Pakistan

09 mars 2011 08:44; Act: 09.03.2011 09:41 Print

Un attentat à des funérailles fait 34 morts

Au moins 34 personnes ont été tuées mercredi par un kamikaze qui a fait exploser sa bombe lors de funérailles à Peshawar, pays en proie à une vague meurtrière d'attentats.

Une faute?

Au moins 34 personnes ont été tuées mercredi par un kamikaze qui a fait exploser sa bombe lors de funérailles à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, a annoncé la police. Le pays est en proie à une vague meurtrière d'attentats des talibans alliés à Al-Qaïda.

Le drame a eu lieu aux obsèques de l'épouse d'un homme combattant au sein d'une milice antitalibans, dans le hameau d'Adezaï, dans un quartier périphérique de la grande métrople du nord-ouest, aux portes des zones tribales bastion des insurgés islamistes.

«Le kamikaze est arrivé à pied, son objectif était les membres de la milice antitalibans» qui assistaient en plein air aux funérailles de l'épouse de l'un d'entre eux, a déclaré à l'AFP un officier de la police de Peshawar, Mohammad Ijaz Khan.

«Nous avons reçu pour l'heure 34 cadavres et nous soignons 45 blessés» au total, a déclaré de son côté le directeur de l'hôpital principal de Peshawar, Abdul Hammed Afridi.

25 tués récemment

Cette nouvelle attaque est intervenue au lendemain d'un attentat dévastateur dans une station service à proximité des bureaux des puissants services de renseignement à Faisalabad, dans le centre du Pakistan, qui a fait 25 tués et plus de 150 blessés.

Le Pakistan est en proie à une vague sans précédent d'attentats (plus de 450), pour l'essentiel perpétrés par des talibans alliés à Al-Qaïda et qui ont fait plus de 4100 tués en trois ans et demi.

Le principal groupe d'insurgés, le Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), a décrété, à l'été 2007 et à l'unisson d'Oussama Ben Laden en personne, le jihad au gouvernement pakistanais pour son soutien à Washington dans sa «guerre contre le terrorisme» depuis fin 2001.

Les attentats visent le plus souvent les forces de sécurité - armée, police, services du renseignement - mais également de plus en plus fréquemment des civils.

(afp)