27 mai 2007 09:09; Act: 27.05.2007 13:34 Print

Ukraine: accord sur des élections législatives anticipées trouvé

KIEV, Ukraine - Le président et le Premier ministre ukrainiens sont tombés d'accord dimanche pour organiser des élections législatives anticipées le 30 septembre, selon l'agence de presse ukrainienne Unian.

Une faute?

«Nous avons pris une décision qui est un compromis», a déclaré le président Viktor Iouchtchenko.

Les tensions, vives, entre Viktor Iouchtchenko, partisan d'un rapprochement avec l'Union européenne et l'Alliance atlantique, et son rival, le Premier ministre Viktor Ianoukovitch, qui souhaite lui conserver des liens étroits avec Moscou, n'ont fait qu'empirer depuis la dissolution du Parlement, le 2 avril, par Viktor Iouchtchenko, et la convocation de législatives anticipées.

L'accord, intervenu très tôt dimanche matin, devrait apaiser la crise politique qui empoisonne l'Ukraine depuis plusieurs mois et qui menaçait de prendre un tour violent avec l'envoi par le président Viktor Iouchtchenko de troupes pour maintenir l'ordre dans la capitale Kiev.

Par un décret publié vendredi, le président Iouchtchenko, a en effet placé quelque 32.000 agents du ministère de l'Intérieur sous son commandement et ordonné à une partie d'entre eux de marcher sur la capitale, mais le gros des troupes a été bloqué aux portes de Kiev par des forces loyales à Viktor Ianoukovitch.

Nikolai Michakin, vice-commandant des troupes du ministère de l'Intérieur, a affirmé à la télévision ukrainienne que près de 3.500 officiers avaient été empêchés d'entrer dans la capitale par des officiers aux ordres de Ianoukovitch.

Iouchtchenko, cependant, a nié tout rassemblement des troupes aux abords de Kiev, affirmant aux journalistes à l'issue de la réunion que de telles allégations étaient «des histoires stupides».

Le Premier ministre Ianoukovitch a expliqué que lui, Iouchtchenko et d'autres hauts responsables et hommes politiques qui participaient aux négociations ont convenu qu'on ne pouvait pas laisser le pays continuer à s'enfoncer dans la violence.

«Ces derniers jours nous ont convaincus qu'il fallait immédiatement arrêter toute action qui favorise cette situation catastrophique», a déclaré Ianoukovitch.

L'accord entre les parties prévoit que le Parlement vote dans les prochains jours les lois nécessaires à l'organisation d'élections, et adopte des mesures pour permettre au pays de sortir de l'impasse.

Le 2 avril déjà, Viktor Iouchtchenko avait procédé à la dissolution du Parlement et ordonné de nouvelles élections, accusant le Premier ministre et sa coalition, majoritaires au Parlement, d'essayer d'usurper son pouvoir.


Le Parlement a défié l'ordre présidentiel, le qualifiant d'anticonstitutionnel.

La décision de M. Iouchtchenko de dissoudre le Parlement a entraîné, des semaines durant, querelles et manifestations réunissant respectivement des partisans du Président et du Premier ministre.

M. Iouchtchenko et M. Ianoukovitch sont convenus de respecter la décision que doit rendre la Cour constitutionnelle concernant l'ordre de dissolution. Mais les délibérations de la cour ont été compliquées par la décision du président de limoger plusieurs des juges qui en sont membres.

Jeudi, M. Iouchtchenko a décidé de limoger le procureur-général, Sviatoslav Piskoune, au motif que ce dernier, membre du Parlement, ne pouvait simultanément assumer la fonction de procureur en chef.

Le ministère de l'Intérieur, dirigé par un proche de Viktor Ianoukovitch, a réagi en déployant des policiers anti-émeutes autour du bureau de M. Piskoune, membre du parti du chef du gouvernement.

Contestant dans un premier temps la décision présidentielle, M. Piskoune a de son côté précisé qu'il démissionnerait une fois l'ordre officiellement publié, ce qui a été fait vendredi. Mais il a alors fait appel devant un tribunal régional de Kiev, et dans la soirée, celui-ci a décidé de le rétablir dans ses fonctions. AP

ca/v46

(ap)