Réveillon

31 décembre 2015 15:28; Act: 01.01.2016 11:54 Print

Un Nouvel An sous haute sécurité dans le monde

Les forces de sécurité étaient sur le qui-vive pour assurer des fêtes sans attentat.

storybild

L'opéra de Sydney. (Photo: Reuters/Jason Reed)

Une faute?

Des millions de personnes sont descendues dans les rues à travers le monde pour célébrer le Nouvel An. Elles ont bravé les menaces qui ont provoqué l'évacuation de deux gares à Munich et l'annulation pure et simple des festivités à Bruxelles.

Après les attentats du 13 novembre à Paris et de décembre à San Bernardino (Californie), les forces de sécurité partout dans le monde étaient sur le qui-vive pour assurer des fêtes sans attentat.

A New York, 6000 policiers étaient présents sur et autour de Times Square lorsque le maire de la ville, Bill Blasio, a fait descendre la célèbre boule à facettes qui marque traditionnellement l'arrivée de la nouvelle année. Il s'agit du plus grand nombre jamais mobilisé pour un événement de ce genre.


En Allemagne, des informations faisant état d'une menace d'attentat suicide de l'Etat islamique (EI) «vers minuit» dans l'une des deux gares principales de Munich a provoqué l'évacuation de ces deux sites.

Adieu à «une année de merde» Et partout en Europe, un maximum de précautions avaient été prises pour faire face à tout risque d'attentat. En France, plus de 100'000 policiers et gendarmes ont été déployés à travers l'Hexagone. «Nous n'en avons pas terminé avec le terrorisme», a reconnu le président François Hollande dans ses voeux télévisés. La «menace est toujours là» et «reste même à son plus haut niveau», a-t-il dit.

Des milliers de personnes se sont malgré tout pressées sur les Champs-Elysées à Paris pour des célébrations maintenues, mais dans une version allégée, sans le traditionnel feu d'artifice. Passants et fêtards ont tenu à «s'amuser comme d'habitude» pour dire adieu à 2015, millésime unanimement qualifé d'«année de merde».

A Berlin, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées autour de la porte de Brandebourg pour une grande fête de rue. De même, à Londres, le London Eye s'est embrasé à minuit devant des milliers de personnes rassemblées sur les bords de la Tamise, en présence de 3000 policiers mobilisés au centre-ville.

Place rouge fermée à Moscou

A Madrid, la police avait limité à 25'000 le nombre de personnes autorisées à aller sur la Puerta del Sol. A Moscou, la Place Rouge était cette année pour la première fois fermée au public au moment du réveillon, en raison de craintes d'attentats.

Les festivités ont même été purement et simplement annulées à Bruxelles, où six nouvelles personnes ont été interpellées jeudi à la suite de menaces d'attaques imminentes. Trois d'entre elles ont été libérées après leur audition. Dès mardi, deux hommes avaient été inculpés: ils prévoyaient de viser des «lieux emblématiques» de la capitale belge, où siègent l'Union européenne et l'Otan.

Les Pays-Bas, eux, ont célébré une nouvelle année placée sous le signe de la présidence néerlandaise de l'Union européenne, que le pays assurera au premier semestre, avec feu d'artifice et son et lumière dans un décor incluant une réplique d'un navire du XVIIIe siècle de la compagnie des Indes orientales unies ainsi que les drapeaux des 28 pays de l'UE.

Spectacles pyrotechniques géants

Ailleurs dans le monde, le passage en 2016 s'est aussi accompagné de mesures de sécurité draconiennes. C'est le cas de Jakarta, où les autorités indonésiennes viennent de déjouer un projet d'attentat suicide prévu pour la nuit de la Saint-Sylvestre, ou en Turquie, où un attentat suicide aurait aussi été déjoué à Ankara.

Malgré cela, un million de personnes se sont massées à Sydney et deux millions à Rio de Janeiro pour assister à de gigantesques spectacles pyrotechniques.

Des morts aux Philippines

Aux Philippines, des balles perdues et des feux d'artifice mal contrôlés ont fait deux morts et des centaines de blessés. Un lourd bilan humain noircit chaque année des célébrations débridées du Nouvel An dans ce pays. Nombre de Philippins sont convaincus qu'un maximum de bruit lors des festivités de fin d'année permet d'éloigner les mauvais esprits.

Enfin, à Dubaï, un hôtel cinq étoiles situé dans un gratte-ciel de 63 étages, a été dévoré par d'énormes flammes rougeoyantes, faisant 16 blessés dont 14 légèrement. Mais les autorités n'ont pas pour autant annulé les célébrations, qui ont eu lieu comme prévu.

(nxp/ats)