Paris

17 mai 2018 17:37; Act: 18.05.2018 00:06 Print

Attaque au couteau: un ami de l'assaillant écroué

Un ami de l'auteur de l'attaque djihadiste, commise samedi à Paris, a été écroué. Deux femmes ont aussi été interpellées.

Voir le diaporama en grand »
Un ami de l'assaillant a été mis en examen et écroué, tandis que deux jeunes femmes ont été interpellées. (Jeudi 17 mai) L'auteur de l'attaque au couteau qui a fait un mort samedi soir à Paris était «quelqu'un d'assez seul», a déclaré mercredi le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb. (Mercredi 16 mai 2017) Alors que l'ami de l'auteur de l'attaque qui a fait un mort samedi à Paris est toujours en garde à vue, ses parents ont été libérés. (Mardi 15 mai 2018) Le groupe Etat islamique (EI), qui a revendiqué l'attaque au couteau a diffusé une vidéo sur Telegram sur laquelle un jeune homme est présenté comme l'auteur de l'attentat. Une dizaine de policiers porteurs de cagoules et lourdement armés ont effectué à Strasbourg une perquisition au domicile d'un ami de Khamzat A. Les policiers ont quitté l'immeuble avec un homme menotté, le visage également dissimulé par une cagoule. France Info révèle la première photo de Khamzat A. Né en 1997 en Tchétchénie (Russie), il avait obtenu la nationalité française en 2010, selon les médias français. L'homme qui a tué à l'arme blanche une personne et en a blessé quatre autres est né en Tchétchénie. Ses parents ont été placés en garde-à-vue. (Dimanche 13 mai 2018) Cette attaque intervient alors que la France vit sous une constante menace terroriste. (Samedi 12 mai 2018) Un important périmètre de sécurité a été rapidement mis en place dans un secteur bouclé où ont convergé un nombre impressionnant de véhicules de police, de pompiers et de secours. (Samedi 12 mai 2018) «Ce soir, notre ville a été meurtrie», a dit la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui s'est rendue sur place. (Samedi 12 mai 2018) L'enquête est menée notamment sous les qualifications d'«assassinat» et de «tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique», «en relation avec une entreprise terroriste», selon le procureur de Paris Francois Molins. (Samedi 12 mai 2018) «L'auteur de cette attaque au couteau à Paris est un soldat de l'État islamique et l'opération a été menée en représailles envers les Etats de la coalition», a déclaré une «source sécuritaire» à Amaq, l'agence de presse l'EI. (Samedi 12 mai 2018) Pour maîtriser l'assaillant qui avait menacé les forces de l'ordre, un policier a fait usage d'un taser. Puis un deuxième fonctionnaire de police lui a tiré dessus à deux reprises, le blessant mortellement. (Samedi 12 mai 2018) Un passant agressé est décédé. Deux autres personnes ont été blessées grièvement et transférées à l'hôpital Georges-Pompidou de Paris. Deux des quatre blessés le sont plus légèrement. (Samedi 12 mai 2018) L'assaillant s'en est pris à cinq personnes peu avant 21h00 rue Monsigny. (Samedi 12 mai 2018) Les faits se sont produits dans le IIe arrondissement, près de l'Opéra, dans un quartier de bars, restaurants et théâtres très fréquenté le samedi soir. (Samedi 12 mai 2018)

Sur ce sujet
Une faute?

L'enquête sur l'attaque djihadiste, au couteau perpétrée samedi à Paris s'est accélérée jeudi avec l'inculpation d'un ami de l'assaillant, d'origine tchétchène comme lui, et les interpellations de deux femmes de leur entourage. Armé d'un couteau de cuisine, Khamzat Azimov, un Français né en Tchétchénie (Russie) qui était suivi pour radicalisation, a tué un passant de 29 ans et blessé cinq autres personnes dans le quartier Opéra, au coeur de la capitale française, avant d'être abattu par les forces de l'ordre. Le groupe État islamique (EI) a revendiqué l'attentat.

Un ami très proche, Abdoul Hakim A., 20 ans, né lui aussi en Tchétchénie et naturalisé, arrêté dimanche à Strasbourg (Est), a été mis en examen (inculpé) jeudi d'«association de malfaiteurs terroriste en vue de préparer des crimes d'atteinte aux personnes», et écroué à l'issue de quatre jours de garde à vue. Abdoul Hakim A. a contesté «une quelconque participation» ou «implication» dans l'attentat, a assuré le procureur de Paris François Molins, lors d'une conférence de presse.

Le procureur a également annoncé l'interpellation jeudi à Paris de deux jeunes femmes «proches de Abdoul Hakim A. et de Khamzat Azimov», dans le cadre de l'information judiciaire ouverte notamment pour assassinat et tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste.

7 téléphones portables saisis

L'une d'elles, Inès Hamza, est une jeune radicalisée qui s'était mariée religieusement avec Abdoul Hakim avant de tenter de partir en Syrie, a appris l'AFP de sources concordantes. L'autre femme est une de ses amies, selon une source proche de l'enquête. En janvier 2017, Inès Hamza avait été inculpée pour association de malfaiteurs à visée terroriste et placée sous contrôle judiciaire dans une instruction à Paris où trois autres femmes sont impliquées, selon des sources proche de l'enquête.

Au domicile d'Abdoul Hakim A., sept téléphones ont été saisis, mais le portable qu'il utilisait le plus souvent demeure introuvable.Il a affirmé aux enquêteurs l'avoir perdu le matin même de son arrestation. Des investigations ont permis de déterminer qu'il avait envoyé à sa soeur, le soir de l'attentat, sur WhatsApp, «un chant djihadiste, , souvent repris par l'(organisation) État islamique», a souligné le procureur de Paris.

Ce suspect travaillait depuis janvier en contrat à durée déterminée à l'accueil de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) à Strasbourg et son contrat avait été renouvelé jusqu'à décembre. Les enquêteurs avaient également placé en garde à vue dimanche les parents de Khamzat Azimov, remis en liberté mardi, en l'absence d'élément incriminant.

Un «profil relativement simple»

Le procureur a par ailleurs précisé que l'attaque de samedi avait fait 5 blessés, dont 2 graves, et non 4 comme indiqué jusqu'à présent. L'assaillant a occasionné «dix plaies» au jeune homme mort qu'il a tué, Ronan Gosnet, dont l'une est «compatible avec une tentative d'égorgement», a ajouté M. Molins.

Mercredi, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a décrit l'assaillant, sans antécédents judiciaires, comme «quelqu'un d'assez seul» avec un «profil relativement simple». Cette attaque, qui a porté à 246 le nombre de personnes tuées dans la vague d'attentats djihadistes qui touche la France depuis 2015, a encore une fois relancé le débat autour du suivi des individus fichés S (pour «sûreté de l'Etat», qui concernent plus de 10'000 personnes, dont pour moitié environ des islamistes radicaux).

Le parti d'extrême droite Front National a ainsi dénoncé des fiches S qui «ne servent à rien», tandis que Les Républicains (droite) ont proposé l'internement préventif des fichés S «les plus dangereux». «Aujourd'hui, ce n'est plus le haut du spectre qui passe à l'action, c'est-à-dire celles et ceux qu'on suivait de plus près. (...) Celui-là, par exemple, il passe à l'acte avec le couteau de cuisine de sa mère», avait rétorqué M. Collomb. Au total, 51 attentats ont été déjoués depuis janvier 2015, a rappelé le Premier ministre, Edouard Philippe, fin mars.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Toror HEATEAVERS le 17.05.2018 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Anonymat SVP

    Mais quand est-ce que les médias arrêteront de donner les noms de ces ignobles personnes : ça ne sert quà leur donner une atroce notoriété... mais une notoriété quand même !

  • Jung le 17.05.2018 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    religions

    triste a dire ..mais l'humain a besoin de croire en quelque chose . le catho et ses spin off sont devenues tristes ,,,et comme les pays occidentaux politiquement fades ,sans charme! voila pourquoi bcp de suicides .. . donc une religion forte volontaire , hélas ,donne un bout a bcp de pommés... l'athéisme comme la démocratie ont fait faillite aussi

Les derniers commentaires

  • Toror HEATEAVERS le 17.05.2018 20:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Anonymat SVP

    Mais quand est-ce que les médias arrêteront de donner les noms de ces ignobles personnes : ça ne sert quà leur donner une atroce notoriété... mais une notoriété quand même !

  • Jung le 17.05.2018 19:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    religions

    triste a dire ..mais l'humain a besoin de croire en quelque chose . le catho et ses spin off sont devenues tristes ,,,et comme les pays occidentaux politiquement fades ,sans charme! voila pourquoi bcp de suicides .. . donc une religion forte volontaire , hélas ,donne un bout a bcp de pommés... l'athéisme comme la démocratie ont fait faillite aussi

    • Pensif12 le 17.05.2018 22:32 Report dénoncer ce commentaire

      Bla bla bla

      C'est rare de lire autant d'inepties dans un texte aussi court.