Canada

20 février 2020 23:50; Act: 20.02.2020 23:56 Print

Un Chinois invoque le virus pour éviter l'expulsion

Un demandeur d'asile chinois a invoqué sa crainte du coronavirus afin de ne pas être expulsé du Canada. En vain

storybild

A l'instar des autres pays occidentaux, le Canada a rapatrié ses ressortissants suite à l'épidémie de coronavirus. (Photo d'archives) (Photo: AFP)

Une faute?

Dans l'espoir d'éviter son expulsion vers son pays natal, un demandeur d'asile chinois de Toronto a invoqué sa crainte d'y contracter le nouveau coronavirus. En vain, a-t-on appris jeudi auprès de son avocat.

Ruepang Cao, 36 ans, était arrivé en 2004 au Canada où il tentait depuis d'obtenir l'asile politique. Sa demande a été rejetée et lors d'un ultime recours jeudi devant la justice canadienne, il a expliqué qu'il était «effrayé et inquiet pour (sa) vie» s'il retournait dans son pays d'origine «en proie à une épidémie d'un virus mortel qui fait toujours rage».

Le Canada a déjà suspendu des expulsions de ressortissants chinois vers la ville de Wuhan ou sa région, épicentre du virus, mais pas vers le reste de la Chine. Ruepang Cao devait quant à lui être expulsé vers la province de Guangdong (sud de la Chine), où les risques d'infection ont été considérés peu élevés par le juge.

«En l'état, les données disponibles montrent que l'infection et le taux de mortalité dans de nombreuses régions de Chine sont faibles», a conclu le juge canadien Robert Barnes. «Pour la grande majorité des gens contaminés par ce virus, l'issue est positive», a-t-il ajouté. «Le risque n'apparaît donc pas beaucoup plus élevé que celui de contracter d'autres maladies virales, dont certaines peuvent également être mortelles.»

Les services frontaliers canadiens n'ont pas précisé si Ruepang Cao avait été expulsé depuis le jugement. Son avocat, joint par l'AFP, pense que son client a été renvoyé vers son pays d'origine.

(nxp/afp)