Démocrate accusé d'agression sexuelle

17 novembre 2017 22:51; Act: 17.11.2017 22:51 Print

Trump dégomme Franken, gros malaise sur Twitter

En condamnant les agissements de celui qui aurait pu être son adversaire en 2020, Donald Trump a tendu le bâton pour se faire battre: les internautes ne l'ont pas raté.

storybild

Sur cette photo datant de 2006, Al Franken toucher les seins de l'animatrice Leeann Tweeden.

Sur ce sujet
Une faute?

Le sénateur démocrate Al Franken a dû s'excuser jeudi auprès d'une animatrice de radio qui l'accusait de l'avoir embrassée de force et de l'avoir touchée sans son consentement. Il était notamment question d'une photo montrant l'ex-humoriste semblant toucher les seins de Leeann Tweeden. Pour Donald Trump, l'occasion était trop belle: Franken a souvent été considéré comme son potentiel adversaire en 2020.

Sur Twitter, le président américain s'est donc fait un plaisir de dégommer le sénateur, qu'il a pour l'occasion rebaptisé «Frankenstein». «La photo d'Al Frankenstien est vraiment moche, elle en dit très long. Et où vont ses mains sur les photos 2, 3, 4, 5 et 6 pendant qu'elle dort? ...», a écrit Donald Trump.



Avant d'enchaîner, dans un deuxième tweet: «Et dire que la semaine dernière encore il faisait la leçon à qui voulait l'entendre sur le harcèlement sexuel et le respect pour les femmes».


Ces deux publications du président américain ont créé un malaise palpable sur Twitter, Donald Trump traînant derrière lui une réputation peu reluisante en ce qui concerne son estime de la gent féminine. Les internautes n'ont pas manqué de rappeler à Donald Trump ses fameux propos sur sa technique d'approche des femmes. Exhumée quelques semaines avant l'élection présidentielle, cette vidéo avait momentanément plombé la campagne du milliardaire.

«Quand tu es une star, elles te laissent le faire. Les attraper par le vagin, tu peux tout faire»



«Juste un rappel...»


«Vraiment? Vous pouvez parler de ça?»


«Vous vous êtes vanté d'avoir commis des agressions sexuelles. Où est la commission d'éthique pour vous?»




«C'est l'hôpital qui se fout de la charité»


Le malaise est d'autant plus palpable que le président des Etats-Unis ne s'est toujours pas exprimé sur l'affaire Roy Moore, candidat républicain au Sénat dans l'Alabama. Plusieurs femmes l'ont accusé de baisers non consentis, d'agressions sexuelles et d'attouchements. La plus jeune des victimes présumées n'avait que 14 ans à l'époque.

Contrairement à sa fille Ivanka, qui a déclaré mercredi qu'il y avait «une place spéciale en enfer pour les prédateurs d'enfants», Donald Trump observe un silence radio sur cette histoire. Refusant de dire si le président considérait les accusations de ces femmes comme crédibles, la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Sanders s'est contentée d'expliquer que Trump trouvait ces témoignages «très troublants» et qu'ils devaient être «pris au sérieux».

(joc/afp)