Mexique

24 avril 2019 14:24; Act: 24.04.2019 23:17 Print

Trump envoie des «soldats armés» à la frontière

Le président américain a indiqué sur Twitter qu'il allait envoyer des «soldats armés» à la frontière après un incident avec des militaires mexicains.

storybild

Le président américain à la frontière mexicaine. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Donald Trump a annoncé mercredi envoyer des «soldats armés» à la frontière après un incident avec des militaires mexicains. Le président américain les accuse d'être potentiellement complices de trafiquants de drogue.

«Des soldats mexicains ont récemment braqué avec leurs armes des soldats de notre Garde nationale, vraisemblablement dans une tactique de diversion pour des trafiquants de drogue à la frontière (...) Nous dépêchons immédiatement des soldats armés à la frontière», a tweeté M. Trump.

Il a accusé le Mexique de ne «faire pratiquement rien» pour interpeller les migrants clandestins et les renvoyer dans leur pays d'origine.

Incident au Texas

Le président américain n'a pas précisé à quel événement il faisait référence, mais le Pentagone a confirmé à l'AFP dans un communiqué un incident remontant au 13 avril près de Clint, au Texas, lors duquel une demi-douzaine de soldats mexicains ont braqué deux soldats américains qui se trouvaient dans un véhicule banalisé, et désarmé l'un d'entre eux.

«Les militaires mexicains ont cru que les soldats américains se trouvaient au sud de la frontière», mais ces derniers «se trouvaient bien sur le territoire américain», a assuré l'armée américaine dans son communiqué.

«Après une brève discussion entre les soldats des deux pays, les militaires mexicains ont quitté la zone», a ajouté le commandement pour l'Amérique du Nord (Northcom), soulignant que ses hommes avaient «suivi tous les protocoles et procédures appropriés».

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a tenté de calmer le jeu en assurant que son pays n'avait pas l'intention de «se battre» avec les Etats-Unis. «Nous allons analyser cet incident, nous allons prendre en compte ce qu'il signale et nous allons agir en conformité avec la loi dans le cadre de notre souveraineté», a-t-il déclaré au cours de son point de presse quotidien.

«Nous, nous n'allons pas tomber dans une quelconque provocation», a ajouté le président mexicain. «Le plus important, c'est lui dire (à M. Trump) que nous n'allons pas nous battre avec le gouvernement des Etats-Unis (...) que nous voulons une relation de respect mutuel et de coopération pour le développement».

Une grosse caravane

Donald Trump, qui a fait de la lutte contre l'immigration illégale l'un des fers de lance de sa présidence, a par ailleurs évoqué sur Twitter «une très grosse caravane de 20'000 personnes» se déplaçant au Mexique en direction des Etats-Unis.

«Le Mexique en a réduit la taille, mais elle continue de progresser. Le Mexique doit arrêter ce qu'il en reste ou nous serons contraints de fermer cette portion de la frontière et d'envoyer l'armée. Les coyotes et les cartels ont des armes!», a-t-il mis en garde. Son homologue mexicain souhaite freiner le flux de migrants traversant le Mexique vers le nord, afin notamment de garantir leur sécurité. Depuis plusieurs semaines, les autorités mexicaines proposent aux migrants qui entrent sur leur territoire un visa humanitaire d'un an limité aux seuls Etats du sud du pays, qui remplace peu à peu les visas humanitaires qui leur permettaient jusqu'alors de circuler librement dans tout le pays. S'ils progressent vers le nord, les migrants détenteurs de ce nouveau visa s'exposent désormais à une expulsion du territoire mexicain.

Travail de la police salué

M. Trump a salué dans un autre tweet «le travail formidable» réalisé par la police aux frontières américaine. «Elle a déjà interpellé plus de 418'000 migrants clandestins cette année, beaucoup plus que l'an dernier» à la même époque, s'est-il félicité.

Depuis octobre, plusieurs milliers de migrants d'Amérique centrale organisés en caravanes ont traversé le Mexique dans l'espoir d'entrer aux Etats-Unis.

Quelque 2900 militaires américains d'active sont actuellement déployés le long de la frontière sud, ainsi que 2000 réservistes.

«Il y a toujours eu des militaires armés chargés de la sécurité des troupes», a indiqué à l'AFP un responsable du Pentagone, sans préciser la proportion de militaires portant une arme au sein de la force américaine, surtout chargée de renforcer la frontière par des rouleaux de barbelés ou des systèmes de surveillance électronique.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • D. Crockett le 24.04.2019 14:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Viva Zapata

    Trump est un homme qui ose prendre des décisions pas comme certains de nos élus fédéraux qui ont même peur de leur ombre.

  • Bill le 24.04.2019 14:48 Report dénoncer ce commentaire

    For USA...

    Il a bien raison. L'ordre ne pourra être maintenu que comme cela malheureusement...

  • Olive le 24.04.2019 14:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bravo trump 2020

    Finalement un président qui agit,

Les derniers commentaires

  • hb le 25.04.2019 00:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    idiot

    le pauvre soldat qui va tirer sur une famille Mexicaine car il de croyait menacé et qui pensait avoir le soutien du "président" se sentira bien seul devant le tribunal

  • Brace Forimpact le 24.04.2019 23:21 Report dénoncer ce commentaire

    ça commence

    Le FBI a confirmé qu'environ 49'000 emails classifiés de Hillary Clinton ont été trouvés sur l'ordinateur portable d'Anthony Wiener et que ces emails sont aussi parvenus à Obama directement dans le bureau ovale quand il était président. Le Juge Royce Lamberth a demandé à des hauts responsables de l'administration d'Obama ainsi qu'aux assistants d'Hillary Clinton de répondent sous serment ou par écrit à des questions relatives à cette découverte.

  • Mark le 24.04.2019 20:05 Report dénoncer ce commentaire

    Belle parole

    Qu'il n'oublie pas que les trafiquants partout dans le monde sont des simples vendeurs ils répondent a la demande très grosse du marché américain il devrait plutôt lancer un vrai programme aide et vraiment punir les consommateurs plutôt que envoyer des personnes armées à la frontière de communication qui ne changera rien

  • gfb le 24.04.2019 19:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    détail

    Il paraît que les français ont découvert que Trump est en train de faire monter le pétrole ! L'embargo americain contre les iraniens en est la cause. Et si on sait qu'avec la hausse du pétrole il y aura aussi de l'inflation et une hausse des taux d'intérêt, à la place de Macron on se ferait des soucis, avec l'énorme dette du pays. Trump qui est à la tête d'un pays aussi très endetté, pourra se rattraper grâce au pétrole de schiste. Alors les soldats à la frontière du Mexique c'est un détail de l'histoire.

  • Valaisia Nostra le 24.04.2019 18:17 Report dénoncer ce commentaire

    Et...

    Lui au moin il défend le pain de son peuple !

    • Pétrole le 24.04.2019 18:45 Report dénoncer ce commentaire

      Conséquences visibles

      Tu n oublieras pas de le remercier pour l augmentation du prix du pétrole. Le litre d essence à 2chf, c est pour bientôt, et grâce à lui.

    • Le communisme vert tue le 25.04.2019 00:31 Report dénoncer ce commentaire

      @Pétrole

      Il est toujours autour de 80 centime aux États-Unis. Trump n'est pas le président du monde, il bosse pour les intérêts américains c'est logique. Moi qui pensais que les taxes representaient la majeure partie du prix de l'essence...