par T. Il utilise son mandat pour préparer ses investissements futurs et utilise son réseau pour faire des contrats juteux sur le dos des citoyens .

  • Michel45ans le 16.07.2019 13:48 Report dénoncer ce commentaire

    Aux étrangers de s'adapter,pas l'inverse

    Il n'a pas complètement tort...née aux USA...oui et alors? qu'elle soit reconnaissante de ne pas être née au Mexique ou en Somalie...Que les USA commence par abolir le droit du sol et instaure le droit du sang. Cela limitera déjà pas mal l'appel d'air et limitera la venue d'étrangers. Seul le droit du sang devrait exister dans tous les pays dits riches et développés, question de survie. C'est aux étrangers de s'adapter pas aux pays hôtes

    • jarod gibbs le 16.07.2019 21:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Michel45ans

      Si ils abolissent le droit du sol, seul les Amérindiens auront le droit d'habiter les U.S.A... C'est pas pour rien qu'ils les ont pratiquement exterminés, au cas ou un touristes aurait une idée de ce genre...

  • Esprit le 16.07.2019 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cruel

    Pourquoi lui-même ne retournerait-il pas dans l'Allemagne facho de ses origines ( parents et grands-parents), il apprendrait peut-être le partage, le respect des différences, un certain consensus ? Bref, à son âge canonique c'est peut-être déjà trop tard...

    • Domi le 16.07.2019 14:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Esprit

      Quand vous aurez son âge vous verrez si c'est un âge canonique.

    • Raslapatate le 16.07.2019 19:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Domi

      Mais ça ne justifie pas sa méchanceté

    • Jules le 16.07.2019 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Esprit

      Sans esprit serait plus adapté à votre commentaire

    • jarod gibbs le 16.07.2019 21:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Domi

      Un pied dans le sapin,c'est pour cela que tout ce qui ce passe après 2024 ne le concerne pas.

    • Grande Faucheuse le 17.07.2019 15:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jarod gibbs

      Ton tour viendra aussi et peut-être même avant lui!