Syrie

15 octobre 2019 08:28; Act: 15.10.2019 08:53 Print

Trump sape les intérêts US et fait le jeu de ses ennemis

Les décisions du président américain en Syrie piétinent tous les objectifs traditionnels des États-Unis, selon plusieurs experts.

storybild

La volonté de désengagement de Donald Trump sert les intérêts de la Russie et de l'Iran, notamment. (Photo: AFP/Brendan Smialowski)

Sur ce sujet
Une faute?

Des alliés lâchés, des djihadistes dans la nature, un régime de Damas qui regagne du terrain et des adversaires, Iran et Russie, prêts à renforcer leur influence: les décisions du président américain Donald Trump en Syrie piétinent tous les objectifs traditionnels des Etats-Unis.

«Nous sommes face à une situation qui était prévisible depuis près d'un an, mais qui est gérée de telle manière que toutes les pires conséquences qui étaient à craindre deviennent réalité», constate Robert Malley, président de l'organisation International Crisis Group.

Après une semaine d'annonces contradictoires, tous les militaires américains déployés dans le nord de la Syrie, soit un millier de soldats, sont finalement en train de quitter le pays. Le tournant remonte en fait à décembre 2018.

Le président des Etats-Unis, qui a promis de se désengager des conflits au Moyen-Orient, bat alors le rappel de toutes ses troupes stationnées en Syrie. Mais Donald Trump se retrouve rapidement dans une situation étonnante: «Alors que le président pense prendre une décision, son équipe résiste, ignore son choix voire va à son encontre», explique à l'AFP Rob Malley.

«Résurgence de l'EI»

Les diplomates et militaires américains se relayent alors auprès des alliés de Washington, et notamment des forces kurdes qui ont mené le combat contre les djihadistes, pour leur assurer que l'impétueux milliardaire ne pensait pas vraiment ce qu'il disait.

Sur le moment, ses conseillers parviennent à le convaincre de faire marche arrière, au nom de ce qu'ils considèrent être les intérêts américains: la lutte contre l'Etat islamique (EI), dont le «califat» a été rayé de la carte, mais qui conserve une capacité de nuisance; la protection des miliciens kurdes que la Turquie accuse de «terrorisme»; et la nécessité de contrer l'expansionnisme de l'Iran.

Dix mois plus tard, le président américain renoue toutefois avec son instinct initial et laisse le champ libre à l'offensive de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan contre les Kurdes en Syrie. Mais, faute d'avoir préparé le terrain à ce retrait, c'est un sentiment de sauve-qui-peut général qui prévaut face à l'avancée des forces turques, avec des répercussions néfastes pour ces mêmes intérêts que Washington voulait défendre.

«Il y a bien entendu un gros risque de résurgence de l'EI et de voir de dangereux terroristes prendre la fuite», alors que leurs geôliers kurdes sont désormais accaparés par la résistance à l'attaque turque, explique Elizabeth Dent, du cercle de réflexion Middle East Institute.

Le retour de Bachar

Selon elle, le gouvernement américain aurait «pu se montrer plus déterminé pour éviter une incursion de la Turquie». Et même sans y parvenir, «si les Etats-Unis avaient préparé un retrait plus ordonné, on aurait pu faire en sorte que ces prisonniers soient mis en sécurité».

Autre conséquence, les Kurdes n'ont pas tardé à se tourner vers Damas. Voilà donc le président syrien Bachar al-Assad, dénoncé comme un «dictateur brutal» par les Etats-Unis qui souhaitent son départ, regagner encore un peu plus du terrain perdu depuis le début du conflit en 2011.

«Une forme d'entente entre le régime de Damas et les forces kurdes était inévitable, dès lors que M. Trump clamait publiquement vouloir partir», mais la débandade américaine «renforce politiquement M. Assad et la possibilité de revenir contrôler des zones de Syrie perdues depuis plusieurs années lui donne de quoi peser», affirme Elizabeth Dent.

La volonté de désengagement de Donald Trump rencontre les intérêts de toute une série d'acteurs disparates qui espéraient un départ des Américains, de la Turquie au pouvoir syrien, en passant par la Russie et l'Iran, parrains de Damas, qui voient leur assise confortée.

(20 minutes/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • pat le 15.10.2019 08:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi pas.

    L'ONU a accepté la formation de l'état d'Israël en 1947, il serait temps d'accepter un état du Kurdistan.

  • Kronic le 15.10.2019 08:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des traitres

    Quelle tristesse de voir des peuples trahis par des soient disants alliés, la moralité dans tout ça, c'est que si tu as l'arme nucléaire on te fou la paix, je pense que l'Iran en prends bonne note. Laisser mourir des gens innocents n'a jamais dérangé les USA, la différence c'est que dans ce cas il les tuent indirectement

  • Dosto le 15.10.2019 08:41 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une trumperie

    Et après ça, certains vont dire que c'est le meilleur président de tout les temps??

Les derniers commentaires

  • Eyes wide open le 16.10.2019 10:54 Report dénoncer ce commentaire

    Trump, dans les faits, oui c'est un bon Président.

    Retirer ses troupes du Moyen-Orient, pour la paix c'est bien ! Laisser gérer la Turquie et la Russie la crise au Moyen-Orient c'est encore mieux car sans doute que ces deux nations sont plus au faite des codes dans cette région que tout autre occidental guidé par ses certitudes. Faire du protectionnisme, pour le climat et les citoyens américains c'est bien! Le mur à la frontière du Mexique si cela permet d'assurer une meilleure sécurité et d'enrayer les atrocités (kidnapping, meurtre, corruption, trafic d'humains) engendré par le fléaux de la drogue inimaginable pour un européens; oui !

    • jarod gibbs le 16.10.2019 18:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Eyes wide open

      Open your eyes,your mind,your smart...

  • trotro le 15.10.2019 14:59 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut voir ...

    ... la vidéo de pure haine réalisée par les aficionados de cet infect traître orange (et pas condamnée par icelui) ...

    • Brace Forimpact le 15.10.2019 15:24 Report dénoncer ce commentaire

      @trotro

      Tu es de nouveau très mal informé. C'est un coup de ses opposants et il a condamné la vidéo...

    • Nak le 15.10.2019 20:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Brace Forimpact

      Le my.tho a encore frappé. Et non, c'est bien un coup de l'ultra droite pro trumpinet

  • Oui oui le 15.10.2019 13:30 Report dénoncer ce commentaire

    A prévoir

    La seule qualité du garçon, c'est qu'il fait ce qu'il promet en période électorale. Pas comme les autres.

    • Blasé le 15.10.2019 14:39 Report dénoncer ce commentaire

      ou pas

      Le mur pas construit ? Le chômage qui augmente ? Redéploiement des troupes en Arabie (qui bombarde le Yemen...), escalade avec l'Iran, je continue ?

    • trotro le 15.10.2019 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Blasé

      La DETTE à un niveau jamais atteint !... L'agriculture sous perfusion grâce à la géniale idée du traître orange de multiplier les taxes sur les importations, et dont les américains doivent supporter les coûts...

  • jules césar le 15.10.2019 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    fallait prévoir

    C'est quand même amusant de voir les commentaires contre Trump qui a simplement décidé d'arrêter de participer à une guerre et ramener les boys à la maison. D'accord il ne fait pas les intérêts de l'UE. Mais ceux de Bruxelles n'ont que s'en prendre à eux mêmes. Quand on gouverne on essaie de prévenir et pas subir les décisions qui ne vont pas dans le bon sens. Et ils étaient prévenus de ce qui serait arrivé. C'est bien la preuve que l'UE est construite pour et par la finance, mais surtout pas pour gouverner. Maintenant ils ne reste plus qu'pleurer sur le lait versé.

    • Philou le 15.10.2019 13:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jules césar

      Trump envoie parallèlement des soldats en Arabie Saoudite et en... Afghanistan (+4000 depuis son arrivée au pouvoir) ! Il faut arrêter de défendre l'indéfendable uniquement par idéologie...

    • Bruno Aymon le 15.10.2019 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @jules césar

      Le tout grand Jules César ressuscité.....ouah....il a toujours pensé avoir raison....mais jamais eu raison

    • Vince le 16.10.2019 18:02 Report dénoncer ce commentaire

      C'est pas si simple

      Il fait surtout le jeu des jihadistes ! Ça t'a sans doute échappé !

  • ... le 15.10.2019 12:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ...

    Parceque vous croyez que trump prend des decisions sans l approbation de personne ? Vous etes bien naïfs. C est les enfants qui croient a ce genre de choses.