Asie

11 août 2018 06:24; Act: 11.08.2018 10:01 Print

Un Japonais détenu en Corée du Nord

Un Japonais, qui pourrait être accusé d'espionnage selon la presse, a été arrêté en Corée du Nord.

Voir le diaporama en grand »
Signe que le rapprochement continue, les deux Corées ont ouvert vendredi leur bureau de liaison conjoint dans le Nord. (14 septembre 2018) La Corée du Nord a organisé un défilé militaire pour célébrer son 70ème anniversaire mais s'est abstenue de montrer les missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qui lui ont valu de multiples sanctions internationales. (Dimanche 9 septembre 2018) La Corée du Nord a choisi de célébrer son 70e anniversaire sans provoquer les Etats-Unis, choisissant de ne pas montrer d'images de tirs de missiles. (Dimanche 9 septembre 2018) Le président américain a salué jeudi l'engagement renouvelé du dirigeant nord-coréen envers la dénucléarisation. (6 septembre 2018) Les deux Corées se réuniront pour un nouveau sommet à Pyongyang du 18 au 20 septembre. Des proches du président sud-coréen ont rencontré le leader nord-coréen Kim Jong un. Ils lui ont remis une lettre du président Moon. (5 septembre 2018) La Russie a bloqué jeudi à l'ONU un rapport critique d'experts chargés de l'application des sanctions internationales contre la Corée du Nord. (30 août 2018) Malgré la détente avec le Sud, la Corée du Nord constitue toujours une menace pour le Japon, estime Tokyo. (Mardi 28 août 2018) Mike Pompeo n'ira pas en Corée du Nord la semaine prochaine, comme cela était prévu. Donald Trump a annulé le voyage! (24 août 2018) Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a annoncé la nomination d'un envoyé spécial pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, avec lequel il va retourner dans le pays reclus «la semaine prochaine». (Jeudi 23 août 2018) Contrairement à ses engagements, la Corée du Nord a cessé début août la démolition d'une base de lancement de fusées. (Mercredi 22 août 2018) Après de poignantes retrouvailles, les familles de Nord-Coréens et de Sud-Coréens ont dû faire leurs insupportables adieux. (Mercredi 22 août 2018) La Corée du Nord poursuit ses activités nucléaires malgré les intentions affichées au printemps par son dirigeant Kim Jong-un, déplore l'Agence internationale de l'énergie atomique. (Mardi 21 août 2018) Un convoi d'autocars transportant des Sud-Coréens est parti vers la Corée du Nord où ils doivent rencontrer pour la première fois des membres de leurs familles dont ils sont séparés depuis la Guerre (1950-1953). (20 août 2018) Les deux Corées ont entamé lundi dans la Zone démilitarisée des discussions sur un nouveau sommet. (13 août 2018) Un Japonais a été arrêté récemment en Corée du Nord, un potentiel dilemme diplomatique pour Tokyo qui cherche à organiser un sommet avec Pyongyang. (Samedi 11 août 2018) Un rapport confidentiel révèle que Pyongyang n'a pas stoppé ses programmes nucléaires et balistiques.(Samedi 4 août) Kim Jong-un a à nouveau écrit au président américain. La teneur de la lettre reste secrète. Mais Trump a tweeté: «Et merci pour votre aimable courrier - J'ai hâte de vous voir bientôt». (2 août 2018) 65 ans après la fin de la Guerre de Corée, des dépouilles de soldats américains morts au combat sont arrivées à Hawaï. (Jeudi 2 août) Un avion de l'US Air Force «contenant les dépouilles de soldats tombés au combat en Corée du Nord» est arrivé sur la base aérienne d'Osan, au Sud. (Vendredi 27 juillet 2018) La restitution des dépouilles de militaires tombés lors du conflit de 1950-1953, qui faisait partie de l'accord signé le 12 juin par le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, aura lieu vendredi 27 juillet 2018. Devant le Sénat, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a admis que la Corée du Nord continuait de produire «des matériaux fissiles». (Jeudi 26 juillet 2018) Après le départ de Mike Pompeo, le secrétaire d'Etat américain, la Corée du Nord a dénoncé des méthodes de «gangster» de la part des négociateurs américains. (Dimanche 8 juillet 2018) La Corée du Nord s'est dite déçue des propositions américaines, à l'issue de pourparlers avec le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. (Samedi 7 juillet 2018) US Secretary of State Mike Pompeo arrives at Yokota Air Force Base, at Fussa, Japan, on July 6, 2018, for a refueling stop on his way to Pyongyang, North Korea. Pompeo begins a trip traveling to North Korea, Japan, Vietnam, Abu Dhabi, and Brussels. / AFP PHOTO / Pool / Andrew Harnik Les Etats-Unis ont assuré dimanche ne pas pécher par «naïveté» dans les négociations avec la Corée du Nord. (1er juillet 2018) Pyongyang améliore son site de recherche nucléaire malgré l'engagement affiché au sommet de Singapour pour la dénucléarisation de la péninsule, a annoncé mercredi un site de surveillance du Nord. (Mercredi 27 juin 2018) Selon le secrétaire d'Etat américain, il n'existe pas de calendrier pour la dénucléarisation de la Corée du Nord. (Lundi 25 juin 2018) La porte-parole du Pentagone, Dana White, a confirmé que les exercices militaires entre Washington et Séoul était suspendus indéfiniment. (Samedi 23 juin 2018) La Corée du Nord a détruit «quatre sites d'essais» balistiques, confirmant le réchauffement de ses relations avec les Etats-Unis , a annoncé le président américain. (Jeudi 21 juin 2018) La télévision chinoise a diffusé des images de la rencontre entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président chinois Xi Jinping. (Mardi 19 juin 2018) Kim Jong Un et Xi Jinping avec leurs épouses Cettee visite survient alors que Pékin est engagé dans une vive escalade avecDonald Trump à propos du différend commercial sino-américain.(Mardi 19 juin 2018) Les Etats-Unis et la Corée du Sud sont convenus de suspendre leurs manoeuvres militaires conjointes. Baptisées «Ulchi Freedom Guardian», ces dernières étaient prévues en août. (Mardi 19 juin 2018) Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un «a compris» que la dénucléarisation de la Corée du Nord devait être «rapide», a déclaré à Séoul le secrétaire d'Etat américain. (Jeudi 14 juin 2018) Le dirigeant nord-coréen a invité le président américain à Pyongyang et se rendra lui-même aux Etats-Unis. (Mercredi 13 juin 2018) Donald Trump montre le document qualifié de «global» par le locataire de la Maison Blanche et d'«historique» par le leader nord-coréen. (Mardi 12 juin 2018) Petite balade entre le président américain et le dirigeant nord-coréen durant une pause lors de la première discussion. (Mardi 12 juin 2018) Début de fraternisation entre Kim Jong Un et Donald Trump? (Mardi 12 juin 2018) Donald Trump et Kim Jong Un ont échangé une poignée de main historique à Singapour. (Mardi 12 juin 2018) Gros plan sur une poignée de main quimarque l'ouverture d'un sommet lourd d'enjeux pour l'Asie et le monde: la dénucléarisation de la Corée du Nord. Donald Trump s'est envolé directement pour Singapour depuis le Canada, après le G7. Le président américain ressent «une occasion unique» avec la Corée du Nord. (Samedi 9 juin 2018) L'avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, a affirmé que le leader nord-coréen Kim Jong Un avait supplié «à genoux» pour qu'un sommet avec le président américain ait lieu. (Mercredi 6 juin 2018) Les trois plus hauts gradés de l'état-major nord-coréen, dont Ri Myong-su, chef de l'armée populaire, ont été limogés et remplacés. (Dimanche 3 juin 2018) A droite, Ri Myong-su, chef de l'armée nord-coréenne, lors de la cérémonie historique entre les deux chefs d'Etats à Panmunjom, le 27 avril dernier. (Dimanche 3 juin 2018) A quelques jours du sommet Kim-Trump, les trois plus hauts gradés de l'état-major nord-coréen ont été limogés et remplacés. (Dimanche 3 juin 2018) Présent à Singapour pour une conférence sur la sécurité, le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis a averti la Corée du Nord que les sanctions continueront tant qu'elle n'aura pas pris des mesures «irréversibles» vers la dénucléarisation. (Samedi 2 juin 2018) Donald Trump a confirmé le maintien du sommet avec Kim Jong-un prévu le 12 juin à Singapour, à l'issue de sa rencontre avec le général Kim Yong Chol. (Vendredi 1 juin 2018) Le bras droit de Kim Jong Un, le général Kim Yong Chol, a retrouvé mercredi à New York le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo pour préparer le sommet entre Trump et Kim. (Mercredi 30 mai 2018) Le leader nord-coréen Kim Jong Un et le président sud-coréen Moon Jae-in se sont de nouveau rencontrés le 26 mai dans la zone démilitarisée entre leurs deux pays. Le président américain a annoncé qu'il rendra sa décision «la semaine prochaine» concernant la tenue du sommet historique agendé au 12 juin à Singapour. (Mercredi 23 mai 2018) Des reporters se préparent à embarquer à bord d'un vol pour Wonsan, en Corée du Nord, d'où ils devaient ensuite voyager en train et en bus pendant une vingtaine d'heures le long de la côte est, jusqu'au site d'essais qui sera démantelé. (Mercredi 23 mai 2018) «Il est possible que ça ne marche pas pour le 12 juin», a déclaré Donald Trump, au côté de son homologue sud-coréen. «Si la rencontre n'a pas lieu, elle aura peut-être lieu plus tard». (Mardi 22 mai 2018) Bientôt un sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un (photo montage)? Le président américain reçoit mardi son homologue sud-coréen Moon Jae-in pour évoquer son sommet avec le leader nord-coréen. (Lundi 21 mai 2018) Pyongyang a exigé le retour des 12 serveuses nord-coréennes qui ont fait défection en 2016, possiblement contre leur gré, sur fond de crispation sur la péninsule. (Samedi 19 mai 2018) Ri Son-Gwon (centre), le principal négociateur nord-coréen, a qualifié l'exercice Max Thunder de «provocation brutale», l'interprétant comme un entraînement pour une invasion de la Corée du Nord. (Jeudi 17 mai 2018) Donald Trump, le président des USA, a préféré temporiser par rapport aux menaces de la Corée du Nord d'annuler le sommet prévu entre les deux pays le 12 juin prochain. (Mercredi16 mai 2018). Kim Jong-Un menace les Etats-Unis d'annuler le sommet entre les deux pays prévu le 12 juin prochain, en raisons des exercices militaires américaines effectués avec la Corée du Sud. (Mardi 15 mai 2018) Selon des images satellite, le démantèlement du site d'essais nucléaire de la Corée du Nord est en bonne voie. (Mardi 15 mai 2018) Des garanties sur la sécurité ne seront présentées par les Etats-Unis qu'à condition que Pyongyang mène à terme le démantèlement de son arsenal nucléaire. (Dimanche 13 mai 2018) La Corée du Nord annonce qu'elle démantelera son site d'essais atomiques entre le 23 et le 25 mai, rapporte l'agence d'Etat KCNA. (12 mai) Le sommet historique entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aura lieu le 12 juin à Singapour. (Jeudi 10 mai 2018) Le couple présidentiel monte dans l'avion qui a ramené les trois hommes libérés. (Base militaire d'Andrews, 10 mai 2018) Les hommes libérés saluent le comité d'accueil. (Base militaire d'Andrews, 10 mai 2018) Base militaire d'Andrews, près de Washington. (10 mai 2018) Poignée de main entre Trump et un des otages libérés. (Base militaire d'Andrews, 10 mai 2018) Un grand drapeau américain a été installé sur la base base militaire d'Andrews pour accueillir les trois hommes libérés. (10 mai 2018) Mike Pence (au centre) arrive accompagné de son épouse et son équipe pour accueillir les trois hommes. (10 mai 2018) Le président américain accompagné de son épouse est aussi présent sur la base militaire d'Andrews, dans la banlieue de Washington pour accueillir les hommes libérés. (10 mai 2018) Les trois Américains Kim Dong Chul, Tony Kim et Kim Hak Song ont été libérés par la Corée du Nord et sont ramenés aux Etats-Unis par Mike Pompeo. (Mercredi 9 mai 2018.) Mike Pompeo (archives) a déjà effectué une visite secrète en Corée du Nord au cours du week-end de Pâques, alors qu'il était encore directeur de la CIA. (Mardi 8 mai 2018) La Corée du Nord va avancer ses pendules de 30 minutes à partir du 5 mai afin d'être à la même heure que Séoul. (Lundi 30 avril 2018) Selon Mike Pompeo, nouveau secrétaire d'Etat américain, Kim serait «disposé» à «présenter un plan» en vue de la dénucléarisation. (Samedi 28 avril 2018) Image: AFP Donald Trump estime que sa fermeté envers la Corée du Nord est à l'origine de la détente actuelle. (Samedi 28 avril 2018) «Déclaration de Panmunjom» signée par Kim Jong-un et Moon Jae-in contient la phrase suivante: «La Corée du Sud et la Corée du Nord confirment l'objectif commun d'obtenir, au moyen d'une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire». (Vendredi 27 avril 2018) «Une histoire nouvelle commence maintenant», a écrit Kim Jong-un dans le livre d'or. Il a également déclaré au président sud-coréen qu'il était prêt à lui rendre visite à Séoul 'à tout moment' en cas d'invitation, a déclaré le porte-parole du chef de l'Etat sud-coréen. (Vendredi 27 avril 2018) Les deux hommes se sont retrouvés pour un sommet intercoréen historique au cours duquel le devenir de l'arsenal atomique de Pyongyang devrait être discuté. Les discussions pourraient aussi aborder la question d'un traité de paix pour mettre formellement un terme à la guerre de 1950-1953. (Vendredi 27 avril 2018) À l'invitation de Kim Jong-un, les deux dirigeants ont brièvement marché du côté nord-coréen de la frontière avant de se rendre à pied à la Maison de la paix, une structure de verre et de béton située dans la partie sud du village de Panmunjom, où fut signé l'armistice. (Vendredi 27 avril 2018) La garde ultra-rapprochée de Kim Jong-un. Quand le maître de Pyongyang a franchi la frontière intercoréenne,, il était escorté par une phalange de gardes du corps soigneusement choisis pour leur forme physique, leur allure, leurs capacités de tireur d'élite ou leur maîtrise des arts martiaux. (Vendredi 27 avril 2018) Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un s'avance verse président sud-coréen Moon Jae-in pour franchirr la ligne de démarcation. (Vendredi 27 avril 2018) «Je suis heureux de vous rencontrer», a lancé Moon Jae-in à son homologue . Kim Jong-un a franchi la ligne de démarcation en béton, devenant le premier dirigeant nord-coréen à fouler le sol sud-coréen depuis la guerre de Corée (1950-53). (Vendredi 27 avril 2018) De petits pas pour une avancée historique entre les deux frères ennemis. (Vendredi 27 avril 2018) Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in traversent ensemble la ligne de démarcation militaire qui divise la péninsule. (Vendredi 27 avril 2018)

Une faute?

Un Japonais a été arrêté récemment en Corée du Nord, un potentiel dilemme diplomatique pour Tokyo qui cherche à organiser un sommet avec Pyongyang, ont rapporté samedi des médias japonais.

«La sécurité de l'homme est la priorité absolue, mais il est possible que la partie nord-coréenne se serve de cette affaire comme monnaie d'échange pour ses négociations avec le Japon», a déclaré une source proche du gouvernement japonais au quotidien Asahi Shimbun.

Le journal, citant des sources gouvernementales, indique que l'homme, non identifié, pourrait être accusé d'espionnage, mais ne précise pas quand ni pourquoi il a été arrêté. Un responsable du ministère des Affaires étrangères japonais a refusé de confirmer à l'AFP la détention «en raison de la nature d'une telle affaire».

«Mais le gouvernement prend des mesures et recueille des informations», a-t-il déclaré. Tokyo a déconseillé aux citoyens japonais de se rendre en Corée du Nord, à cause notamment des sanctions économiques imposées à Pyongyang.

L'arrestation d'étrangers pour espionnage en Corée du Nord est relativement fréquente, tout comme leur utilisation comme monnaie d'échange diplomatique. En 1999, un journaliste japonais en Corée du Nord, accusé d'espionnage, a été détenu pendant deux ans, selon l'agence Kyodo.

Ligne dure

Le Japon a maintenu une ligne dure vis-à-vis de Pyongyang, qui a testé plusieurs missiles en direction de son territoire. Par ailleurs, Tokyo a longtemps insisté pour obtenir un geste concernant ses citoyens enlevés pendant la guerre froide par des agents nord-coréens.

Mais Tokyo envisage la tenue d'un sommet entre le leader nord-coréen Kim Jong-Un et le Premier ministre japonais Shinzo Abe, dans le sillage de la récente détente diplomatique entre Pyongyang d'un côté, Washington et Séoul de l'autre, selon la presse.

Les médias japonais évoquent une possible réunion en marge d'un forum international à Vladivostok, en Russie, le mois prochain. «En fin de compte, je devrai moi-même affronter le président Kim Jong Un, m'engager dans le dialogue et résoudre la question du nucléaire, des missiles et, surtout, la très importante question des enlèvements, puis établir de nouvelles relations entre le Japon et la Corée du Nord», a déclaré M. Abe lundi. Lors du sommet historique de Singapour le 12 juin dernier, le leader nord-coréen se serait dit ouvert à une rencontre avec M. Abe.

(nxp/afp)